Indemnisation des repas en petit déplacement : opter pour une formule mixte Législation | 22.12.11

Partager sur :
L’employeur qui peut accorder ou non des titres-restaurant à son personnel, reste libre d’opter pour d’autres modalités de prise en charge des frais de repas. Rien ne s’oppose ainsi à ce que les salariés en petit déplacement bénéficient à la fois de ces titres de paiement et d’une indemnité de panier. La formule peut présenter de réels avantages, notamment en cas de pratique de l’abattement de 10 %.
Une limite d'exonération inchangée en 2012

Si vous avez mis en place un système de tickets restaurant, votre contribution à l'achat de ces titres est exonérée en totalité de cotisations, à condition de les financer :
  • à hauteur de 50% à 60% de leur valeur marchande ;
  • et dans la limite du plafond fixé pour l'année.
Ce régime spécifique d'exonération se cumule avec l'abattement de 10 %.

Si la contribution de votre entreprise, bien que comprise dans cette fourchette (50% à 60%), excède la limite fixée pour 2012, seul le surplus devra être soumis à cotisations.

Si la tranche de 50 % à 60 % n'est pas respectée, seule la fraction du financement patronal dépassant les limites sera soumise à cotisations, et non pas sa totalité (Code de la sécurité sociale, art. L .133-4-3). Elle sera toutefois intégrée en totalité à l'assiette cotisations sociales en cas de mauvaise foi de l'employeur ou de récidive.
Une formule avantageuse en cas de pratique de l'abattement

Rien ne s'oppose à ce que les ouvriers de chantier en petit déplacement, bénéficient d'une prise en charge de leur repas en partie sous forme de titres restaurant.

Attention :

Afin de vous acquitter du montant de l'indemnité conventionnelle de repas fixée par accord régional, vous devez alors compléter le titre-restaurant remis au salarié par une indemnité complémentaire de repas.

Pour envisager les différentes hypothèses, nous utiliserons un exemple.

Dans une entreprise, l'indemnité conventionnelle de repas est fixée à 9 euros.
Elle alloue à ses salariés des titres-restaurant d'une valeur de 8,50 euros. Pour respecter le seuil de 60 % fixé pour la contribution patronale, elle devra limiter sa participation à un montant maximum de 5,10 euros (le salarié s'acquittant de 3,40 euros).

Pour remplir son obligation conventionnelle, l'employeur devra alors verser une indemnité complémentaire de repas d'un montant de 9 – 5,10 = 3,90 euros.

Si l'entreprise a opté pour l'abattement de 10 %, cette formule est très intéressante par rapport à un mode d'indemnisation plus classique. Elle permet en effet d'exonérer une partie des frais de repas pris en charge.


Malgré la pratique de la déduction forfaitaire de 10 %, la contribution patronale échappe en totalité aux cotisations.


L'indemnité de repas est quant à elle assujettie normalement à charges sociales, pour son montant total. L'assiette des cotisations sera ainsi réduite dans cet exemple à 3,90 euros par jour. Si l'entreprise avait opté pour le versement exclusif d'allocations forfaitaires de repas, l'assiette des cotisations aurait été de 9 euros.
Afin de parfaitement comprendre cet exemple, vous pouvez télécharger gratuitement le fichier suivant (page 1) :



Si la déduction de 10% n'est pas pratiquée, la contribution de l'employeur ne sera pas imposée. L'indemnité complémentaire de repas sera quant à elle exonérée de cotisations dans la limite des montants fixés pour l'année 2012, soit :
  • 8,40 euros par repas, lorsque le salarié n'est pas contraint de prendre son repas au restaurant ;
  • 17,40 euros par repas, s'il est démontré que les circonstances ou les usages obligent le salarié en petit déplacement à prendre son repas au restaurant.
Attention :

Pour apprécier le dépassement de ces limites d'exonération, vous devez cumuler le montant de l'indemnité de repas que vous versez au salarié et le montant de votre participation à l'acquisition du titre restaurant.

Pour ne pas faire d'erreurs, vous pouvez vous reporter à l'exemple à télécharger ci-dessous (page 2) :



Pour plus d'informations relatives à l'indemnisation des repas de vos salariés, nous vous recommandons notre ouvrage « Gestion pratique des rémunérations du BTP » des Editions Tissot.

* Ce plafond est relevé chaque année, dans les mêmes proportions que la 1ère tranche du barème de l'impôt sur le revenu.


Cet article est extrait des Editions Tissot :
Indemnisation des repas en petit déplacement : opter pour une formule mixte



Ce sujet vous intéresse, téléchargez gratuitement :
 
 
 
Editions Tissot : Droit du travail , convention collective bâtiment  et Classification ETAM
 
Demandez votre documentation
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Frais professionnels et avantage en nature : forfaits pour 2013 - Batiweb

Frais professionnels et avantage en nature : forfaits pour 2013

Les limites d’exonération des allocations forfaitaires de repas en petit déplacement et des indemnités de grand déplacement sont revalorisées de 1,8 % au 1er janvier 2013. La même indexation s’applique à l’évaluation forfaitaire des avantages en nature nourriture et logement. Voici les nouveaux forfaits pour 2013.
Frais professionnels 2012 - Batiweb

Frais professionnels 2012

Les limites d’exonération des allocations forfaitaires de repas en petit déplacement et des indemnités de grand déplacement pour l’année 2012 sont revalorisées de 1,7 %. La même indexation s’applique à l’évaluation de l’avantage en nature « nourriture ». Nous vous proposons à titre indicatif, le barème de ces nouveaux montants.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter