Cécile Duflot répond aux détracteurs de la loi Alur Législation et règlements | 04.09.14

Partager sur :
Dans une tribune publiée ce jeudi dans le quotidien Le Monde, Cécile Duflot revient sur la polémique relative à la loi Alur. Selon ses détracteurs, cette loi « bloquerait la construction ». Un non sens pour l'ex-ministre du Logement qui défend une nouvelle fois les mesures de cette loi. Le 29 août dernier, le Premier ministre a annoncé une série de mesures pour relancer la construction, tout en amputant la loi Alur de l'une de ses mesures phares : l'encadrement des loyers.

La polémique enfle, enfle et s'enfla si bien qu'elle creva. Après plusieurs semaines de débats intenses, Cécile Duflot a décidé de percer l'abcès qui gangrène depuis plusieurs semaines la loi Alur, dans une tribune publiée dans le quotidien Le Monde ce jeudi.

L'ex-ministre du Logement revient sur la polémique née de l'annonce de l'abandon de l'encadrement des loyers, l'une des mesures phares de la loi Alur dont elle est à l'origine.

« Depuis plusieurs semaines, les attaques contre cette politique se sont multipliées, savamment orchestrées dans un redoutable tango de l'approximation. Les arguments se résument ainsi : la loi ALUR bloquerait la construction », écrit-elle.

Face à ses détracteurs, l'ex-ministre du Logement attaque : « (…) étonnamment peu de voix s'élèvent pour dire une vérité essentielle : l'obsession de la rente est bel et bien l'ennemie de la production de logement ».

Concernant la loi Alur, « ces mesures étaient nécessaires et continueront à porter leurs fruits dans les années qui viennent, assure l'ex-ministre, tout comme les mesures indispensables contenues dans la loi Alur, qu'il s'agissent de la lutte contre les copropriétés dégradées ou de l'habitat insalubre ».

Le plan de relance est « à contre-sens des besoins »

« Le plan de relance de la construction annoncé le 29 août par le Premier ministre est une voie sans issue. S'il contient des avancées positives, comme sur l'écoprêt, il est à contresens des besoins en matière de logement », critique l'ex-ministre.

« En cédant à certains promoteurs, le gouvernement prend le risque de poursuivre un mouvement d'augmentation artificielle des prix, alors que leur baisse est nécessaire, et de faire construire des logements là où les besoins sont inexistants. En misant sur l'héritage, il prend le parti de concentrer le patrimoine et de renforcer les mécaniques de rente, ce qui ne résoudra pas la crise du logement. En renonçant à l'encadrement des loyers, il met à mal le pouvoir d'achat des Français », résume-t-elle.

M. Valls a « cédé au lobby de l'immobilier »

Depuis plusieurs semaines déjà, les maires des grandes et moyennes villes de France revendiquent le droit d'encadrer les loyers, au même titre que Paris initialement choisie par le Premier ministre comme « ville test ».

Plusieurs associations qui viennent en aide aux mal-logés, ont également dénoncé le « détricotage » de la loi Alur. « Le Premier ministre a cédé au lobby de l'immobilier, des rentiers et des spéculateurs », a insisté auprès de l'AFP, Jean-Baptiste Eyraud, porte-parole de l'association Droit au Logement.

Lire la tribune complète sur Le Monde.

C.T

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Alur : abandon du dispositif d'encadrement des loyers, sauf à Paris

Alur : abandon du dispositif d'encadrement des loyers, sauf à Paris

Le Premier ministre Manuel Valls et la ministre du Logement Sylvia Pinel ont annoncé un ensemble de mesures pour favoriser la relance du secteur construction. Parmi ces annonces, l'abandon du dispositif d'encadrement des loyers prévu par la loi Alur sauf à Paris qui servira de terrain d'expérimentation. L'ex-ministre du Logement Cécile Duflot n'a pas tardé à réagir.
Sylvia Pinel veut redonner confiance aux Français pour relancer la construction

Sylvia Pinel veut redonner confiance aux Français pour relancer la construction

Interviewée par nos confrères de Radio Classique ce jeudi, la ministre du Logement Sylvia Pinel a défendu le gel des allocations logement. Elle est revenue sur la nécessité de redonner confiance et pouvoir d'achat aux français pour relancer la construction. Elle a aussi annoncé que l'encadrement des loyers prévu par la loi Alur serait lancé à l'automne en Île-de-France uniquement.
Alur : C. Duflot et M. Valls s'affrontent sur l'avenir de la loi sur le logement

Alur : C. Duflot et M. Valls s'affrontent sur l'avenir de la loi sur le logement

« Détricotage », « modifications » ? Qu'adviendra-t-il vraiment de la loi pour un accès au logement et à un urbanisme rénové (Alur), alors que la polémique enfle sur d'éventuelles modifications de la loi dont une centaine de décrets reste encore à publier. Si C. Duflot est montée au créneau samedi, dénonçant un « nouveau recul », M. Valls a démenti. Il a affirmé cependant qu'il fallait « corriger ce qui doit l'être », en annonçant « une cinquantaine de mesures de simplification ».
La loi Alur « sera appliquée avec réalisme et pragmatisme » (Valls)

La loi Alur « sera appliquée avec réalisme et pragmatisme » (Valls)

Après des rumeurs de « détricotage » de la loi Alur dans la presse, le Premier ministre Manuel Valls a souhaité clarifier ses propos sur d'éventuelles « modifications » de la loi sur le logement, portée initialement par l'ex-ministre du Logement Cécile Duflot. Il a affirmé que la loi Alur « sera appliquée avec pragmatisme et réalisme » pour « lever toutes les inquiétudes » sur la mise en œuvre du texte. Détails

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter