(Diaporama) Un chantier exemplaire pour l'armée française

Développement durable | 20.10.10
Partager sur :
(Diaporama) Un chantier exemplaire pour l'armée française - Batiweb
Rénover une toiture terrasse de 1.500 m2 sur charpente en maçonnerie en intégrant des objectifs environnementaux : tel était l'objectif du chantier de l’armée française de Versailles Satory (78). Au programme : recyclage des déchets de fin de vie et mise en oeuvre du système d’étanchéité de toiture respectueuse de l’environnement.
"Pour la dépose de l’ancienne membrane d’étanchéité synthétique de toiture, nous souhaitions faire recycler les déchets. Nous avons donc fait appel à notre fournisseur qui s’est occupé, avec Roofcollect, d’organiser cette opération de collecte et de recyclage des déchets. Celle-ci ne nous a pas pris plus de temps, ni demandé plus de travail. Sachant que les membranes en fin de vie sont de toute façon arrachées puis enroulées, il ne nous restait plus qu’à trouver une zone de stockage et à les stocker en big bag", raconte l’adjudant chef Duneau en charge de la rédaction du marché et de la conduite des travaux sur ce chantier.

C’est donc à peu près 3 tonnes de déchets qui ont été collectés sur le chantier, stockés en big bag étiquetés pour assurer leur complète traçabilité, puis acheminés sur le point de collecte le plus proche. Ils ont ensuite été transférés vers l’unité de recyclage où ils ont été broyés pour obtenir un recyclat en poudre qui sert à la fabrication de différents produits du bâtiment.

Membrane d’étanchéité synthétique

Pour le remplacement du système d’étanchéité de toiture, c’est une membrane d’étanchéité synthétique qui a été choisie. L’ancienne membrane synthétique a donné entière satisfaction, la mise en oeuvre est respectueuse de l’environnement et de la santé des poseurs et il est possible de recycler les déchets de fin de vie. Ce sont ces deux derniers avantages qui ont fait pencher la balance en sa faveur.

La mise en oeuvre de la nouvelle membrane a donc permis d’avoir un chantier sans flamme, sans dégagement de gaz toxique ou de fumée, ni poussières ou résidus, ce qui a également contribué à réduire les nuisances du chantier auprès des poseurs, des riverains et de l’environnement.

Laurent Perrin

Redacteur
filter_list

Sur le même sujet

« Réception par travaux » : les risques encourus par les entrepreneurs - Batiweb

« Réception par travaux » : les risques encourus par les entrepreneurs

La Cour de Cassation rappelle que chaque entreprise peut avoir progressivement sa « réception des travaux » par « lot » lors d’un chantier. Elle alerte cependant sur le fait que le début de la garantie décennale ne prend effet qu’à la fin du chantier, soulignant par là les risques encourus par une entreprise en cas de travaux défectueux pendant ce laps de temps non couvert par l’assurance.
Rockwool étend son programme de valorisation des déchets de chantier aux façades - Batiweb

Rockwool étend son programme de valorisation des déchets de chantier aux façades

En avance sur les futures réglementations environnementales liées à la valorisation des déchets de chantier, Rockwool proposait déjà, avec son programme Rockcycle, de recycler les chutes de laine non souillées, les emballages plastique et les palettes en bois. Mais le spécialiste des solutions en laine de roche va aujourd’hui plus loin en annonçant étendre ce service aux façades.
À Vézelay, la basilique restaurée dans les règles de l’art - Batiweb

À Vézelay, la basilique restaurée dans les règles de l’art

À Vézelay (89), la basilique Sainte Marie-Madeleine attire près d’un million de visiteurs par an. Construite au IXème siècle, elle a fait l’objet d’une vaste restauration par l’architecte Viollet-le-Duc en 1840. Depuis, des fissures et des infiltrations se sont formées sur le monument. Un programme de restauration en plusieurs tranches a donc été lancé en 2014. Actuellement, l’entreprise SMBR travaille sur les enduits des voûtes. Pour redonner sa luminosité à la basilique et rester fidèle aux matériaux d’origine, le choix s’est porté sur la chaux aérienne.