Rénovations « BBC par étapes » : une méthodologie est proposée Développement durable | 19.03.21

Partager sur :
Pendant trois ans, Pouget Consultants, Effinergie et Eireno, avec le soutien de l’Ademe, ont travaillé à la création d’une méthodologie commune de rénovation « BBC par étapes ». Le 17 mars dernier, les partenaires ont publié leur rapport. La méthode doit permettre l’atteinte des objectifs de la Stratégie Nationale Bas Carbone (SNBC) qui vise notamment la rénovation intégrale du parc immobilier français d’ici 2050 au niveau BBC. Et rassurer ménages, maîtres d’ouvrage, financeurs et assureurs, en offrant une vision globale du projet.

Le projet « BBC par étapes » ou « B2C2 » était soutenu par l’Ademe dans le cadre de l’Appel à Projet de Recherche « Vers des bâtiments durables ». Le rapport publié le 17 mars dernier, est le fruit d’un travail collaboratif qui a réuni, pendant trois années, Pouget Consultants, Effinergie et Eireno, ainsi que plusieurs experts et acteurs institutionnels et une quinzaine de collectivités représentatives du territoire français. 

Le rapport rappelle que la SNBC vise la rénovation intégrale du parc immobilier d’ici 2050 au niveau Bâtiment Basse Consommation (BBC). Malgré les objectifs, la rénovation globale et performante « reste rare ». Aujourd’hui, 90% des rénovations énergétiques correspondent à des besoins terrains « immédiats » (remplacement de chaudière par exemple), des travaux par gestes qui « ne sont pas compatibles avec l’atteinte d’une performance BBC en 2050 ». 

La méthodologie élaborée s’adresse principalement aux collectivités territoriales proposant des dispositifs d’accompagnement destinés aux propriétaires de maisons individuelles et de logements en petites copropriétés. Elle vise à rassurer les parties prenantes d’un projet, ainsi que les financeurs et les assureurs, en leur apportant « une vision globale », pour que l’intégralité des travaux à réaliser « soit définie dès le départ avec un planning sur le long terme ». 

Des rénovations plus qualitatives 

« La rénovation globale tire le marché de la rénovation vers le haut, tant par la qualité des rénovations que par les performances atteintes et la montée en compétences des professionnels », souligne le rapport. Pourtant les particuliers privilégient les gestes isolés. Les freins à la rénovation globale sont d'une part financiers : si la rénovation globale « reste moins chère comparée à la somme des phases d’une rénovation par étapes », l’investissement initial est plus important et « la lourdeur des travaux ne favorise pas le passage à l’action des ménages ». et d'autre part, techniques. Les composants du bâtiment ayant des durées de vie ou des états de vétusté différents, les ménages et copropriétés font souvent le choix de cibler la rénovation sur un lot en particulier.   

Pour atteindre le niveau BBC-rénovation en 2050, le rapport explique que 3,9 millions de lots devraient être traités chaque année. Un objectif qui semble possible puisque selon l’étude TREMI 2017, 14,1 millions de gestes de rénovation ont été réalisés sur les maisons individuelles sur la période 2014-2016. Néanmoins, le rapport pointe que les rénovations par étapes ne sont pas toujours qualitatives. Ainsi, il convient d’en améliorer la qualité, d’augmenter le nombre de lots traités sur une étape de rénovation, d’effectuer un meilleur suivi des rénovations par étapes dans le temps, de minimiser le risque que la dernière étape « ne soit jamais faite », et de faire en sorte que les artisans proposent « une approche globale ». 

Les collectivités peuvent intervenir sur plusieurs plans : technique (avec un accompagnement des particuliers et mise en lien avec des entreprises certifiées), économique (coordination des actions en faveur de la rénovation), communication (diffusion des bonnes pratiques). Le programme SARE doit lui s’appuyer sur des programmes et outils communs à l’échelle nationale pour répondre à sa mission première : mettre en œuvre des actions d’information et d’accompagnement en faveur de la rénovation énergétique des logements et petits locaux tertiaires privés. 

