53 % des copropriétaires n’envisagent pas des travaux de rénovation énergétique (étude)

Immobilier | 27.10.21
Partager sur :
53 % des copropriétaires n’envisagent pas des travaux de rénovation énergétique (étude) - Batiweb
Face aux réformes législatives poussant certaines passoires thermiques vers la rénovation et l’ouverture de l’aide MaPrimeRénov’ aux propriétaires bailleurs, le spécialiste de la maîtrise énergétique Hellio a lancé une étude. Celle-ci sonde le rapport des copropriétaires aux travaux de rénovation, qui ne fait pas l'unanimité. En effet, 53 % des sondés n’envisageraient pas de tels chantiers. Explications.

Un DPE devenu opposable et à double seuil depuis juillet, un audit énergétique obligatoire pour les logements G, F, E et D à partir de 2022, interdiction échelonnée de location des passoires thermiques… Les réformes votées dans le cadre de la loi Climat et Résilience, promulguée le 22 août dernier, ciblent la gestion locative et les copropriétés. « Deux univers en interconnexion car 60 % des logements dans les grandes villes sont la propriété́ d’investisseurs et sont donc occupés par des locataires », commente l’entreprise Hellio.

Alors que ces obligations guideront vers la rénovation 4,8 millions de passoires thermiques (habitat collectif, comme maisons individuelles) d’ici 2028, le spécialiste en maîtrise énergétique a décidé d’analyser le recours à ces travaux par les propriétés. Réalisée en ligne, l’enquête rassemble le retour de 300 copropriétaires, membres et responsables de conseils syndicaux en France. Lors d’une table ronde le 20 octobre dernier, des experts immobiliers ont commenté l’ensemble des résultats. 

Premier chiffre marquant : 53 % des répondants n’envisagent pas la réalisation de travaux de rénovation énergétique pour leur copropriété́.

Des procédures encore méconnues


Un faible engagement dû à une méconnaissance du dispositif. Pour preuve, 50 % des répondants ne connaissent pas l’étiquette énergétique de leur copropriété, contre 15 % estimant l’avoir prise en compte lors de leur achat. Pareil pour la rénovation globale en copropriété : les trois quarts ne connaissent pas les travaux. 70 % ne sont pas non plus familiers avec les aides associées. « Des résultats peu surprenants puisque la rénovation globale est un axe du gouvernement depuis peu, MaPrimeRénov’ copropriétés ayant été lancée il y a moins d’un an», explique l’étude. 

Conséquence d’une telle méconnaissance : une réticence des copropriétaires à investir dans des travaux aussi ambitieux. Ainsi, 50 % ne comptent pas réaliser une rénovation globale, solution importante dans la disparition des passoires énergétiques à partir de 2025. Certains copropriétaires ayant témoigné dans l’enquête évoquent même, face aux réformes restrictives, de vendre leur bien. 

L’enquête d’Hellio laisse entrevoir un certain engouement des propriétaires pour l’isolation thermique par l’extérieur. Ce poste de travaux est vu comme le plus efficace pour réaliser le plus d’économies d’énergie par 48 % des copropriétaires, tandis que la rénovation globale arrive en 4ème position au top 10 des travaux de rénovation énergétique. 

Le facteur finance qui fait pencher la balance


Autre signe d’une prise de conscience : certains répondants s’engagent quand même dans un tel chantier, notamment pour des motifs financiers, notamment la valeur du bien (69 %) et la baisse des charges (78 %). Les résultats d’Hellio rapportent en effet que pour 49 % des sondés, la part de l’énergie est supérieure à 20 % des charges.

Il n’empêche que le principal frein aux travaux de rénovation énergétique est financier. Ils sont en effet jugés trop chers pour 75 % des répondants. Les intéressés se sentent toutefois prêts à payer le reste à charge qu’après déduction des aides. 

Seulement, d’un côté, la question du financement du reste à charge préoccupe les ménages modestes et les plus âgés, qui ont un faible accès aux crédits. D’autant que les banques croient peu en la rentabilité de travaux, bien qu’elles avancent sur la question avec l’instauration du prêt avance rénovation à partir du 1er janvier 2022. 

De l’autre, les artisans se sont déjà plaints de la complexité des démarches afin d'accéder aux aides comme MaPrimeRénov’ ou les Certificats d’économie d’énergie (CEE). Hellio encourage également l’expérimentation d’un modèle d’accompagnement proposé par France Stratégie, basé sur un opérateur ensemblier agrée par l’État qui proposerait une solution de tiers financement. Une façon d’avancer le financement des travaux, remboursé par les trois quarts d’économies sur la facture d’énergie des ménages. Sans compter la création récente de « France Rénov’ », unissant l'expertise de l'Anah et du réseau Faire en matière de délivrance des aides.  

Vers un meilleur accompagnement des syndics de copropriété ?


« Il nous faut des partenaires qui finalement gèrent pour nous toute la partie en amont du vote des travaux. Une fois que tout est géré avec le montant des travaux, les éventuelles aides qu’on peut avoir, le reste à charge, ça nous permet de pouvoir présenter en AG et là en général, c’est bien construit, ça passe ! », témoigne Emmanuelle Thomas, gestionnaire de copropriétés au sein du Cabinet Thomas. Avis partagé par Danielle Dubrac, présidente de l’UNIS, notamment sur la maîtrise des aides.

D’autant que, pour Hellio, le syndic de copropriétés est le candidat idéal pour projeter les copropriétaires dans l’amélioration de leurs biens. Or, 82 % des répondants déclarent ne pas avoir eu de recommandations sur les travaux de rénovation énergétique pour leur copropriété de leur syndic professionnel. 

Or d’après Estelle Baron, directrice des projets Soliha, la démarche d’accompagnement reste « ambitieuse », car elle doit prendre en compte la typologie des copropriétés. Sans quoi, certaines résidences seraient laissées de côté, notamment les petites ou celles en zone fragiles, où un audit énergétique doit définir les travaux de rénovation prioritaires.  

Virginie Kroun
Photo de Une : Adobe Stock
 

Virginie.kroun
filter_list

Sur le même sujet

Les logements étiquetés G interdits à la location au 1er janvier 2023 - Batiweb

Les logements étiquetés G interdits à la location au 1er janvier 2023

Un décret paru au Journal Officiel ce mercredi 13 janvier redéfinit la notion de logement « décent » et stipule que les logements dont la consommation énergétique dépasse 450 kWh par m2 par an (étiquette G) seront interdits à la location à compter du 1er janvier 2023. Il s'agit d'une première étape vers l'interdiction totale de louer une passoire thermique (classes F et G) d'ici 2028.
Des passoires thermiques plus nombreuses parmi les petites surfaces (étude) - Batiweb

Des passoires thermiques plus nombreuses parmi les petites surfaces (étude)

Dans un contexte où le gouvernement annonce une lutte pour éradiquer les 4,8 millions de passoires énergétiques présentes en France, la start-up Flatlooker a mené son enquête pour identifier les caractéristiques des logements les plus énergivores. Il en ressort que les petites surfaces situées en bas étages seraient plus susceptibles de présenter une étiquette énergétique supérieure à E.
Réforme du DPE : le gouvernement précise la nouvelle méthode de calcul - Batiweb

Réforme du DPE : le gouvernement précise la nouvelle méthode de calcul

Le ministère de la Transition écologique a précisé, ce lundi 15 février, les contours de la réforme du diagnostic de performances énergétiques (DPE), déjà prévue depuis 2018 dans le cadre de la loi ELAN. A partir du 1er juillet 2021, la méthode de calcul de ce nouveau DPE changera, et il deviendra « opposable », pour plus de fiabilité. Il sera dans un second temps rendu obligatoire sur toutes les annonces immobilières à partir du 1er janvier 2022.
Loi Climat : les dispositions adoptées pour accélérer la rénovation des bâtiments - Batiweb

Loi Climat : les dispositions adoptées pour accélérer la rénovation des bâtiments

Les députés ont examiné, ce 12 avril, le titre IV du projet de loi Climat et Résilience, un volet dont l’un des objectifs est d’accélérer la rénovation des logements pour atteindre la neutralité carbone d’ici 2050. Interdiction de mise en location des passoires thermiques dès 2028, audit énergétique obligatoire pour les logements mis en vente, création d’un accompagnateur rénovation ou encore déploiement d’un carnet d’information du logement. Voici les principales mesures adoptées.