Des squelettes exhumés sur le chantier du Métro de Rennes Insolite | 29.01.15

Partager sur :
Des squelettes exhumés sur le chantier du Métro de Rennes
Dans le cadre de fouilles préventives sur le chantier de la future station de métro place Saint-Germain à Rennes, les archéologues de l'Inrap ont récemment mis au jour des squelettes. Découverts à une profondeur d’environ trois mètres à l'emplacement de ce qui aurait été un cimetière paroissial, ils pourraient être antérieurs à l'an mil. Détails.
C'est un chantier qui décidément, va de surprise en surprise. Après la découverte de vestiges du bombardement de Rennes en 1944 en septembre et d'une bombe anglaise de 250 kilos quelques jours plus tard, les équipes de l'Institut de recherches archéologiques préventives (Inrap) ont cette fois mis au jour des restes humains à l'emplacement de la future station de la ligne B du métro de Rennes, place Saint-Germain.

« On connaît bien la ville antique (gallo-romaine) depuis 20 ou 25 ans, mais c'est la première fouille qui nous livre des vestiges de la ville médiévale », a déclaré à la presse mercredi Laurent Beuchet, responsable du chantier.

Les niveaux médiévaux d'un quartier mis au jour

La quinzaine d'archéologues de l'Inrap qui examine jusqu'à la mi-février le sous-sol de cette place du centre-ville, a en effet découvert les niveaux médiévaux d'un quartier qui s'est développé dans cette zone de prairie humide, en bordure d'un méandre de la Vilaine, la rivière qui arrose la ville. Outre des vestiges d'un rempart, construit entre 1444 et 1446, ils ont notamment exhumé une portion d'une nécropole qui pourrait être antérieure à l'an mil.

Les archéologues ont également mis au jour les structures en troncs d'arbres d'un pont ou passerelle, qui aurait pu servir de lieu de péage au vu du nombre important d'objets de type militaire (pointe de flèches, éperons...) et de pièces de monnaie retrouvés. Enfin, outre deux puits constitués de tonneaux en bois superposés, l'équipe de l'Inrap a découvert de nombreux éléments et objets témoignant d'une activité de tannerie aux XIIIe et XIVe siècles.

Une des particularités de ce chantier est que tous les objets et éléments retrouvés, en cuir, en métal ou en bois, sont dans un état de conservation remarquable et très rare, selon Laurent Beuchet. La zone humide d'origine a été recouverte au fil des siècles par une sorte d'épaisse couche de compost, constituant un milieu anaérobique (dépourvu d'air ou d'oxygène) favorisant la parfaite conservation des objets, a-t-il expliqué.

En novembre, le désamorçage de la bombe anglaise datant de la deuxième guerre mondiale, avait nécessité l'évacuation de quelque 3 000 riverains.


A. LG (avec AFP)
© jerome DELAHAYE

 

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

A Rennes, un couvent du XIVe siècle suspendu dans le vide

A Rennes, un couvent du XIVe siècle suspendu dans le vide

Dans le cœur historique de la capitale bretonne, le couvent des jacobins repose, actuellement, comme en lévitation, sur une forêt de micropieux de près de quatorze mètres de hauteur. Objectif ? Permettre aux équipes de Sogea Bretagne BTP, d’excaver le sous-sol afin d’y construire les salles enterrées d'un futur centre des congrès. Présentation de ce chantier spectaculaire où le neuf, au lieu de contourner ou de déplacer l'ancien, entend s’y insérer sans le dénaturer.
La Société du Grand Paris s’engage à reloger au même loyer les locataires d’un immeuble bientôt détruit

La Société du Grand Paris s’engage à reloger au même loyer les locataires d’un immeuble bientôt détruit

La Société du Grand Paris, en charge de la construction du Grand Paris Express, a annoncé vendredi dernier que les locataires d’un immeuble HLM de Gennevilliers, bientôt rasé pour y bâtir une nouvelle gare, seraient relogés sans augmentation de loyer. Ainsi, une charte engageant les différentes parties a été signée en février dernier, engageant la SGP à combler la différence entre les loyers actuels et futurs durant cinq ans. Explications.
Métro parisien : la ligne 11 en plein chantier

Métro parisien : la ligne 11 en plein chantier

À Paris, après les lignes de métro 1, 6, 7, 9 et 10, c’est au tour de la 11 de faire l’objet de travaux importants. Alors que le trajet était jusqu’à maintenant délimité entre Châtelet et Mairie des Lilas, il sera prochainement prolongé vers l’Est à Rosny-Sous-Bois. Un chantier important qui s’inscrit dans le cadre d’un projet global d’amélioration des transports du nord-est parisien.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter