Municipales : Benjamin Griveaux souhaite « un moratoire sur les travaux » à Paris Collectivités territoriales | 11.09.19

Partager sur :
Alors que le nombre de chantiers est en forte augmentation dans la capitale, Benjamin Griveaux, candidat LREM à la mairie de Paris, promet, s’il est élu, de suspendre tous les travaux jusqu’à fin 2020. Alors que le secteur du BTP a renoué avec la croissance, l’annonce inquiète. La FNTP appelle d’ores et déjà au dialogue.

En juillet dernier, Valérie Pécresse, présidente de la région Ile-de-France, a adressé un courrier à Anne Hidalgo, Maire PS de Paris, lui demandant de « confirmer la fin la plus rapide possible des chantiers », en hausse dans la capitale.

 

Au 1er juillet, 7 396 chantiers étaient en cours à Paris, des travaux qui impactent, selon Valérie Pécresse, les temps de parcours et causent de mauvaises conditions de transports pour les voyageurs.

 

Un argument repris par Benjamin Griveaux, candidat LREM à la mairie de Paris, qui souhaite, s’il est élu « suspendre tous les travaux jusqu’à fin 2020 ».

 

Interrogé par nos confrères du Parisien, il estime que les habitants « en ont assez ». « Je fais donc une proposition simple : si je suis élu maire de Paris, j’imposerai un moratoire sur les travaux (…). Il n’y aura plus aucun nouveau chantier, hors chantiers de sécurité ».

 

Il souhaite mettre « cette période à profit pour réunir les opérateurs de la ville, les concessionnaires, les associations de riverains, de commerçants et d’habitants qui sont excédés afin de travailler plus intelligemment. Six mois de calme, les Parisiens l’auront bien mérité ».


Rappelons que la mairie de Paris s’était défendue durant l’été en déclarant : « Nos chantiers sont très impactant mais largement minoritaires. Dans 90% des cas, les travaux ce n’est pas nous ». Mais si une minorité de travaux sont le fait de la ville de Paris, Benjamin Griveaux insiste : « 100% des travaux ont été autorisés par la maire de Paris ! ».  

 

S’il semble convaincu par sa proposition, le candidat oublie que l’arrêt des travaux impacterait l’activité des entreprises engagées sur les chantiers. Ainsi, alors que le bâtiment devrait enregistrer cette année une légère progression de + 1,3% (chiffres Fédération Française du Bâtiment) et que les travaux publics profitent d’une conjoncture favorable, l’annonce inquiète.   


Sur Twitter, Bruno Cavagné, président de la FNTP, souligne d’ailleurs : « A Paris comme ailleurs derrière chaque chantier il y a des entreprises et des collaborateurs. Les travaux publics répondent à des besoins et souvent à des urgences. Suspendre les chantiers reviendrait à ne plus y répondre. Voyons-nous ».

R.C (avec AFP)
Photo de une : ©Adobe Stock 

 

 

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Vers la création d’un OPCO de la Construction ?

Vers la création d’un OPCO de la Construction ?

Neuf organismes incontournables du BTP ont publié hier, lundi 29 octobre 2018, un communiqué de presse commun annonçant leur volonté de créer un Opérateur de compétences (OPCO) de la Construction ouvert à toutes les branches concernées. Cette initiative permettra notamment de développer les compétences des salariés et de répondre aux besoins des entreprises.
Conjoncture bâtiment : « grosse inquiétude » de la FFB concernant le logement neuf

Conjoncture bâtiment : « grosse inquiétude » de la FFB concernant le logement neuf

C’est sans grand étonnement que la Fédération française du bâtiment (FFB) présentait ce 19 mars le point conjoncture relatif au secteur de la construction. De fait, les prévisions de l’organisme semblent s’être réalisées : bien que le niveau d’activité des professionnels se maintienne à un niveau élevé, les indicateurs du marché du logement neuf sont plutôt inquiétants quant aux mois à venir. Le bilan.
Bâtiment : un bilan trimestriel supérieur aux attentes

Bâtiment : un bilan trimestriel supérieur aux attentes

Fin 2016, la Fédération française du bâtiment (FFB) faisait déjà preuve d’optimisme après une année marquée par la reprise de l’activité. Ainsi, 2017 devrait, selon les estimations, être marquée par une croissance de 3,4% en volume. Des prévisions qui pourraient bien être atteintes, voire dépassées, à en croire les chiffres du premier trimestre ! Le détail.
Le non-résidentiel à l'honneur du 3e Sommet de la Construction de la FFB

Le non-résidentiel à l'honneur du 3e Sommet de la Construction de la FFB

La Fédération française du bâtiment a dédié son 3e Sommet de la Construction, ce jeudi à Paris, au non-résidentiel comme marché qui conditionne la croissance économique de la France. A ce titre, quatre débats se sont succédés au cours desquels experts et économistes ont avancé des pistes telles que la transition énergétique, la libération du foncier ou l'accélération de la commande publique. Manuel Valls a clôturé l’événement par un discours de soutien aux acteurs du secteur.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter