Valeur verte des logements : un critère variable selon les régions

Immobilier | 05.11.21
Partager sur :
Valeur verte des logements : un critère variable selon les régions - Batiweb
Dans son étude annuelle sur la valeur verte des logements, le Conseil Supérieur du Notariat (CSN) revient sur la répartition des ventes de logements anciens par étiquette énérgétique. À noter cette année : l'importance croissante de ce critère dans le Centre-Val de Loire, où la plus-value est de +17 % pour les appartements les plus performants, et en Nouvelle-Aquitaine, où la moins-value est de -20 % pour les maisons les plus énergivores.

Comme chaque année, le Conseil Supérieur du Notariat (CSN) dévoile les résultats de son étude sur la « valeur verte » des logements, c'est-à-dire l'augmentation du prix d'un logement liée à de meilleures performances énergétiques.

 

Les notaires de France précisent que, pour cette nouvelle étude basée sur les chiffres de l'année 2020, l'ancien diagnostic de performances énergétiques (DPE) a été pris en compte.

 

Pour rappel, depuis le 1er juillet 2021, le mode de calcul du DPE a été modifié, ne s'appuyant plus sur les factures énergétiques, mais sur un ensemble de caractéristiques du logement (année de construction, localisation, isolation, système de chauffage, type de fenêtres...). De fait, les DPE ne pourront plus être déclarés « vierges » comme cela pouvait être le cas lorsque le propriétaire n'avait pas accès aux factures des locataires.

 

Des disparités géographiques

 

Dans son étude, le CSN souligne que la part des logements les plus énergivores reste très variable selon les départements, notamment en fonction du climat météorologique.

 

Ainsi, la part de passoires énergétiques est particulièrement importante dans les territoires ruraux et montagneux comme le Cantal (36 %), les Hautes-Alpes (34 %), la Creuse (30 %), les Alpes-de-Haute-Provence (30 %), ou la Savoie (29 %). À l'inverse, la proportion la plus faible (3 %) se situe dans les départements proches de l'arc méditerranéen (Bouches-du-Rhône, Var), et du sud de la façade atlantique (Gironde, Pyrénées-Atlantiques).

 

39 % des logements anciens vendus en 2020 avaient une étiquette D

 

Selon l'étude, en 2020, 7 % des logements anciens vendus présentaient une étiquette A ou B, et 11 % étaient des passoires énergétiques (F ou G).

 

En dehors de ces extrêmes, l'étiquette D concerne la part la plus importante des logements vendus sur l'ensemble de la France en 2020, avec 39 %, suivie par l'étiquette E (24 %).

 

D'un point de vue géographique, la part de logements les plus économes est plus importante en Nouvelle-Aquitaine (10 %) et en Occitanie (9 %). Inversement, la part la plus importante de passoires énergétiques vendues concerne les régions Bourgogne-Franche-Comté (17 %), le Grand Est et le Centre-Val de Loire (16 %).

 

Carte de France des ventes de passoires énergétiques. Source : étude CSN 2020

 

Sur cinq ans, la part des ventes de logements énergivores a toutefois nettement baissé dans certains départements comme la Lozère (-23 points), le Cantal (-18 points), la Haute-Loire (-16 points), ou la Meuse (-15 points).

 

Sur cette même période, la part des logements les plus économes vendus a le plus augmenté dans les Pyrénées-Atlantiques, en Gironde, en Île-et-Vilaine, dans les Bouches-du-Rhône, dans les Landes, ou encore en Loire-Atlantique.

 

Étiquette énergétique des logements anciens vendus par région. Source : étude CSN 2020

 

L'étiquette énergétique, davantage prise en compte dans l'ouest de la France

 

Concernant la valeur verte des logements, l'étude révèle que la plus-value pour les appartements les moins énergivores a nettement augmenté dans le Centre-Val de Loire, passant de +7 % en 2019 à +17 % en 2020. Inversement, elle a diminué en Bourgogne-Franche-Comté (de +16 % en 2019, à +8 % en 2020). À noter également : la moins-value des appartements les plus énergivores, qui s'est particulièrement accrue en Nouvelle-Aquitaine (de -9 % en 2019 à -14 % en 2020).

 

Concernant les maisons, la moins-value est encore plus importante en Nouvelle-Aquitaine, avec en moyenne -20 %. Globalement, le CSN note que la plus-value sur les maisons les plus performantes est plus marquée à l'Ouest, avec notamment +14 % en Nouvelle-Aquitaine, contre +7 % en Auvergne-Rhône-Alpes.

 

Les notaires de France rappellent par ailleurs que l'impact d'une mauvaise étiquette énergétique est moindre dans les zones où le marché immobilier est tendu. C'est notamment le cas en Île-de-France, où les plus-value et moins-value sont moins significatives.

 

Claire Lemonnier

Photo de une : Adobe Stock

 

Claire.lemonnier
La sélection de la semaine
Balise de géolocalisation GPS Plug & Track Quartix - Batiweb

Experts en géolocalisation de véhicules depuis plus de 18 ans, Quartix vous présente sa balise Plug...


APPUI SIEL : forme en H, profil carré - Batiweb

Breveté par Lib Industries, l’appui de fenêtre H est un élément fort de l’esthétique...


Portes rainurées Groove : combinaison de la performance avec le design décoratif - Batiweb

En habitat individuel ou collectif, la porte intérieure doit remplir prioritairement un rôle esthétique,...

Dossiers partenaires
DAIKIN Perfera , une console conçue pour le confort - Batiweb

Compacte, silencieuse et performante, la console Perfera FVXM-A est conçue comme l’alliance entre le design et la perfor…


Une nouvelle jeunesse pour nos gammes PVC ! - Batiweb

Swingline et Kietisline nos produits phares en PVC sur-mesure en neuf comme en rénovation, bénéficient d’une amélioratio…


BOITCO® Au début était le besoin d’une entreprise de plomberie, chauffage et climatisation - Batiweb

BOITCO® est une boîte d’incorporation qui a été conçue par une entreprise française de plomberie, chauffage et climatis…