Rappel : pas de mousse expansive pour le calfeutrement ou l’étanchéité des fenêtres Législation et règlements | 09.04.19

Partager sur :
L’Union des Fabricants de Menuiseries (UFME) a répondu, aujourd’hui dans un communiqué, à des « messages techniques mensongers » et réaffirme que l’emploi de mousse expansive en aérosol pour le calfeutrement et l’étanchéité des menuiseries n’a aucune validation technique du CSTB ou du SNJF. Le syndicat rappelle que de telles pratiques renvoient en la responsabilité immédiate de l’artisan en cas de litige, en rénovation ou en neuf.

« En tant que syndicat, nous ne pouvons laisser passer ces messages trompeurs qui desservent notre profession », déclare Philippe Macquart, délégué général de l’UFME. Il met en cause, dans un communiqué daté du jour, la fausse information technique véhiculée par certains fournisseurs de mousse expansive en aérosol qui préconisent leur produit pour calfeutrer ou étanchéifier les menuiseries. Or, rappelle, l’UFME, cette technique n’est ni validée par le CSTB, ni par le Syndicat National des Joints et Façades (SNJF). Le syndicat rappelle qu’en cas de litige, l’artisan menuisier sera responsable. En effet, l’utilisation de mousse expansive « ne permet pas de satisfaire aux exigences d’étanchéité décrites et d’assurer la pérennité de l’ouvrage » mentionne le communiqué.

Suive le DTU 36.5

Pour effectuer une pose conforme, il convient de se fier au Document Technique Unique référent. Il s’agit du DTU 36.5. Celui-ci ne mentionne que trois types de calfeutrement : les mastics sur fonds de joint, les mousses imprégnées classe 1 et les membranes d’étanchéité. Aucune mention n’est faite des mousses expansives ou de tout autre système d’étanchéité, tels que les mousses PU en aérosol ou produits à mémoire de forme.

La norme NF DTU 36.5 comporte 5 principes clés : l’étanchéité s’effectue sur support étanche, elle doit être continue (on fait attention aux raccordements d’angles précise l’UFME), elle doit être continue avec le rejingot, les produits d’étanchéité n’ont pas pour but de fixer la menuiserie ou de participer à sa fixation, les mousses expansives injectées (type aérosol) ne peuvent réaliser ni l’étanchéité, ni la fixation.

En cas de non-respect de ces principes fondamentaux, l’Union des Fabricants de Menuiseries rappelle quelques-uns des risques encourus. Tout d’abord, la tenue de l’ouvrage dans le temps est incertaine. Les mousses expansives ne permettent pas un suivi de la dilation différentielle des matériaux donc à terme, « des ruptures d’étanchéité » sont à prévoir, ainsi que des « infiltrations d‘eau ». De plus, la responsabilité du poseur sera immédiate en cas de litige. Aussi, l’absence de document officiel, les assurances ne pourront couvrir le litige ; la garantie décennale ne s’applique pas.

L’UFME a créé une fiche de synthèse sur le sujet à destination des professionnels.

L. C.

Photo de Une : Adobe Stock

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Les fenêtres PVC, entre simplicité et fonctionnalité

Les fenêtres PVC, entre simplicité et fonctionnalité

Quelques semaines après Equip’Baie, l’UFME (Union des fabricants de menuiseries) a présenté ce 4 décembre à la presse les résultats d’une étude menée par Harris Interactive concernant la perception des fenêtres par les ménages français. Plus de 1 000 personnes ont ainsi participé à cette enquête, qui propose tout particulièrement un focus sur les équipements en PVC. Le verdict.
Rénovation de fenêtres sur un châssis PVC existant : une solution à proscrire !

Rénovation de fenêtres sur un châssis PVC existant : une solution à proscrire !

L’Union des Fabricants de Menuiseries (UFME) a publié une fiche de recommandation invitant les professionnels à proscrire la pose de fenêtres en réhabilitation sur un châssis PVC existant. Le syndicat rappelle notamment que le DTU 36.5, qui énonce les règles de l’art pour la pose de fenêtres et portes en rénovation, ne traite que des cas des dormants existants conservés en bois ou en acier. En conséquence, cette solution n’est couverte par aucune garantie.
L’étiquetage des fenêtres et portes obligatoire au 1er septembre

L’étiquetage des fenêtres et portes obligatoire au 1er septembre

En application de la réglementation relative à l'Etiquetage des produits de construction ou de revêtement de mur ou de sol et des peintures et vernis sur leurs émissions de polluants volatils (Composés Organiques Volatils : COV), toutes fenêtres et portes mises sur le marché doivent obligatoirement être étiquetées au 1er septembre 2013, rappelle l'UFME dans un communiqué.
Nominations à profusion pour l’UFME

Nominations à profusion pour l’UFME

Syndicat de 148 adhérents, l’Union des fabricants de menuiseries extérieures (UFME) a récemment annoncé les nominations de Jean-Marc Combes, Thierry Moreau et Patrick Sage aux postes de présidents des commissions « sociale » pour le premier et « communication et vente aux particuliers » pour les deux autres. Ils succèdent ainsi respectivement à Philippe Liénard et Eric Simon-Barboux.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter