La crise a peu d'impact sur les projets immobiliers des Français (sondage)

Immobilier | 18.02.21
Partager sur :
La crise a peu d'impact sur les projets immobiliers des Français (sondage) - Batiweb
Depuis le premier confinement, la plateforme d'estimation immobilière Drimki ausculte régulièrement le marché immobilier et les souhaits des Français grâce à un sondage avec BVA. Le tout dernier, réalisé début février, révèle que la crise a finalement très peu impacté le souhait des Français d'être ou de devenir propriétaires. L'impact se fait en revanche ressentir sur le type de logement recherché (sa taille, ses prestations), et sur sa localisation.

En avril dernier, la plateforme d'estimation immobilière Drimki et BVA réalisaient un sondage pour mieux cerner les projets immobiliers des Français en plein premier confinement. Les résultats de l'étude montraient un certain attentisme parmi les plus jeunes (25-34 ans) et chez les ménages avec enfants, mais 1 Français sur 6 avait toujours un projet d'achat dans les 12 prochains mois.

 

Presqu'un an plus tard, et toujours en pleine crise sanitaire, devenue économique, Drimki et BVA ont réitéré l'expérience. Début février, elles ont interrogé 900 personnes âgées de 25 ans et plus sur un échantillon représentatif de la population française, pour mieux estimer les effets de la prolongation de cette crise sur les souhaits immobiliers des Français.

 

A l'issue de ce sondage, Drimki note d'emblée que la crise a finalement eu assez peu d'impact sur les velléités d'achats des Français. Parmi les plus motivés : les jeunes de 25 à 34 ans, qui sont 30 % à avoir un projet immobilier dans les 12 prochains mois. Viennent ensuite les ménages avec enfants (27 %), et les catégories socio-professionnels supérieures (26 %). D'un point de vue géographique, les franciliens sont aussi très nombreux à avoir des projets immobiliers, à hauteur de 19 %.

 

Si la crise n'a pas impacté l'envie des Français d'être ou de devenir propriétaires, elle a en revanche modifié leurs envies. 1 sur 2 déclarent en effet avoir reconsidéré ou fait évoluer leur projet en raison de la crise sanitaire. 32 % des franciliens ont ainsi revu leur projet, de même que 24 % des personnes appartenant à une catégorie socio-professionnelle supérieure.

 

Un logement avec un extérieur devient un critère important

 

Dans le détail, cela a notamment eu un impact sur le type de logement recherché (maison, taille, extérieur, prestations...) pour 22 %, et sur le lieu d'achat pour 21 %. Il faut dire que la démocratisation du télétravail a un impact sur la décentralisation et l'éloignement des grandes métropoles. Selon Drimki, le besoin de nature et d'avoir un espace extérieur à soi s'est aussi plus que jamais fait sentir. Pour exemple, Paris fait partie des rares villes de France ayant vu ses prix immobiliers stagner ces derniers mois, alors qu'un rattrapage se fait dans de nombreuses autres villes de plus petites tailles.

 

Depuis le début de la crise, le désir d'acheter une résidence secondaire est également très fort chez les Français. 13 % des personnes interrogées ont ainsi répondu vouloir acquérir une résidence secondaire dans les 12 prochains mois, et même 14 % des franciliens !

 

Les primo-accédants reprennent espoir

 

Enfin, une lueur d'espoir renaît chez les primo-accédants. Parmi les sondés ayant un projet immobilier, 40 % s'apprêtent à acheter leur premier logement dans l'année à venir (+5 points comparé à novembre 2020).

 

Ce souhait est particulièrement vif chez les 25-34 ans (60 %), et parmi les personnes ayant les revenus les plus modestes (52 %).

 

Drimki explique ce regain d'intérêt par l'assouplissement des conditions d'octroi de crédits immobiliers par le Haut Conseil pour la Stabilité Financière (HCSF), qui a accepté, début janvier, de rehausser à 27 ans la durée des prêts et à 35 % le taux d'effort du ménage.

 

Claire Lemonnier

Photo de une : Adobe Stock

 

Redacteur
filter_list

Sur le même sujet

66 % des locataires souhaiteraient déménager depuis le confinement - Batiweb

66 % des locataires souhaiteraient déménager depuis le confinement

Entre le 29 mai et le 4 juin 2020, l'agence Blue a mené une enquête pour mieux cerner l'état d'esprit des locataires Français depuis le confinement. Les résultats révèlent notamment qu'ils sont 52 % à ne plus supporter leur logement, et 66 % à vouloir déménager. Parmi les critères recherchés : un logement à la campagne pour 45 %, et un espace extérieur pour 53 %
LCA-FFB déplore le durcissement des conditions d'octroi de prêts immobiliers - Batiweb

LCA-FFB déplore le durcissement des conditions d'octroi de prêts immobiliers

Ce jeudi 18 juin, le Haut conseil de stabilité financière (HCSF) réaffirmait l'importance de ne pas octroyer de crédits immobiliers dépassant 33 % des revenus nets des ménages, et de limiter leur durée à 25 ans. LCA-FFB a réagit dans la foulée, regrettant que les conditions d'octroi se soient durcies ces derniers mois, pénalisant de nombreux ménages et impactant les ventes de logements neufs, qui ont déjà brutalement chuté avec la crise liée au coronavirus.
Covid-19 : quel impact sur les projets immobiliers des Français ? - Batiweb

Covid-19 : quel impact sur les projets immobiliers des Français ?

Après avoir réalisé un premier sondage sur les projets immobiliers des Français en février 2020, la plateforme d’estimation immobilière Drimki a décidé de réitérer l’expérience en pleine épidémie pour comparer les réactions. Si les projets immobiliers restent pour le moment stables, les intentions d’achat baissent chez les jeunes de moins 34 ans et les personnes ayant des enfants. Détails.
Comment les Français ont-ils perçu leur logement pendant le confinement ? - Batiweb

Comment les Français ont-ils perçu leur logement pendant le confinement ?

Supporté (ou apprécié) pendant deux mois par les Français, le confinement a plus que jamais révélé l'importance d'un logement au sein duquel on se sent bien. L'institut Ipsos et l'association Qualitel ont mené leur enquête pour savoir comment les Français ont perçu leur logement pendant cette période inédite. Le nom de cette étude, intitulée « Le confinement, révélateur des inégalités dans la qualité du logement », en dit long sur les disparités entre Français.