Rénovation énergétique du parc tertiaire : quelle stratégie pour être efficace ? Eco-construction | 01.06.15

Partager sur :
Rénovation énergétique du parc tertiaire : quelle stratégie pour être efficace ? Batiweb
A l'occasion de l'entrée de cinq nouveaux signataires dans la charte pour l'efficacité énergétique des bâtiments tertiaires privés et publics, le Plan Bâtiment Durable a présenté son second rapport de suivi qui détaille les pratiques mises en œuvre par les signataires. Alors quelles sont étapes clés à suivre pour réussir la rénovation énergétique de son parc tertiaire ? Eléments de réponse.
Le Plan Bâtiment durable n'en finit plus d'attirer les entreprises et les collectivités dans son opération d'ampleur lancée fin octobre 2013 sur la rénovation du parc tertiaire. Ce lundi, cinq nouvelles signatures sont venues s'ajouter à la Charte pour l'efficacité énergétique des bâtiments tertiaires privés ou publics, qui comptait déjà 90 signataires : DRIEA Ile-de-France, Exterimmo, Sncf immobilier, Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand et l'Université de Reims Champagne-Ardennes.

« Nous nous sommes engagés dans cette charte pour créer du mouvement, à partir d'une situation encalminée dans le domaine du tertiaire privé et public. L'objectif était que les acteurs améliorent la performance énergétique de leur patrimoine, et que cela crée au passage de l'activité. Grâce à cette action, nous savons désormais qu'il est possible d'avoir des résultats significatifs en termes d'efficacité énergétique sans se ruiner financièrement, mais en travaillant sérieusement », s'est félicité Jérôme Gâtier, directeur du Plan Bâtiment Durable, à l'occasion de la présentation du second rapport de suivi de la charte.

Afin que le plus grand nombre profite des expériences menées par les signataires, sorte de précurseurs en la matière, la Plan Bâtiment Durable livre les clés pour réussir la rénovation énergétique de son parc.

Un projet d'entreprise

« Les témoignages des signataires font ressortir un certain nombre de constante en termes de pratiques pour améliorer l'efficacité énergétique de leur parc », constate Olivier Teissier, chef de projet au CSTB chargé de réaliser le second rapport de suivi de la Charte. Le premier point de consensus est que l'efficacité énergétique dans les bâtiments doit être un porté « comme un véritable projet d'entreprise », explique-t-il. A ce titre, elle implique un portage par la direction, voire la création d'une structure interne responsable qui dispose de ressources, met en œuvre les actions opérationnelles et s'assure qu'un suivi et un reporting réguliers sont menés.

« Mais les acteurs ne peuvent faire des progrès que s'ils mettent en place des pré-requis, c'est-à-dire des dispositions garantes du bon choix futur des actions d'efficacité énergétique », précise Olivier Teissier. Il s'agit notamment d'assurer un suivi des consommations (annuel, mensuel, instantané) et de faire un état des lieux des bâtiments et des potentiels d'économies accessibles (cartographie, audit approfondi, audit sommaire sur un échantillon représentatif du parc). La collecte de ces données permettra ensuite de définir et d'adopter un plan de progrès partagé et porté par la direction.

En revanche, « pour les grands utilisateurs (grandes entreprises ou administrations, ndlr.), l'efficacité énergétique doit s'inscrire dans une stratégie plus globale », relève Olivier Teissier. Les propriétaires doivent opter pour des bâtiments dans un état adapté aux fonctions qui sont les leurs, et en ligne avec les objectifs de l'entreprise.

Sensibilitation des occupants et grands travaux

En complément de ces mesures, le CSTB a remarqué qu'une sensibilisation des occupants et la mobilisation de l'ensemble des acteurs étaient nécessaires pour réussir et maintenir le cap une fois les premiers résultats avancés, bien que les avis des signataires soient contrastés. « Cette mobilisation peut aller jusqu'à l'intéressement des salariés », a constaté Olivier Teissier.

Le deuxième levier est l'optimisation de l'exploitation du bâtiment « particulièrement plébiscité par les signataires car le retour sur investissement est court, avec des gains significatifs », précise Olivier Teissier. Il s'agit par exemple du réglage des températures de consigne, la réalisation de travaux légers sur l'éclairage ou d'autres équipements.

Enfin, le troisième levier pour diminuer la consommation énergétique des bâtiments serait bien sûr d'engager des travaux d'amélioration sur le bâtiment en lui-même. Un levier qui n'est actionné qu' « au fil de l'eau » par les signataires.

« Une rénovation massive du patrimoine tertiaire pour répondre à des objectifs contraignants relève de l'utopie. Les acteurs préfèrent gérer leur patrimoine sur le long terme, et engager la performance énergétique dans de grands travaux de restructuration du bâtiment, si possible en période de vacances », souligne Olivier Teissier.

Restent encore quelques freins à lever en termes de responsabilité, d'équilibre entre investissement, économie et rentabilité, mais aussi en termes d'exigences sur le confort et de ressources humaines (compétences externes). D'où la nécessité de mettre en place un dialogue constructif entre les différentes parties prenantes (locataires, propriétaires, exploitants), selon le CSTB.

Le manque de retour d'expérience en freine aussi certains, mais le CSTB et le Plan Bâtiment Durable y travaillent notamment à travers cette charte. Selon leur analyse, sur 20 contributions, les économies d'énergie sont de l'ordre de 15 % en moyenne sur 5 ans et de 20 % sur 7 ans et... ces économies augmentent avec le temps.

Claire Thibault

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

La rénovation énergétique du tertiaire avance non sans difficultés Batiweb

La rénovation énergétique du tertiaire avance non sans difficultés

Le Plan Bâtiment Durable a organisé, vendredi 21 octobre, une nouvelle séquence de ses « Rendez-vous » consacrée à la dynamique de rénovation énergétique du parc tertiaire. A cette occasion, le troisième rapport de la charte d’engagement volontaire a été présenté. Si la démarche de rénovation énergétique est résolument engagée, des difficultés de mise en oeuvre persistent. Explications.
Efficacité énergétique : les premiers enseignements du tertiaire Batiweb

Efficacité énergétique : les premiers enseignements du tertiaire

A l'occasion d'une réunion plénière des signataires de la charte pour l'efficacité énergétique des bâtiments tertiaires, le Plan bâtiment Durable a présenté son premier rapport de suivi. Ce rapport présente les ambitions et les pratiques des acteurs engagés. Des retours d'expérience jugés essentiels, en vue de la préparation du décret organisant l'obligation future de travaux.
Règlementations : quel cap pour un bâtiment responsable à l'horizon 2020 ? Batiweb

Règlementations : quel cap pour un bâtiment responsable à l'horizon 2020 ?

La loi du 3 août 2009 a posé le principe des bâtiments à énergie positive à l’horizon 2020. Philippe Pelletier, président du Plan Bâtiment Durable, a confié dès fin 2011, à Christian Cléret, directeur Général de Poste-Immo et Bernard Boyer, président de SUN BBF et de S2T, la co-présidence d’un groupe de travail dédié à la réflexion sur le bâtiment responsable à l’horizon 2020-2050. Ce groupe de travail publie son troisième rapport et ses recommandations pour définir le bâtiment de demain.
Atrium Gerland, WICONA au coeur d’un projet tertiaire unique à Lyon Batiweb

Atrium Gerland, WICONA au coeur d’un projet tertiaire unique à Lyon

L’Atrium incarne la volonté de créer à la fois un immeuble tertiaire de qualité dans un quartier en devenir et un outil de travail contemporain, durable et soucieux de la qualité de vie des usagers : son concept architectural fort se double d’une approche fonctionnelle. Le bâtiment à base carrée est doté d’un atrium central sous verrière de 17 x 10 m et habillé d’une robe de métal déployée à 1,50 m des façades. « Au-delà de la certification PEQA NF-bâtiment tertiaire (performance énergétique de 50 % inférieure à la RT 2005, Cep 72,73 kwhep/m2.an), l’idée était d’offrir des solutions innovantes et pertinentes », résument Nicolas Simian et Patrick Miton, architectes du cabinet Soho Aurea. Façades et verrière contribuent notablement à ce projet et à son label. Les menuiseries extérieures et intérieures Wicona y conjuguent qualités thermiques, acoustiques et clair de jour.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter