Retraites : l’Unsfa réclame un système « compatible » avec les spécificités du métier Législation et règlements | 18.09.19

Partager sur :
La réforme des retraites fait partie des promesses de campagne du Président Macron. Parmi les mesures prévues, la fusion des régimes existants en un système unique à l’horizon 2025. Alors que la retraite des professions libérales est « très spécifique », l’Unsfa appelle à la mise en place d’un système « équitable et compatible » avec ces spécificités. Précisions.

La réforme des retraites, Emmanuel Macron en a fait l’une des priorités de la seconde moitié du quinquennat. Mais si le Gouvernement prévoit de faire voter le projet de loi d’ici juillet 2020, l'initiative suscite déjà des inquiétudes.

Rappelons que la réforme vise la fusion des 42 régimes existants en un système universel à l’horizon 2025, un chantier titanesque pour aboutir à un système simplifié où « chaque euro cotisé donnera les mêmes droits, quel que soit le moment où il est versé et quel que soit le statut de celui qui a cotisé ».

Si le Gouvernement parle d’« équité » et de la création d’un système « universel de retraite où les règles seront communes à tous », il semblerait que les arguments ne convainquent toujours pas.

La retraite des professions libérales « très spécifique »

Dans un communiqué, l’Unsfa revient sur la première phase de concertation, conduite par le haut-commissaire à la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye. Menée pendant 18 mois, elle a permis de lister une série de préconisations dévoilées en juillet dernier. « Celles-ci ont certes comporté des avancées pour les femmes, en revanche elles ont soulevé une vague de protestations venues de tous bords, professionnels libéraux compris ».

Le syndicat évoque ensuite le discours du Premier ministre, prononcé jeudi 12 septembre, devant le Conseil économique, social et environnemental (CESE). Il salue la volonté du Premier ministre « d’engager les travaux de négociation incontournables avec les organisations professionnelles, afin qu'aucune profession ne soit déstabilisée par la future réforme ».

Représentée sur ce dossier par l’Union nationale des professions libérales (Unapl), l’Unsfa rappelle que les régimes des professions libérales sont très spécifiques. Elle estime que « la disparition à terme des régimes complémentaires des libéraux entraînerait de graves difficultés dans la gestion et le rôle social des retraites actuelles et futures des architectes ».

Elle appelle ainsi les architectes à « se faire entendre » pour que soit privilégié un système de retraite « équitable et compatible » avec les spécificités de la profession. « Pas plus, pas moins ».

« Les professions libérales ne se livrent à aucune surenchère. Les spécificités des professions libérales sont une réalité qu’il est légitime de prendre en considération, non seulement dans les paramètres du futur régime universel, mais aussi dans le pilotage et la gouvernance », insiste l’Unsfa.

Quelles sont les revendications des professions libérales ?

Les professionnels libéraux rappellent construire leur future retraite « seuls, en grande partie par des régimes complémentaires adaptés aux différentes professions ».

« L’institution d’un régime universel avec un plafond de cotisations élevé à 3 fois le PASS (Plafond Annuel de Sécurité Sociale), avec un taux de 28,12 % de cotisation jusqu’à 1 PASS (environ 40 000 €), comme il est envisagé, entraînerait un déséquilibre majeur ». Les professionnels pourraient en effet voir leurs cotisations « presque doubler » et d’autres constater la réduction de leur pension.

L’Unapl demande ainsi que le plafond de cotisations soit limité au maximum à 1,5 PASS, et que le montant de la cotisation soit adapté à la cotisation actuelle des libéraux.

Les réserves des caisses complémentaires (plus de 27 milliards d’euros) doivent être « préservées et, par souci d’équité, bénéficier exclusivement aux professions qui les ont constituées ».

L’Unapl estime enfin indispensable que les professionnels libéraux soient présents dans la gouvernance de la future structure chargée d’assurer le pilotage du régime.

R.C
Photo de une : ©Adobe Stock

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Selon Alain Dinin (Nexity), le projet de loi Elan ne relancera pas l’offre

Selon Alain Dinin (Nexity), le projet de loi Elan ne relancera pas l’offre

C’est une évidence : le projet de loi Elan, adopté en première lecture par l’Assemblée nationale, ne convainc pas. S’il doit venir libérer la construction, nombreux sont les acteurs du secteur à craindre que certaines mesures soient « contre-productives ». Ce vendredi, Alain Dinin, PDG de Nexity a même estimé que le projet ne relancera pas l’offre immobilière.
Baisse des APL : Emmanuel Macron envisage une baisse de plus de 5 euros

Baisse des APL : Emmanuel Macron envisage une baisse de plus de 5 euros

Voilà de nouvelles déclarations qui risquent bien de relancer le débat autour de la baisse des APL ! Alors qu’Edouard Philippe, le Premier ministre, n’avait pas hésité à qualifier cette initiative de « mesure de rabot », le Président Emmanuel Macron a quant à lui affirmé au journal Le Point qu’il souhaitait aller au-delà de la baisse de 5 euros « dans le cadre d’une transformation profonde qui doit faire baisser les loyers ». Précisions.
Loi Elan : la mobilisation des architectes s’intensifie

Loi Elan : la mobilisation des architectes s’intensifie

Le 17 mai dernier, les architectes ont organisé une journée nationale de débat et de sensibilisation sur tout le territoire afin d’alerter les citoyens et les élus des effets négatifs que pourrait avoir le projet de loi Elan sur la qualité architecturale du bâti. Pour inscrire cette mobilisation dans le temps, ils ont annoncé la création du Collectif « Ambition Logement ». L’objectif, mobiliser le plus grand nombre et initier une contre-offensive.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter