Fermer

Isolation en paille : un mode constructif en devenir ?

Publié le 19 juillet 2022

Partager : 

Depuis plusieurs années, l’usage des éco-matériaux se développe, accéléré notamment par la RE2020. Parmi eux : la paille. Souvent négligé, ce matériau d’avenir révèle pourtant avoir de grandes qualités pour la construction neuve, et en particulier pour l’isolation. Durable, recyclable, peu coûteux, et performant, la paille a en principe tout pour plaire. Cependant, elle nécessite beaucoup de vigilance à sa mise en oeuvre.
Isolation en paille : un mode constructif en devenir ? - Batiweb

Avec l’entrée en vigueur de la RE2020, l’usage des matériaux biosourcés dans la construction neuve gagne de plus en plus de terrain. A l’image du bois et de la terre crue, la paille apparaît comme une réponse efficace face aux différents enjeux environnementaux. « Les planètes sont alignées pour la filière », commente Ghislain Moret de Rocheprise, directeur marketing et commercial, Isol’en Paille, lors d’un webinaire organisé par Kompozite, plateforme d’aide à la conception de bâtiment bas carbone.

De nombreux atouts… 

 

Les bottes de paille, utilisées dans la construction d’un bâtiment, garantissent en effet de remarquables performances d’isolation, permettant ainsi à l’usager de se protéger autant du froid que de la chaleur. Sa composition, qui en fait un isolant biosourcé, associe forte perméabilité à la vapeur d’eau à la régulation de l’humidité, source d'inconfort. Très bon isolant thermique, elle permet donc de réduire considérablement la facture de chauffage. Et contrairement aux idées reçues, lorsqu'elle est convenablement compactée, la paille parvient relativement bien à résister au feu.

Il faut noter, par ailleurs, que la paille est facile à produire. Disponible localement sur le territoire, la botte de paille est directement utilisable en construction après sa fabrication dans un champ de blé. Ce matériau naturel bénéficie également d’un bilan en énergie carbone très faible, et possède un caractère recyclable non négligeable, au regard des enjeux récemment fixés par la REP.

Côté prix, construire en paille est peu coûteux. Cette manière de construire présente toutefois un « investissement » qui permet « une réduction de consommation énergétique importante » selon Yanis Boumbar, architecte associé chez Méandre etc’. Pour le directeur commercial d’Isol’en Paille  « une botte de paille est un isolant biosourcé comme un autre ». A titre d'exemple, la botte de paille coûte le même montant que la laine de bois au m2, généralement situé entre 20 et 50 euros le m².

… et quelques inconvénients 

 

Toutefois, l’utilisation de la paille a certains points faibles. Son usage sur un chantier nécessite une grande vigilance, l'inconvénient majeur étant qu’elle craint l’humidité. « Ça demande de grandes exigences », indique Ghislain Moret de Rocheprise. Pour cela, Yanis Boumbar, architecte associé chez Méandre etc’, explique entres autres avoir lancé un quart d’heure de sensibilisation sur la vigilance, lorsque les professionnels sur un chantier doivent la manipuler. « On doit être très prudent », note-t-il. L’eau en quantité excessive abîme, voir fait pourrir la paille.

Tout au long du processus de construction d’une maison en paille, il est donc nécessaire de pouvoir stocker la paille bien au sec, et les travaux de construction doivent être réalisés seulement par beau temps, et sans pluie. 

Malgré leur caractère écologique, les constructions en pailles ne bénéficient pas de subventions, que ce soit au niveau national ou local, et peuvent ainsi freiner son utilisation. 

Massifier son industrialisation 

 

Pour Sylvain Breton, directeur du développement chez Quartus, la paille signifie : « démarche locale, circuits courts et approche low-cost d’économie de la ressource ». Et en tant que promoteur, Quartus a pour ambition d’accompagner le développement de cette filière, et surtout de « massifier ce matériau qui était longtemps tourné vers de l’habitat participatif ou de l’éco-construction ». « Aujourd’hui, l’idée est de généraliser et de banaliser son usage dans des opérations de grandes envergures », explique t-il. 

Dans ce cadre, le rôle des aménageurs est primordial. « Ils donnent un cadre, des orientations », indique le directeur du développement. Néanmoins, ce dernier considère que « sans impulsion de la commande publique, la massification de cet usage sera plus compliqué ». 

« L'utilisation de la paille dans la construction permet une valorisation de la filière locale, mais elle nécessite toutefois une volonté des concepteurs, des industriels, et des entreprises à lever certains doutes qui pourraient être du côté de la maîtrise d’ouvrage ou du client. Il faut encore beaucoup de pédagogie, et de communication à ce sujet. », souligne Yanis Boumbar. « Pour cela, il faut faire fonctionner tous les intervenants et avoir une bonne coopération de chaque corps de métier », conclut-il.

 

Marie Gérald 

Photo de Une : ©AdobeStock

Sur le même sujet

bloqueur de pub détecté sur votre navigateur

Les articles et les contenus de Batiweb sont rédigés par des journalistes et rédacteurs spécialisés. La publicité est une source de revenus essentielle pour nous permettre de vous proposer du contenu de qualité et accessible gratuitement. Merci pour votre compréhension.