Contrôle d’alcoolémie des salariés : les règles à connaitre Droit social | 04.09.15

Partager sur :
Contrôler l'alcoolémie des salariés peut s'avérer indispensable pour garantir la sécurité et se prémunir d'accidents du travail. Cependant, cette procédure est strictement encadrée et doit notamment être prévue, le cas échéant, par le règlement intérieur de l'entreprise. La Cour de cassation est revenue sur ce sujet, permettant notamment que le contrôle s'exerce hors de l'entreprise.
Contrôle d'alcoolémie : la nécessité de le prévoir dans le règlement intérieur

Le contrôle d'alcoolémie n'est possible que lorsqu'un règlement intérieur est en vigueur dans l'entreprise et que ce dernier prévoit expressément cette possibilité. Dans les entreprises de moins de 20 salariés, il pourra s'agir d'une note de service répondant aux mêmes formalités de dépôt et publicité que le règlement intérieur.
 
  Modèle de note de service permettant la mise en œuvre d'un contrôle éthylotest
(doc | 1 p. | 76 Ko)
 
Mettre en place un règlement intérieur requiert une procédure spécifique : une fois élaboré, il doit faire l'objet d'un dépôt au secrétariat-greffe du conseil e prud'hommes ainsi qu'à l'inspection du travail. Il doit en outre être affiché dans l'entreprise au moins un mois avant son entrée en vigueur à une place convenable et aisément accessible dans les lieux de travail, ainsi que dans les locaux et à la porte des locaux où se fait l'embauche.

Lorsque ces formalités n'ont pas été accomplies, le règlement intérieur n'est pas opposable aux salariés.

Sans ce règlement intérieur, vous ne pourrez pas contrôler l'alcoolémie de vos salariés. Cela étant, vous devrez interdire à toute personne en état d'ivresse d'entrer et de séjourner dans l'entreprise (Code du travail, art. R. 4228-21).

Vous avez besoin d'informations sur l'élaboration du règlement intérieur ou d'un modèle ? Les Editions Tissot vous recommandent leur documentation « Formulaire Social BTP commenté ».
 
Contrôle d'alcoolémie : les conditions de validité

Le recours au contrôle d'alcoolémie peut constituer une atteinte aux libertés fondamentales. Il doit donc être encadré.

Le contrôle d'alcoolémie ne peut pas être systématique et ne doit concerner que les salariés dont les fonctions sont de nature à exposer les personnes ou les biens à un danger. Ce peut être le cas des ouvriers du Bâtiment manipulant des machines dangereuses ou tout simplement pour les salariés amenés à la conduite de véhicules d'entreprise. Le contrôle ne devra donc pas porter sur tous les salariés sans distinction.

Le règlement intérieur devra également prévoir la possibilité de contester ce test d'alcoolémie par une contre-expertise ou un second contrôle. Le contrôle pourra être effectué par vous-même ou par toute autre personne que vous aurez désignée. Nous vous recommandons d'effectuer le contrôle en présence d'une tierce personne pour garantir l'impartialité et constituer un témoignage éventuel.

En revanche, la réalisation du contrôle dans l'entreprise n'est pas impérative. La Cour de cassation a admis récemment que le contrôle puisse avoir lieu en dehors de l'entreprise pour des raisons techniques. Dans cette affaire, un salarié, affecté à la conduite d'un véhicule, avait été licencié pour faute grave après avoir été contrôlé positif à un contrôle d'alcoolémie. Le salarié contestait la sanction en soulevant que le contrôle n'avait pas eu lieu dans l'entreprise et qu'il n'avait donc pas suivi les modalités prévues par le règlement intérieur.

La Cour de cassation indique ainsi que « le recours à un contrôle d'alcoolémie permettant de constater l'état d'ébriété d'un salarié au travail, dès lors qu'eu égard à la nature du travail confié à ce salarié, un tel état d'ébriété est de nature à exposer les personnes ou les biens à un danger, et que les modalités de ce contrôle, prévues au règlement intérieur, en permettent la contestation, peu important qu'il s'effectue, pour des raisons techniques, hors de l'entreprise ».

Pour plus d'informations, retrouvez l'article original sur le site des Editions Tissot : Contrôle d'alcoolémie des salariés : les règles à connaitre
 
 
Demandez votre documentation
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Rien n'est sûr avec un

Rien n'est sûr avec un "pacte de préférence"

Attention au pacte de préférence ! Cet avant-contrat, qui engage une personne auprès du bénéficiaire du pacte à ne pas conclure d’autre contrat avec un tiers, ne présente aucune garantie dans le cadre de la vente d’un bien immobilier. C’est en tout cas l’avis de la Cour de cassation, qui estime que le pacte de préférence n’est pas un droit de préemption, par lequel il est possible d’acquérir un logement en priorité. Explications.
Une construction autorisée peut être démolie

Une construction autorisée peut être démolie

Comme si la baisse des autorisations de logements à la construction enregistrée ce premier trimestre ne suffisait pas, la Cour de cassation estime que la démolition d'un bien peut être autorisée dans certaines conditions. Cette décision de la justice nécessite néanmoins l'annulation préalable du permis de construire, y compris sur simple demande d'un voisin qui considérerait que les travaux en cours ne sont pas conformes à au règlement administratif. Explications.
La préemption n'est pas une spoliation

La préemption n'est pas une spoliation

Remanié par la fameuse loi SRU, le droit de préemption permet aux communes dotées d'un plan local d'urbanisme, d'une carte communale ou d'un plan d'occupation des sols d'acquérir en priorité tout bien foncier ou immobilier mis en vente. Aujourd'hui encore, il fait largement débat, mais la Cour de cassation est formelle : le droit de préemption n'outrepasse pas le droit de propriété.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter