Solaire : des appels d’offres qui n’aboutissent pas à la construction des projets Eco-construction | 10.11.17

Partager sur :
Solaire : des appels d’offres qui n’aboutissent pas à la construction des projets Batiweb
Une étude réalisée par le cabinet de conseil en financement Finergreen avec le syndicat professionnel de l’énergie solaire Enerplan, révèle que plus de la moitié des projets solaires lauréats, en 2015, d’un important appel d’offres national ne sont toujours pas construits. En cause, des problèmes de permis de construire, de coûts de raccordement au réseau ou de financement.
Plus de la moitié des projets solaires lauréats, en 2015, d'un important appel d'offres national ne sont toujours pas construits, selon une étude publiée jeudi, qui pointe le manque de suivi de ces projets par les pouvoirs publics.

Au moins 669 mégawatts (MW), sur les 1.100 attribués, manquent encore à l'appel, alors que le délai limite pour les construire est fixé au 5 décembre prochain, détaille cette étude, réalisée par le cabinet de conseil en financement Finergreen avec le syndicat professionnel de l'énergie solaire Enerplan.

A ce jour, 673 mégawatts ont été construits, même si l'étude note une « incertitude » quant au chiffre exact, du fait de l'absence de réponse de certains lauréats représentant environ 200 mégawatts de projets. Cet appel d'offres concernait les projets de grandes tailles, c'est-à-dire les centrales au sol et sur toiture de plus de 250 kilowatts.

Parmi les projets non encore terminés, 457 MW sont encore en construction et 199 MW sont « en suspens ». 13 MW ont été définitivement abandonnés, un niveau « assez faible », juge Daniel Bour, président d'Enerplan, même s'il relève qu'il pourrait être plus important parmi les projets pour lesquels aucune donnée n'a été communiquée.

Des problèmes de fournitures et de permis de construire évoqués

Pour les projets retardés, la première raison évoquée est un problème de fourniture de matériel, lié à la liquidation judiciaire du fabricant de panneaux photovoltaïques Sillia VL en juin dernier. L'entreprise a dû fermer un site, tandis qu'un autre a été repris par l'italien Recom Italia SRL, ce qui a obligé les développeurs à demander une autorisation pour pouvoir changer de fournisseur.

Des problèmes de permis de construire, de coûts de raccordement au réseau ou de financement sont également évoqués par les entreprises interrogées. « Quelles que soient les raisons, à peu près la moitié des projets ne sont pas dans les délais et ce n'est pas satisfaisant », selon Daniel Bour.

Mais surtout, cette étude partielle montre « le manque d'information » sur le suivi des appels d'offres, un phénomène « aberrant » alors que la montée en puissance des énergies renouvelables est un des objectifs majeurs de la politique énergétique française, note M. Bour.

« Faire ce suivi est une de nos demandes prioritaires, sur le modèle du registre mis en place en Allemagne, qui oblige les développeurs à tenir l'administration informée » de l'avancement de leurs projets, confirme Marion Lettry, du Syndicat des énergies renouvelables (SER), principale organisation professionnelle du secteur.

Avec AFP
Photo de une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Solaire sur toiture : la pression des prix pèse sur l’engagement du secteur Batiweb

Solaire sur toiture : la pression des prix pèse sur l’engagement du secteur

En janvier dernier, 243 nouveaux lauréats ont été désignés pour le développement d’installations photovoltaïques sur bâtiment. Sur les 300 mégawatts prévus dans l’appel d’offres, seuls 155 MW ont été attribués, rapporte la Commission de régulation de l’énergie (CRE) qui note également une hausse des prix moyens proposés par les lauréats. Au vu des résultats, peut-on parler d’un désengagement des acteurs de la filière ? Précisions.
Un appel d’offres multi-énergies bientôt lancé en France Batiweb

Un appel d’offres multi-énergies bientôt lancé en France

A l’occasion des Assises de l’éolien terrestre organisées par le Syndicat des énergies renouvelables (SER), Virginie Schwarz, directrice de l’énergie à la direction générale de l’énergie et du climat, a annoncé le lancement d’un appel d’offres qui mettra en concurrence le solaire et l’éolien. L’initiative répond à la volonté de la Commission européenne de favoriser ce type de procédures.
18% de la consommation électrique française issue des énergies renouvelables Batiweb

18% de la consommation électrique française issue des énergies renouvelables

Nul doute que Ségolène Royal aura suivi la nouvelle avec attention, et que l’ex-ministre de l’Environnement sera ravie des résultats publiés ce 18 mai par le Syndicat des énergies renouvelables (SER). L’organisme indique en effet que l’électricité renouvelable représentait 18% de la consommation électrique française au premier trimestre 2017. Un chiffre qui devrait encore progresser au vu des nouveaux raccordements prévus cette année.
La filière solaire pourrait créer près de 25 000 emplois d’ici à 2023 Batiweb

La filière solaire pourrait créer près de 25 000 emplois d’ici à 2023

Dans une étude rendue publique le 27 février dernier, le syndicat des professionnels de l’énergie solaire (Enerplan) met en avant « la compétitivité » de la filière photovoltaïque. S’appuyant sur les objectifs de la Programmation pluriannuelle de l’énergie, le secteur dit viser la création de 25 000 emplois d’ici 2023. Les retombées fiscales versées aux collectivités sont elles estimées à 180 millions d’euros par an.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter