La transition énergétique, une chance pour le BTP ? Législation et règlements | 02.10.14

Partager sur :
La transition énergétique, une chance pour le BTP ?
La ministre de l'Ecologie Ségolène royal, a présenté ce mercredi 1er octobre , son projet de loi sur la transition énergétique. Lors de son discours elle a tenu à énumérer les gains de cette croissance verte sur plusieurs secteurs, notamment celui de la construction et du bâtiment. Explications.

En ouverture des débats à l'Assemblée nationale, la ministre de l'Ecologie a insisté sur la « chance » que représente cette loi sur la transition énergétique pour la croissance verte. Chance d'améliorer la vie quotidienne, de réduire les émissions de gaz à effet de serre, d'assurer l'indépendance énergétique du pays, de créer des emplois, d'alléger la facture énergétique ou encore d'améliorer la compétitivité des entreprises et de développer des filières d'avenir, a-t-elle énuméré.

Dans son viseur, plus précisément, le secteur de la construction qui devrait profiter directement de cette transition énergétique : « Les entreprises et les artisans du bâtiment que j’ai longuement rencontrés pour préparer la transition énergétique estiment à 75 000 emplois les conséquences de la mise en chantier rapide de la rénovation énergétique des logements et des bâtiments », cite la ministre.

D'autre part, « les entreprises de la filière bois ont chiffré à 60 000 le nombre d'emplois pour la construction bois et la bio-masse », rappelle-t-elle.

Développement du logement

Mais les bénéfices de cette loi devrait également se répercuter sur d'autres filières, comme celles de l'énergie avec « le déploiement des 35 millions de compteurs intelligents Linky pour l’électricité et Gazpar pour le gaz (qui) représente 6 milliards d’euros d’investissements et 11 000 emplois, avec les entreprises Landis+Gyr, Itron, Sagemcom, ZIV, MAEC et Elster, qui produiront ces compteurs en France ; de plus, les PME et les artisans qui se préparent à les installer se mettent en mouvement ».

Du côté du consommateur, la ministre a mis en avant la possibilité de « diviser par deux » sa facture énergétique grâce à des logements mieux isolés, rénovés, neufs, à énergie passive ou positive.

Le mouvement est lancé

Devant l'Assemblée, la ministre a proposé au gouvernement une législation qui vise « à inciter, à faciliter et à entraîner, en mettant à la portée de chaque acteur potentiel de la croissance verte des moyens concrets de s’impliquer et de coopérer avec d’autres ».

« Dans les territoires dont vous êtes les élus, vous le voyez bien : sur le terrain, le mouvement est lancé. Il lui faut aujourd’hui les moyens de s’approfondir, de se consolider et de s’accélérer », a-t-elle assuré, avant de conclure son discours en souhaitant « doter la France de la législation la plus avancée de tous les pays d’Europe ».

Pour rappel, le projet de loi relatif à la transition énergétique pour la croissance verte, adopté le 30 juillet par le Conseil des Ministres, a été discuté à partir du 9 septembre par une Commission spéciale qui a consacré 40 heures aux auditions préalables puis 45 heures à l’examen du texte, soit un total de 85 heures sous la présidence de François Brottes, après les travaux préalable de la commission du Développement Durable présidée par Jean Paul Chanteguet, et avec le concours de ses 5 rapporteurs, Marie-Noëlle Battistel, Ericka Bareigts, Denis Baupin, Sabine Buis et Philippe Plisson.

Lors de cet examen, près de 500 amendements au texte initial ont été adoptés sur plus de 2 300 amendements déposés.

C.T

© Ministère de l'Ecologie et du Developpement durable


Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Le non-résidentiel à l'honneur du 3e Sommet de la Construction de la FFB

Le non-résidentiel à l'honneur du 3e Sommet de la Construction de la FFB

La Fédération française du bâtiment a dédié son 3e Sommet de la Construction, ce jeudi à Paris, au non-résidentiel comme marché qui conditionne la croissance économique de la France. A ce titre, quatre débats se sont succédés au cours desquels experts et économistes ont avancé des pistes telles que la transition énergétique, la libération du foncier ou l'accélération de la commande publique. Manuel Valls a clôturé l’événement par un discours de soutien aux acteurs du secteur.
L'obligation de rénovation des bâtiments les plus énergivores ramenée à 2020 par le Sénat

L'obligation de rénovation des bâtiments les plus énergivores ramenée à 2020 par le Sénat

A l'occasion de l'examen du projet de loi de transition énergétique, les Sénateurs ont approuvé l'obligation de rénover les bâtiments privés résidentiels les plus énergivores. Sont concernés, les bâtiments dont la consommation en énergie primaire est supérieure à 330 kWh d'énergie primaire par mètre carré et par an. Ils devront être rénovés avant 2020, alors que le texte initial fixait cette date butoir à 2030.
Rénovation énergétique : la convention FEE Bat enfin signée

Rénovation énergétique : la convention FEE Bat enfin signée

Le dispositif de formation aux économies d'énergie des entreprises et des artisans du bâtiment (FEE Bat) a été signé ce mercredi 30 avril par la ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal, et la ministre du Logement, Sylvia Pinel, en présence des professionnels du secteur. Cette signature permet de reconduire ce dispositif pour la période 2014-2017, une nouvelle très attendue par les professionnels du bâtiment et de la construction.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter