Une taxe sur les bureaux pour financer le Grand Paris Législation et règlements | 21.10.19

Partager sur :
L’Assemblée nationale a voté ce vendredi 18 octobre un amendement pour surtaxer les bureaux de certains quartiers d’affaires situés à Paris et dans les Hauts-de-Seine afin de financer les travaux du Grand Paris. Cette taxe représentera une hausse du loyer hors charge d’un peu moins 1 %. Elle concernera quatre communes du 92 et neuf arrondissements parisiens. La mesure, saluée à gauche, a en revanche fait réagir certains députés LR, qui dénoncent une atteinte à la compétitivité.

Dans le cadre de l’examen du projet de loi du Budget 2020, l’amendement du député Gilles Carrez (LR), co-signé par le rapporteur général Joël Giraud (LREM) a été adopté à 26 voix contre 18, et 7 abstentions.

 

Cet amendement prévoit une augmentation de 20 % de la taxe sur les bureaux dans certains arrondissements de Paris et certaines communes des Hauts-de-Seine. Elle concernera Boulogne-Billancourt, Courbevoie, Issy-les-Moulineaux, Levallois-Perret, ainsi que les 1er, 2ème, 7ème, 8ème, 9ème, 10ème, 15ème, 16ème et 17ème arrondissements de Paris.

 

« Nous avons la volonté d’assurer le financement de la société du Grand Paris. C’est une entreprise difficile avec des projets importants », a justifié Olivier Dussopt, secrétaire d’Etat aux Comptes publics.

 

« Cette augmentation représentera une augmentation du loyer hors charges d’un peu moins de 1 % », annonce-t-il, ajoutant que l’observatoire de l’immobilier d’Île-de-France l’a d’ores et déjà jugée « tout à fait absorbable ».

 

Une atteinte à la compétitivité francilienne ?

 

Certains députés LR on toutefois réagit en rappelant que les bureaux avaient déjà été taxés de 10 % l’an dernier pour financer le Grand Paris, et ont dénoncé une atteinte à la compétitivité.

 

Isabelle Florennes (MoDem) a pour sa part estimé qu’il s’agissait d’un « mauvais signal » face à la concurrence des quartiers d’affaires « d’Amsterdam ou de Francfort ».

 

Mais des réticences sont également apparues au sein de la majorité. Olivia Grégoire (LREM) a ainsi fait état d’une « lassitude des entreprises devant cette instabilité fiscale ».

 

Pour Jean-Louis Bricout (PS) il s’agit en revanche de « rétablir les équilibres entre ceux qui ont des richesses économiques et ceux qui sont confrontés à la pauvreté sociale ».

 

C.L. (avec AFP)

Photo de une : ©Adobe Stock

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Les architectes pourront construire des tours dans Paris

Les architectes pourront construire des tours dans Paris

Le Conseil municipal parisien a voté mardi une modification du plan local d'urbanisme (PLU) pour pouvoir construire des tours de grande hauteur, notamment dans le XIIIe arrondissement, une décision "historique" car le plafond de 37 mètres n'avait pas été modifié depuis 1977.
La pérennité de Roland-Garros assurée hors de Paris ?

La pérennité de Roland-Garros assurée hors de Paris ?

La Fédération française de tennis (FFT) réfléchit depuis plusieurs mois à l’extension ou à la délocalisation du tournoi de Tennis parisien de Roland-Garros, situé porte d'Auteuil (XVIème arrondissement), qui souffre d’un manque d'espace. Actuellement quatre projets sont en lice.
CITE : le pôle fenêtre de la FFB dénonce un « amendement assassin »

CITE : le pôle fenêtre de la FFB dénonce un « amendement assassin »

Les députés ont adopté, en commission, un amendement au projet de budget 2018 qui proroge le CITE jusqu’au 31 décembre 2018, mais réduit le taux applicable aux fenêtres, volets isolants et portes d’entrée de 30 à 15% au 1er janvier et le supprime au 1er juillet. Dans un communiqué, le pôle fenêtre de la FFB dénonce un dispositif « incohérent, coûteux pour les finances publiques et dévastateur pour les entreprises ». Détails.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter