L'installation de bornes de recharge électrique s'accélère

Développement durable | 30.08.21
Partager sur :
L'installation de bornes de recharge électrique s'accélère - Batiweb
Alors que la loi d’orientation des mobilités (LOM) prévoit la fin des véhicules fonctionnant aux énergies fossiles d'ici 2040, il est nécessaire d'accélérer le déploiement des bornes de recharge électrique en France. Pour financer l'équipement des aires d'autoroutes en bornes de recharge rapide, l'Etat a ainsi débloqué 100 millions d'euros en début d'année. Un dispositif adopté par l'Assemblée nationale en avril dernier prévoit en outre de faciliter l'installation de bornes au sein des copropriétés.

En 2020, l’Union Européenne a renversé les leaders du marché de la mobilité électrique, à savoir la Chine et les États-Unis, se positionnant ainsi comme un acteur majeur de cette révolution. Avec une croissance multipliée par trois des ventes de véhicules électriques en 2020, par rapport à 2019, la France figure parmi le trio de tête. Pour François Gatineau, président de Mobileese, bureau de conseil en mobilité électrique : « La dynamique de la demande pour l'installation de bornes de recharge englobe tous les secteurs. Il est regrettable que le matériel ne soit disponible que sous un délai de 12 semaines et que la main-d'œuvre manque, l'infrastructure de recharge nécessaire aux véhicules électriques pourrait être disponible encore plus vite ».

Avec seulement 33 300 points de recharges disponibles, l'objectif de 100 000 bornes publiques opérationnelles d'ici fin 2021 ne sera certainement pas atteint. Dans le détail, 40 % d'entre elle se trouvent sur la voie publique, 37 % dans les parkings, et 23 % à proximité des entreprises et commerces.

Des autoroutes de plus en plus équipées

Au 1er janvier 2023, la loi exige que toutes les aires de services des autoroutes soient équipées en chargeurs de haute puissance. Avec une enveloppe de 100 millions d'euros débloquée par l'Etat en début d'année, le gouvernement entend financer ce développement.

Enedis, entreprise chargée de gérer le réseau de distribution d’électricité public sur 95 % du territoire français, et RTE, gestionnaire du réseau de transport d'électricité, ont de leur côté mené une étude consacrée à l’équipement des autoroutes en infrastructures de recharge nécessaires pour les 15 prochaines années. A l’issue de cette étude, les experts notent trois points fondamentaux qui démontrent que, du point de vue du système électrique, le déploiement de ces infrastructures « ne présente pas de défis majeurs à moyen et long terme ».

Avec plus de 500 000 véhicules légers électriques (VE) et hybrides rechargeables (VHR) en circulation en France, « le déploiement des infrastructures de recharge rapide pour les longues distances est une condition essentielle au développement à grande échelle de la mobilité électrique », soulignent Enedis et RTE. Mais ces extensions et adaptations des réseaux électriques « ne présentent pas de défis techniques particuliers ni d’enjeux financiers importants », indiquent-ils. Pour l’alimentation des stations de recharge sur autoroute, le rapport estime les coûts entre 300 et 600 millions d’euros d’ici 2035, ce qui représente environ 0,6 % des investissements planifiés par les gestionnaires des réseaux de distribution et de transport sur la période.

A noter que, début juillet 2021, l'Union Française de l'Electricité (UFE) enregistrait 710 bornes accessibles depuis les autoroutes en France, soit 48 % de plus qu’au début de l'année.

Des solutions pour faciliter le déploiement dans les copropriétés

Alors que près de 45 % des Français vivent en logement résidentiel collectif, dont la moitié d’entre eux disposent d’un parking, la question de leur équipement en bornes de recharge est essentielle pour assurer le développement du véhicule électrique. Cependant, cette question est souvent contestée par des copropriétaires qui n'ont pas l'intention d'acquérir un véhicule électrique et qui ne souhaitent pas participer au reste à charge pour les travaux. 

Ainsi, afin de faciliter la prise de décision dans les copropriétés, l’Assemblée Nationale a adopté le 10 avril dernier un dispositif consistant à faciliter et accélérer l’installation de bornes de recharge dans les immeubles en copropriété. Pour la ministre de la Transition Écologique, Barbara Pompili, « l'objectif est d'offrir une alternative à la législation actuelle pour lever les freins à l'installation de bornes ». L'idée de ce nouveau dispositif est donc de proposer un mécanisme de financement alternatif selon lequel seuls les utilisateurs des infrastructures prendraient en charge le remboursement des bornes, également co-financées par le gestionnaire du réseau de distribution d'électricité.

Pour Martial Saddier, député LR, « C'est une révolution dans les copropriétés. Ça bouleverse complètement et totalement l'installation, les modalités de financement et le dimensionnement technique des raccordements électriques des copropriétés, des immeubles de France », estime-t-il. De son côté, l'association Equilibre des Energies « se réjouit » de ce mécanisme qui permet également à chaque occupant d'alimenter sa borne de recharge individuelle, rapidement et quand il le souhaite.

De plus, la décision d’installer une infrastructure collective nécessite une prise de décision collective. Ainsi, si les copropriétaires non concernés à courte échéance se désintéressent du sujet ou craignent un coût qu’ils ne jugent pas nécessaire,« certains opérateurs de recharge proposent de prendre en charge les travaux collectifs et de facturer un service de recharge mensuellement adapté à sa consommation », précise Jérôme Princet, directeur général de Bornes Solutions (groupe OCEA). « Les bornes de recharge ne représentent donc pas une augmentation des dépenses liées au logement, mais bien une plus-value sur la valeur des logements, ainsi qu’une économie sur les carburants par rapport aux véhicules thermiques », ajoute-t-il. 

 

Marie Gérald

Photo de Une : ©Adobe Stock

 

Redacteur
filter_list

Sur le même sujet

Une alliance entre la France, l’Espagne et le Portugal pour relier les réseaux électriques - Batiweb

Une alliance entre la France, l’Espagne et le Portugal pour relier les réseaux électriques

Les dirigeants français, espagnols et portugais se sont réunis vendredi dernier à Lisbonne afin d’annoncer un projet commun : la construction d’une ligne sous-marine de 370 km visant à relier leurs réseaux électriques. Grâce à cette initiative de grande envergure, les trois États espèrent lutter contre l’isolement énergétique de la péninsule ibérique, en bénéficiant, entre autres, de l’excédent de production d’électricité du Portugal. Explications.
Brexit : 377m2 d’infrastructures de contrôle installés en 3 semaines dans le port de Calais - Batiweb

Brexit : 377m2 d’infrastructures de contrôle installés en 3 semaines dans le port de Calais

Alors que l’entrée en vigueur du Brexit était initialement prévue pour le 29 mars, la Société d’Exploitation des Ports du Détroit (SEPB) avait confié à Legoupil Industrie le soin d’installer, dans les meilleurs délais, deux plateformes de contrôle d’un total de 377m2 dans le port de Calais. Des infrastructures réalisées en seulement 3 semaines, mais qui ne serviront finalement qu’à partir du 31 octobre 2019.
KILOUTOU, loueur de matériel pour les entreprises du BTP, de l'industrie et des collectivités présente sa GAMME DE CHAUFFAGE ! - Batiweb

KILOUTOU, loueur de matériel pour les entreprises du BTP, de l'industrie et des collectivités présente sa GAMME DE CHAUFFAGE !

En permanence à l'écoute des besoins des professionnels du bâtiment et des travaux publics, KILOUTOU, leader de la location de matériels en France, vous propose une gamme complète de chauffages : -Chauffages industriels électrique, au gaz ou au fioul -Utilisations intérieures et extérieures -Tarifs dégressifs adaptés à la durée de la location -Plus de 10000 matériels disponibles à la location pour un volume chauffé de 10 m3 à plus de 10 000m3.