Un rapport pour repenser l'usage des bâtiments publics

Collectivités territoriales | 23.06.21
Partager sur :
Un rapport pour repenser l'usage des bâtiments publics - Batiweb
Un rapport sur « L'immobilier public de demain », rédigé par la Direction de l'Immobilier de l'Etat (DIE), a été publié ce mardi 22 juin. Il invite à réfléchir à l'évolution des pratiques et usages au sein des bâtiments appartenant à l'Etat, qui représentent 97 millions de m2 et un total de 7 milliards d'euros de dépenses par an (loyer, entretien, consommations...). Ce rapport formule notamment 7 recommandations pour une organisation plus flexible et modulaire des espaces.

Alors que la crise sanitaire a bouleversé les pratiques de travail, avec la démocratisation du télétravail et un recours plus massif au digital, Alain Resplandy Bernard, directeur de la Direction de l'immobilier de l'Etat (DIE), estime que c'est le moment de repenser l'usage de certains espaces pour les optimiser et les rendre davantage réversibles.

 

« La période ouvre des opportunités en termes d'amélioration, c'est un moment où on peut être très ambitieux », souligne le directeur de la DIE.

 

« Il convient de tirer les conséquences de la période que nous venons de vivre et de construire un immobilier tertiaire public plus résilient, flexible et adaptable aux différents modes d’organisation du travail », a de son côté réagi Olivier Dussopt, ministre délégué aux comptes publics.

 

Des espaces de travail plus attractifs et réversibles

 

L'objectif du rapport rendu public ce mardi : réfléchir à une ré-organisation des espaces pour les rendre plus attractifs, modulables et moins « rigides » pour les agents du public, alors que les bâtiments sont souvent vêtustes et cloisonnés.

 

Le rapport formule notamment 7 recommandations, parmi lesquelles : interroger les différents usages pour concevoir des espaces différenciés et adaptés, rechercher la modularité et la réversibilité des espaces de travail afin d'adapter l'immobilier aux évolutions d'usages et d'organisation, optimiser l'affectation des surfaces mobilisées, ou encore conduire et accompagner le changement à travers une démarche construite sur un mode participatif partant de la réalité quotidienne des agents.

 

Ces recommandations devraient d'ailleurs donner lieu à des audits et expérimentations.

 

Pour Alain Resplandy Bernard, repenser l'organisation et l'occupation de ces espaces serait également l'occasion de diminuer les consommations énergétiques de l'Etat, ainsi que ses dépenses : « C'est aussi un enjeu de transition énergétique : le meilleur moyen pour l'Etat de réduire son empreinte carbone, c'est de diminuer le nombre de mètres carrés qu'il occupe », souligne-t-il.

 

Pour lire le rapport dans son intégralité, c'est ici.

 

Claire Lemonnier

Photo de une : Adobe Stock

 

Redacteur
filter_list

Sur le même sujet

Mobilités : BePark connecte et optimise les places de parking - Batiweb

Mobilités : BePark connecte et optimise les places de parking

Depuis 2011, BePark connecte les places de parking pour optimiser leur gestion et faciliter la mobilité des riverains. L'entreprise propose notamment aux promoteurs de générer des revenus avant ou après la construction, en louant des places de parking à des usagers, ou en les vendant à des investisseurs si elles ne sont pas utilisées. Les explications de Julien Vandeleene, CEO et fondateur de BePark.
Rénover judicieusement l’éclairage public de sa commune : un moyen d’associer gains financiers et environnementaux - Batiweb

Rénover judicieusement l’éclairage public de sa commune : un moyen d’associer gains financiers et environnementaux

La part importante de la consommation d’énergie de l’éclairage public est confirmée par la récente enquête « énergie et patrimoine communal » de 2013 sur les consommations et les dépenses d’énergie des communes. Aussi, l’éclairage public représente jusqu’à 50 % des consommations d’électricité d’une commune suivant sa taille. C’est la première source de nuisances lumineuses. Le problème : un parc vieillissant qui nécessite une rénovation conséquente.
Logement social : CDC Habitat fusionne ses 13 entités et se réorganise - Batiweb

Logement social : CDC Habitat fusionne ses 13 entités et se réorganise

CDC Habitat, filiale de logement social de la Caisse des dépôts, a annoncé hier, mardi 15 janvier, avoir commencé la mise en œuvre de son plan de transformation intitulé « Trajectoire 2022 ». Parmi les premières mesures : la fusion de ses 13 entités pour créer une unique entreprise sociale pour l’habitat (ESH), la création de directions interrégionales, et la nomination de plusieurs directeurs. L’objectif : « renforcer les missions et l’expertise au service des collectivités ».