La formation des bureaux d’études face aux enjeux de l’audit énergétique des bâtiments Dossier thématique | 11.07.14

Partager sur :
La formation des bureaux d’études face aux enjeux  de l’audit énergétique des bâtiments Batiweb
Dans le cadre de la stratégie de rénovation des bâtiments existants, l’audit énergétique est l’outil pertinent pour permettre, à partir d’une analyse détaillée des données du bâtiment, de dresser une proposition chiffrée et argumentée de programmes d’économie d’énergie et amener le maître d'ouvrage à décider des investissements appropriés.
L’ADEME forme depuis 2008 les bureaux d’études à la méthodologie de l’Audit et a confié en 2011 la diffusion du module : « Réaliser un audit énergétique de qualité dans le bâtiment » à 4 organismes de formation partenaires : ACD2, IPTIC, ITGA, SUNSQUARE.
Le module est reconnu « action collective FAFIEC ». Il répond parfaitement aux besoins de formation du référent technique pour une entreprise souhaitant déposer un dossier à la qualification OPQIBI 1905, en vue d’obtenir la mention RGE.
LE BATIMENT : IMMENSE GISEMENT D'ECONOMIES D'ENERGIE

L'évolution actuelle du contexte national et international est marquée, d'un côté, par une forte progression de l'intérêt pour la protection de l'environnement et la lutte contre le changement climatique et, de l'autre côté, par un accroissement de la demande en énergie et en matières premières. Or à l'horizon 2050, la France s'est engagée à diviser par quatre ses émissions de gaz à effet de serre. C'est au travers des lois issues du Grenelle de l'Environnement une politique nationale volontariste qui est mise en œuvre pour réduire les consommations énergétiques et les émissions associées dans l'ensemble des secteurs économiques, notamment celui du bâtiment, avec plus particulièrement la mise en œuvre du Plan de Rénovation Energétique du l'Habitat.

Il faut rappeler que le bâtiment est en France le plus gros consommateur d'énergie parmi tous les secteurs économiques, avec 70 millions de tonnes d'équivalent pétrole, soit 43 % de l'énergie finale totale.

La consommation moyenne annuelle d'énergie est proche de 400 kWh d'énergie primaire par m² chauffé. La contrainte de réduction des émissions de CO2, mais également la hausse inéluctable du coût de l'énergie liée à l'épuisement progressif des ressources, nécessitent de parvenir à une consommation moyenne d'énergie primaire de l'ordre d'une centaine de kWh/m² en 2050 pour l'ensemble des bâtiments en service, dont environ 50 kWh/m² d'énergie primaire pour les usages de chauffage de locaux et de l'eau chaude sanitaire.

Par ailleurs, les bâtiments neufs ne représentant que 1% du parc, il convient donc d'agir rapidement sur les bâtiments existants, l'audit énergétique étant l'outil fondamental pour accompagner le maître d'ouvrage dans sa décision de travaux. Pour mémoire, la France compte 33.4 millions de logements et 931 millions de m2 chauffés dans le secteur tertiaire.

Face à l'ampleur du défi, c'est un plan d'actions ambitieux qui est mis en place : mobilisation de tous les acteurs du bâtiment, mesures réglementaires contraignantes, mais également éco-conditionnalité des aides publiques au travers de la mention RGE, qui reconnaît les compétences des acteurs.

Le secteur du bâtiment se positionne dorénavant comme un acteur clé pour parvenir à résoudre les inquiétants défis environnementaux auxquels nous devons faire face.


LE PRINCIPE DE L'ECO-CONDITIONNALITE ET LA MENTION RGE

La mobilisation nationale et locale autour de la rénovation énergétique s'articule autour du PREH. Le Gouvernement a souhaité, afin d'assurer la montée en qualité des travaux de rénovation, accompagner la mise en œuvre de ce plan par l'instauration du principe de l'éco-conditionnalité des aides publiques de l'Etat aux travaux d'amélioration de la performance énergétique du bâtiment.

Un nouveau cap a été franchi lors de la dernière édition du salon Batimat, en novembre 2013, avec le lancement de « RGE Etudes », qui concerne plus particulièrement les professionnels de la conception.

Une charte d'engagement définit les conditions d'obtention de la mention RGE, relative aux signes de qualité délivrés aux bureaux d'études réalisant des prestations d'études et/ou d'ingénierie. Au 1er janvier 2015, l'ADEME engagera la mise en place du principe d'éco-conditionnalité de ses aides. Les études devront alors être réalisées par au moins un professionnel bénéficiant d'un signe de qualité RGE Etudes.

RGE Etudes

Les exigences de la charte sont liées au respect d'un certain nombre d'obligations (légales, financières, ..) et impose un référent technique par tranche de 20 salariés ayant suivi une formation dans le domaine concerné. La mention RGE s'appuie sur des signes de qualité et en particulier sur la qualification OPQIBI 1905. Celle-ci porte sur « l'audit énergétique des bâtiments tertiaires et/ou des habitations collectives ». Le référent technique de l'entreprise souhaitant déposer une demande en vue de l'obtention de la mention RGE associée doit avoir suivi une formation à l'audit énergétique abordant la méthodologie de l'audit et la connaissance des meilleures techniques disponibles.


LE MODULE DE FORMATION ADEME : « Réaliser un audit énergétique de qualité dans le bâtiment »

Ce module a été conçu en 2008 autour de deux grands principes : le bureau d'études doit pouvoir acquérir au cours de cette formation une méthodologie précise et efficace pour mener à bien l'audit du bâtiment. Cette méthodologie est décrite dans le cahier des charges ADEME de l'audit énergétique et permet au maître d'ouvrage, au travers d'un rapport circonstancié, de décider des travaux nécessaires à mettre en œuvre afin d'améliorer la performance énergétique de son bâtiment.

La formation ADEME poursuit donc les objectifs suivants :
  • Maîtriser et optimiser les différentes étapes de l'audit énergétique (préparation et réalisation de la visite, évaluation sur site de l'état du bâtiment audité,
  • Maîtriser l'utilisation d'un logiciel d'évaluation énergétique de bâtiment : MEDIADEME
  • Analyser les postes du bilan énergétique
  • Connaître les Meilleures Techniques Disponibles et proposer au maître d'ouvrage des scénarios argumentés de travaux d'amélioration de la performance, permettant entre autre de hiérarchiser les priorités.

Bâti autour d'une pédagogie innovante et interactive, le module est basé sur l'étude d'un cas réel d'audit de copropriété, fil rouge de la formation. Il alterne les séquences d'apports méthodologiques, les ateliers de travail de groupe, les temps de prise en main du logiciel et les jeux de rôle mettant en scène le bureau d'études et le maître d'ouvrage.

Délivré par des formateurs sous licence ADEME, experts de leur domaine et rompus à la pédagogie interactive, il a été reconnu en 2012 Action Collective FAFIEC. Il bénéficie de ce fait d'une prise en charge financière spécifique.

Audit énergétique : Action collective FAFIEC
Demandez votre documentation
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

La rénovation énergétique des bâtiments, ça s’apprend ! Batiweb

La rénovation énergétique des bâtiments, ça s’apprend !

Pour aider les professionnels du bâtiment à relever le double défi écologique et économique du Grenelle, l’ADEME, la FFB, la CAPEB, la FNSCOP BTP, EDF et ATEE ont développé une formation à la rénovation énergétique FEE Bat (Formation aux Economies d’Energie des entreprises et artisans du Bâtiment).
Un nouveau système sans fil pour comprendre et réduire sa facture énergétique Batiweb

Un nouveau système sans fil pour comprendre et réduire sa facture énergétique

Afin de répondre aux problématiques d’économie d’énergie dans les bâtiments tertiaires existants (99% du parc), Legrand lance une nouvelle offre de gestion sans fil de l’énergie. Le dispositif, facile à installer, remplit un double objectif : analyser au plus près des équipements les différentes sources de consommation et mettre en place des solutions pour les réduire
La nouvelle génération d’isolants Batiweb

La nouvelle génération d’isolants

Les nouvelles normes des bâtiments, que ce soit en BBC, pour suivre les préconisations de la RT 2012 ou dans le cadre d’une rénovation énergétique, imposent aujourd’hui la mise en place d’isolants très performants. Pour réduire les épaisseurs, des « superisolants » à très faible conductivité thermique sont aujourd’hui disponibles. Parmi eux, l’aérogel, le panneau isolant sous vide ou encore les matériaux à changement de phase.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter