Démoclès lance l’appel à projet « 50 maîtres d’ouvrage exemplaires » Développement durable | 13.03.20

Partager sur :
Les acteurs engagés dans la démarche Democlès - qui vise à améliorer les pratiques en termes de gestion des déchets issus du bâtiment - se sont réunis ce jeudi 12 mars pour échanger sur le défi de la REP qui sera mise en place pour le secteur du bâtiment à compter du 1er janvier 2022. A cette occasion, ecosystem et l’Ademe ont également lancé l’appel à projets « 50 maîtres d’ouvrage exemplaires ». Précisions.

Le défi de la REP

 

Alors que la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire, publiée au Journal Officiel le 10 février dernier, a institué la Responsabilité Elargie du Producteur (REP) pour le secteur du bâtiment à compter du 1er janvier 2022, un groupe de travail s’est réunit ce jeudi 12 mars pour échanger sur les évolutions réglementaires, les diagnostic matériaux, produits et déchets, et la mise en place d’un système de traçabilité physique.

 

« La REP bâtiment nous lance un défi d’innovation car c’est la première fois qu’une REP porte sur un secteur, le bâtiment, et non sur une catégorie de produits. Nous sommes déjà 4 éco-organismes et 2 REP concernées, s’ajouteront probablement des systèmes individuels, un ou plusieurs éco-organismes. Dans ce contexte, un dispositif robuste, garant de la traçabilité et de la cohérence des données tracées en s’appuyant sur une gouvernance rassemblant l’ensemble des acteurs, est la condition incontournable pour réussir l’exercice », a réagit Christian Brabant, directeur général d’ecosystem, éco-organisme à but non lucratif.

 

« Nous sommes prêts à contribuer à la naissance d’une entité avec qui nous serons, dans tous les cas, en contact étroit et avec qui nous aimerions partager les mêmes fondamentaux. Ce travail devra être mené en lien avec d’autres filières, REP ou non, car les intervenants sur un même bâtiment sont très nombreux », a-t-il ajouté.

 

Déchets et économie circulaire : accompagner les maîtres d’ouvrage

 

A l’occasion de cette journée d’échanges, ecosystem et l’Ademe ont également lancé l’appel à projets « 50 maîtres d’ouvrage exemplaires », ouvert aux maîtres d’ouvrage public ou privé réalisant régulièrement des opérations de démolition ou de réhabilitation.

 

L’objectif ? Les aider à mettre en œuvre les bonnes pratiques et à les adopter dans la durée.

 

« Cet appel à projet est là pour aider les maîtres d’ouvrage qui hésitent à passer de l’intention à l’action », a précisé Rym Mtibaa, coordinatrice de la plateforme Democlès.

 

Les lauréats bénéficieront de l’accompagnement de bureaux d’études pour mener à bien leur chantier inscrit dans une démarche d’économie circulaire. Cet accompagnement se fera notamment en trois étapes : état des lieux, plan d’actions et suivi du travail. Des outils de communication leurs seront également proposés pour valoriser leur engagement.

 

Les volontaires peuvent s’inscrire jusqu'au 30 avril prochain. Les modalités sont à retrouver ici.

 

C.L.

Photo de une : ©Rockwool

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

« 50 maîtres d'ouvrage exemplaires » : 26 lauréats déjà retenus - Batiweb

« 50 maîtres d'ouvrage exemplaires » : 26 lauréats déjà retenus

Il y a quatre mois, l'Ademe et ecosystem lançaient l'appel à projets « 50 maîtres d'ouvrage exemplaires » pour aider ces derniers à mettre en place les bonnes pratiques de gestion des déchets issus de chantiers de réhabilitation ou de démolition. Les 26 premiers maîtres d'ouvrages retenus ont été dévoilés. Ils bénéficieront d'un accompagnement avec des bureaux d'études spécialisés. Une seconde session de recrutement a par ailleurs été lancée jusqu'au 18 septembre prochain.
Le bâtiment s’inquiète des conséquences de la REP - Batiweb

Le bâtiment s’inquiète des conséquences de la REP

La Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment (Capeb) s’est émue dans un communiqué publié ce mardi 28 janvier que la majorité parlementaire n’ait pas écouté les propositions de la filière du bâtiment concernant un système alternatif à la responsabilité élargie du producteur (REP), ni étudié l’impact économique d’une telle mesure pour les industriels, maîtres d’ouvrage, et candidats à l’accession dans le neuf.
Filière pollueur-payeur : le bâtiment réclame une alternative à la REP - Batiweb

Filière pollueur-payeur : le bâtiment réclame une alternative à la REP

La FFB, la Capeb, l’Unicem, la FNBM, Federec, et d’autres organismes, ont publié ce mardi 3 décembre une tribune demandant au gouvernement de réintroduire l’idée d’un système alternatif à la responsabilité élargie du producteur (REP) dans le projet de loi anti-gaspillage pour une économie circulaire. La REP risquerait en effet de faire augmenter le coût des matériaux de construction de 8 à 10 % et de provoquer un surcoût de 2 milliards d'euros par an pour la filière du bâtiment.
La FFB présente deux outils pour « mieux valoriser » les déchets de chantier - Batiweb

La FFB présente deux outils pour « mieux valoriser » les déchets de chantier

Alors que le Gouvernement a publié, le 23 avril dernier, sa feuille de route économie circulaire, la Fédération Française du Bâtiment (FFB) annonce le lancement de deux outils à destination des artisans et entrepreneurs. Soutenus par l’Ademe, ils visent à accompagner le secteur dans la valorisation des déchets de second œuvre issus de site de démolition/réhabilitation.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter