ErDF doit inventer le réseau électrique intelligent de demain Développement durable | 28.06.10

Partager sur :
Evasol cite une étude estimant que le réseau français actuel peut accueillir jusqu’à 10 % d’électricité produite de façon décentralisée (énergie solaire notamment), contre-disant des déclarations récentes d'ErDF.
ErDF doute de sa capacité à suivre l’augmentation du parc solaire photovoltaïque, dans une déclaration faite à l’AFP cette semaine. Cette augmentation pourrait faire courir des risques de coupures d'électricité, selon le distributeur, provoquant une "surtension" avec des "risques de black-out complet".

Expert des installations photovoltaïques pour les particuliers, Evasol cite une étude européenne publiée il y a un an, «Intégration de source d’énergies décentralisées dans le système électrique d’aujourd’hui» (Etude EU-DEEP – European Distributed Energy partnership), qui conclut que le réseau français actuel peut accueillir sans aucun problème jusqu’à 10 % d’électricité produite de façon décentralisée.

Aucun risque à ce jour ?

"La production décentralisée par énergie solaire est très loin d’atteindre le seuil de 1%. Le risque est donc inexistant aujourd’hui", tranche Evasol, installateur de panneaux solaires en France à destination des particuliers et des investisseurs. Il faudra par contre moderniser le système de gestion du réseau pour anticiper le développement de l’électricité solaire.

Le seuil français du mix électrique doit atteindre 1 % d’électricité solaire, selon les prérogatives du Grenelle Environnement pour 2020. ErDF doit donc inventer le réseau électrique intelligent de demain. "Certaines informations diffusées relèvent plus d’une posture anti-photovoltaïque que d’une information technique fondée", ose Stéphane Maureau, Président et Fondateur d’Evasol.

Laurent Perrin

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Focus sur GoFlex, le nouvel indice de flexibilité énergétique des bâtiments - Batiweb

Focus sur GoFlex, le nouvel indice de flexibilité énergétique des bâtiments

En décembre dernier, à l’occasion du SIMI, le Gimélec a présenté GoFlex, un nouvel indice dédié à la mesure du potentiel de flexibilité énergétique des bâtiments. La démarche, qui s’inscrit pleinement dans le cadre de R2G, première déclinaison du label R2S lancé par la SBA et Certivéa, est le fruit d’un travail collaboratif. Christophe Guyard, directeur grands comptes et relations institutionnelles chez Delta Dore nous en dit plus.
Les coûts des énergies renouvelables passés au crible  - Batiweb

Les coûts des énergies renouvelables passés au crible

Alors que la France est en pleine transition énergétique, l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) a récemment publié une étude analysant les « Coûts des énergies renouvelables » sur le territoire national en 2016. Bien que le rapport note une baisse des coûts de production d’électricité renouvelable, il rapporte également que des efforts doivent encore être fournis pour confirmer cette tendance.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter