5ème période des CEE : le niveau d'obligation revu à la hausse Législation | 28.04.21

Partager sur :
Le ministère de la Transition écologique organisait ce mercredi 28 avril un point presse pour préciser le niveau d'obligation retenu pour la 5ème période des certificats d'économies d'énergie (CEE), qui s'étendra de 2022 à 2025. Il a notamment annoncé un quota rehaussé, mais aussi confirmé sa stratégie de réduction des bonifications et « coups de pouce ».

Le gouvernement a précisé ce mercredi 28 avril le niveau d'obligation des fournisseurs d'énergie pour la 5ème période des certificats d'économies d'énergie (CEE), qui s'ouvrira au 1er janvier 2022 pour une période de quatre ans. Le dispositif permet de financer les économies d'énergie en France, à hauteur d'environ 4 milliards d'euros chaque année.

 

Des quotas rehaussés

 

Pour la nouvelle période 2022-2025, le quota d'économies d'énergie à réaliser s'élèvera à 2 500 TWhc, dont au moins 730 TWhc au profit des ménages les plus modestes. Ce niveau se révèle être plus important que ce qu'annoncé avant la consultation (il était alors évoqué 2 400 TWhc), et 17 % plus élevé que celui de la période précédente, dont le niveau avait été fixé à 2 133 TWhc.

 

Autre seuil relevé : celui des obligations destinées à réaliser des économies d'énergies au bénéfice des ménages les plus modestes. Le quota évoqué était initialement de 600 TWhc, mais passera finalement à 730 TWhc. Dans un point presse, le ministre de la Transition écologique a parlé d'un « recentrage » pour que ces économies d'énergie profite davantage aux ménages les plus précaires.

 

Pour concrétiser ces chiffres, un décret est actuellement en cours d'examen par le Conseil d'Etat et devrait être publié dans les prochaines semaines.

 

A l'occasion de ce point presse, le ministère de la Transition écologique a également confirmé sa stratégie de réduction des bonifications et « coups de pouce », notamment pour mettre fin aux offres à 1 euro, souvent accusées d'être à l'origine de fraudes à la rénovation énergétique.

 

Un arrêté publié il y a moins de deux semaines annonçait en effet la fin progressive de certains coups de pouce et détaillait le calendrier.

 

Pour la période 2022-2025, la part des bonifications sera ainsi limitée à 25 % du volume total de l'obligation.

 

Claire Lemonnier

Photo de une : Adobe Stock

 

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

CEE : les fédérations du bâtiment s'insurgent contre la fin des « coups de pouce » - Batiweb

CEE : les fédérations du bâtiment s'insurgent contre la fin des « coups de pouce »

La fin annoncée des « coups de pouce » isolation et chauffage n'a pas fini de faire entendre parler d'elle. Après le Symbiote et la Fédération Française du Bâtiment, la Confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment (Capeb) a à son tour réagit à ces annonces, dénonçant une déstabilisation de la filière. La confédération a également appelé à mettre rapidement en œuvre les mesures de simplification du dispositif des Certificats d'Economie d'Energie (CEE) annoncées par la ministre chargée du Logement.
CEE : des « coups de pouce » renforcés pour éviter les fraudes - Batiweb

CEE : des « coups de pouce » renforcés pour éviter les fraudes

Un arrêté publié au Journal Officiel le 13 mars dernier vient renforcer les modalités d’application du Coup de Pouce « Rénovation performante d'une maison individuelle ». La concertation autour de la 5e période des CEE avait en effet soulevé des inquiétudes quant aux « potentielles fraudes » en cours d’initiation. Les mesures promettent un meilleur encadrement du sujet pour les opérations engagées à compter du 1er avril 2021. Nous faisons le point sur les derniers arbitrages.
5e période des CEE : les modalités du dispositif discutées - Batiweb

5e période des CEE : les modalités du dispositif discutées

Après avoir précisé le niveau d’obligation de la 5e période des Certificats d’économies d’énergie (CEE), le Gouvernement annonce la mise à disposition d’une fiche de consultation sur les modalités du dispositif. Annoncée en février dernier, la concertation est notamment axée sur le déploiement des contrôles, la création de fiches d’opérations standardisées ou encore la simplification des processus pour les artisans et les particuliers. Les parties prenantes intéressées peuvent partager leurs contributions jusqu’au 1er juin.
Lancement officiel de MaPrimeRénov’, qui remplace le CITE - Batiweb

Lancement officiel de MaPrimeRénov’, qui remplace le CITE

Julien Denormandie, ministre du Logement, et Emmanuelle Wargon, secrétaire d’Etat à la Transition écologique et solidaire, ont annoncé le lancement de MaPrimeRénov’ à l’occasion d’une conférence de presse qui s’est tenue ce mercredi 8 janvier. Cette prime remplacera progressivement le Crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) jusqu’en 2021. Elle concernera dans un premier temps les foyers les plus modestes, avant de s’étendre à tous les ménages éligibles.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter