La Cour d’Etat rejette le recours contre un décret de 2017 sur le logement décent Législation | 27.12.18

Partager sur :
Depuis la catastrophe de Marseille, la qualité de l'habitat est au centre de l’attention. Indécent, insalubre, indigne... tout est question de définition. C’est celle du logement « décent », contenue dans un décret datant de début 2017, que 4 associations avaient jugé « imprécise » et décidé de contester à travers un recours déposé fin 2017. La Cour d’Etat a fait savoir jeudi 20 décembre qu’elle avait rejeté ce recours. Retour sur une polémique.
L’association écologiste France Nature Environnement, le réseau pour la transition énergétique Cler, l’association de défense des consommateurs UFC-Que Choisir, et la fondation Abbé Pierre, engagée sur les questions de logement, ont eu le verdict après leur recours contre le décret pris début 2017, faisant suite à la loi sur la transition énergétique de 2015 : le Conseil d’Etat a finalement rejeté leur requête. Les organismes reprochaient notamment à ce décret sa définition du logement « décent », considérée comme « imprécise ».

Problème de définition et manque d’ambition

Qu’il s’agisse de logement décent, indécent, salubre, insalubre, les définitions sont parfois floues. Ainsi, l'Agence départementale d'information sur le logement (Adil), tente sur son site de différencier logement « indécent » et logement « insalubre » : « Tout logement insalubre est indécent mais tout logement indécent n'est pas insalubre », signifiant par là qu’il existerait différents degrés d'habitat dégradé. Le terme d’habitat « indigne » atteignant certainement le degré le plus inquiétant, avec des risques pour la sécurité de ses occupants.

Les associations requérantes à l’origine du recours reprochaient au texte non seulement sa définition du logement « décent », mais aussi son manque d’ambition, l’accusant de ne pas avoir fixé d’objectifs suffisamment précis en matière de performance énergétique, et de vider de sa substance une partie de la loi de 2015 relative à la transition énergétique pour la croissance verte. Elles auraient notamment souhaité que ce décret impose un niveau de performance énergétique minimal à respecter.

Lors de leur recours, les quatre requérantes espéraient que ce décret contraigne davantage les propriétaires à faire des travaux : « Les bailleurs ne pourraient plus louer des passoires thermiques et seraient amenés à engager des travaux d'économie d'énergie. L'idée n'est pas de créer du contentieux, mais bien de donner un cap clair aux bailleurs », avait ainsi expliqué Marie Moisan du Cler.

La réponse du Conseil d’Etat

« Les associations requérantes ne sont pas fondées à demander l'annulation du décret qu'elles attaquent », a cependant estimé le Conseil d'État. « Contrairement à ce que soutiennent les requérantes », les dispositions de cette loi « n’imposaient pas au pouvoir réglementaire de définir le critère de performance énergétique permettant de qualifier un logement donné à bail de « décent », par référence à un indicateur unique et chiffré au quantifiable », considère l’institution dans sa décision transmise jeudi 20 décembre.

Selon elle, le décret prévoit des critères suffisants en matière d’isolation, même s’il ne donne pas d’objectif chiffré. Il impose par exemple que le logement soit « protégé contre les infiltrations d’air parasites » et que ses murs extérieurs « présentent une étanchéité à l’air suffisante ».

C.L (avec AFP)
Photo de une : ©Fotolia

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

RE2020 : le groupe de travail du Pôle Fibres Energivie formule ses priorités - Batiweb

RE2020 : le groupe de travail du Pôle Fibres Energivie formule ses priorités

Alors que le gouvernement mise sur la rénovation énergétique des bâtiments publics et privés pour une relance plus verte de l'économie, le groupe de travail sur la qualité de l'enveloppe porté par le Pôle Fibres Energivie a publié un communiqué ce lundi 21 septembre énonçant certains impératifs pour parvenir à une meilleure isolation des bâtiments dans l'optique de la RE2020.
Le gouvernement met à disposition un numéro d’appel pour lutter contre le logement indigne - Batiweb

Le gouvernement met à disposition un numéro d’appel pour lutter contre le logement indigne

Dans le cadre de la lutte contre le logement indigne et les marchands de sommeil, le gouvernement et l’Agence nationale pour l’information sur le logement (ANIL) lancent un numéro d’appel pour les particuliers. Pour les locataires, ce dernier servira à alerter sur une situation anormale, et pour les propriétaires, à obtenir des conseils pour entreprendre des travaux.
Seuls 25% des travaux de rénovation ont un impact énergétique « significatif » (Etude)  - Batiweb

Seuls 25% des travaux de rénovation ont un impact énergétique « significatif » (Etude)

Il y a quelques jours, l’Ademe a dévoilé les résultats d’une enquête réalisée auprès des Français qui ont rénové leur logement. Intitulée TREMI, l’étude révèle qu’entre 2014 et 2016, 5,1 millions de ménages ont réalisé des travaux pour un coût moyen de 11 750 €. Si 83% d’entre eux estiment avoir amélioré le confort thermique de leur logement, l’Ademe indique que seuls 25% des travaux ont eu « un impact énergétique significatif ». Précisions.
65 % des Français connaissent mal les aides à la rénovation énergétique - Batiweb

65 % des Français connaissent mal les aides à la rénovation énergétique

Du 16 au 20 mars 2020, Cofidis a réalisé une enquête en partenariat avec l'Institut CSA pour mieux comprendre le comportement des Français face à leurs projets de travaux. Ce sondage a été réalisé par questionnaire auto-administré auprès de 1 008 Français âgés de plus de 18 ans, et révèle que de nombre d'entre eux ont des envies de travaux, mais qu'ils n'ont malheureusement souvent pas assez de budget, et qu'ils connaissent mal les aides disponibles.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter