Le baril à 100 $ un double effet kiss kool sur l'environnement ...

Développement durable | 08.01.08
Partager sur :
Le baril à 100 $ un double effet kiss kool sur l'environnement ...  - Batiweb
Selon l'Agence internationale de l'énergie (AIE), la flambée des prix du pétrole encourage les pays développés à économiser l'énergie, à développer le nucléaire et les énergies renouvelables. Mais elle pousse aussi l'Inde et la Chine à utiliser le charbon, moins cher mais plus pollueur.

Les prix élevés du pétrole poussent "à plus d'efficacité" énergétique "et incitent les pays consommateurs à investir davantage dans des sources d'énergie alternatives au pétrole", estime l'Agence internationale de l'énergie (AIE). L'Europe est à cet égard la région du monde la plus performante pour réduire la consommation d'énergie dans sa production de richesses, selon une récente étude de l'Agence française de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie.

Reste que le charbon domine dans la production mondiale d'électricité. Le charbon sert à fabriquer 40% de l'électricité dans le monde, devant le gaz (20%), l'hydraulique (16%), l'énergie nucléaire (15%), le pétrole (7%), et les autres énergies renouvelables (2%), selon l'AIE. La demande en charbon va presque doubler d'ici à 2030, tirée par la Chine et l'Inde, qui en disposent en abondance et en ont besoin pour satisfaire l'insatiable appétit de leur industrie. "En 2006, la Chine a construit l'équivalent de trois centrales à charbon par semaine", note Cédric Philibert, à l'AIE.

Si bien que "le pétrole n'est pas le pire ennemi du climat. C'est plutôt le charbon. Il vaut mieux faire rouler sa voiture au pétrole et capturer le CO2", résume M. Philibert.
Redacteur