Une méthodologie adaptée aux actions et programmes existants

La méthodologie commune de rénovation « BBC par étapes » doit permettre de mieux prendre en compte le cycle de vie du bâtiment et ses besoins. Elle s’appuie sur plusieurs outils : un organigramme pour comprendre les grands temps d’un projet de rénovation par étapes, une dizaine de principes techniques, un outil d’analyse pour programmer les travaux, une page internet pour recenser les programmes de rénovation par étapes, un guide destiné aux collectivités pour les accompagner dans le déploiement de la méthodologie. 

Parmi les principes méthodologiques définis, un parcours de travaux en maximum trois étapes pour assurer l’atteinte de la performance attendue et limiter les dérangements pour les usagers. Il est recommandé de prioriser deux lots « enveloppe » et le lot « ventilation », et de viser un gain sur les consommations énergétiques primaires d’au moins 40%. Pour réduire le risque pathologique pour le bâtiment, veiller au bon traitement des interactions et interfaces planifié dès la conception de la feuille de toute. La notion d’étanchéité à l’air « doit être embarquée à chacune des étapes de la réhabilitation ». 

Le rapport souligne que la méthodologie doit être commune à tous, posséder des déclinaisons locales, s’adapter aux actions et programmes existants et pouvoir être partagée avec tous les intervenants de l’acte de rénover. 

La feuille de route des travaux peut être définie selon deux manières, poursuit le rapport. 

  • Une conception poussée : la feuille de route doit répondre aux exigences d’un audit pour les maisons individuelles et d’un DTG pour les copropriétés. 
  • Une conception simplifiée : le diagnostic peut être réalisé par un opérateur ou une entreprise.

Dans les deux cas, une évaluation économique du projet de rénovation dans sa globalité doit être proposée au maître d’ouvrage, avec la réalisation d’un plan de financement pluriannuel du programme de travaux, incluant les aides disponibles. La feuille de route doit être mise à jour pour un suivi de la qualité des travaux. 

Aussi, le rapport estime nécessaire que les recommandations de la feuille de route respectent les critères « BBC Compatibles » dont les solutions répondent à différentes règles techniques pour limiter le risque pathologique, traiter l’étanchéité à l’air et assurer le confort d’été. A cet effet, le bâtiment a été scindé en 7 lots : murs, planchers hauts, planchers bas, menuiseries, ventilation, chauffage et Eau chaude sanitaire. 

La seconde phase du projet prévoit d’expérimenter la méthodologie sur trois territoires : Région Normandie, Région Bourgogne France Comté et Bordeaux Métropole. 

Pour consulter le rapport, rendez-vous ici

Rose Colombel
Photo de une : ©Adobe Stock

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Effinergie lance un label pour la rénovation énergétique des bâtiments classés - Batiweb

Effinergie lance un label pour la rénovation énergétique des bâtiments classés

Concilier bâtiments classés au patrimoine et rénovation énergétique, c’est le défi que s’est lancé en 2017 le collectif Effinergie, en collaboration avec Sites et Cités Remarquables de France, qui présente aujourd’hui un nouveau label énergétique dédié au bâti ancien. L’objectif : valoriser des travaux alliant réhabilitation énergétique et préservation de bâtiments du patrimoine.
L'Ademe et le Collectif Effinergie, partenaires sur la rénovation énergétique et la construction BBC - Batiweb

L'Ademe et le Collectif Effinergie, partenaires sur la rénovation énergétique et la construction BBC

L'Ademe et Collectif Effinergie viennent de signer ce mardi une convention cadre de partenariat afin de diffuser les bonnes pratiques en matière de performance énergétique des bâtiments. L’enjeu est double : promouvoir une construction exemplaire, source d'innovation, et inciter à une rénovation énergétique ambitieuse et massifiée. Zoom sur les différents axes de ce partenariat.
Rénovation BBC : les logements collectifs mènent la danse - Batiweb

Rénovation BBC : les logements collectifs mènent la danse

Comme chaque année, Effinergie révèle les chiffres de la rénovation basse consommation en France. Le nombre de logements collectifs rénovés a doublé sur les deux dernières années : ils représentent désormais 85% des opérations et un volume de 171 446 unités. Si le marché de la rénovation des maisons groupées se veut dynamique (+ 65% par rapport à 2017), celui de la maison individuelle en secteur diffus demeure « atone ».

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter