La crise fait craindre une recrudescence des loyers impayés Législation | 17.11.20

Partager sur :
Dans le contexte actuel de crise sanitaire et économique, de nombreuses personnes sont impactées par des baisses de revenus. Pour éviter l'engrenage des loyers impayés, un observatoire vient d'être créé, dans le but de quantifier le phénomène et proposer des solutions aux foyers concernés. Une première réunion s'est tenue ce lundi 16 novembre pour présenter le rôle et les ambitions de ce nouvel Observatoire.

Créé il y a dix jours, l'Observatoire des impayés de loyers et de charges s'est réuni pour la première fois ce lundi 16 novembre, en présence d'Emmanuelle Wargon, ministre déléguée au Logement.

 

Lancé le 6 novembre dernier, cet observatoire a pour objectif de recenser les données concernant les impayés sur tout le territoire, et d'aider au mieux les locataires en difficultés pour éviter les expulsions locatives, notamment dans le contexte actuel de crise sanitaire.

 

« La prévention des expulsions locatives est une de mes priorités, parce qu’elle permet le maintien dans le logement et évite les mises à la rue des personnes précaires. Nous allons dans cet observatoire travailler sur trois points : le partage des données quantitatives sur les impayés afin de pouvoir mieux agir et protéger les personnes en situation de précarité, la prise en compte des nouveaux publics impactés par la crise, et le partenariat avec les collectivités territoriales », a annoncé Emmanuelle Wargon lors de cette première réunion.

 

Mesurer l'ampleur du phénomène

 

Les données collectées proviendront des associations de collectivités locales, des associations de défense de locataires et de lutte contre l'exclusion, mais aussi des bailleurs privés et publics, de la Chambre nationale des huissiers de justice, de la Banque de France et d'Action Logement.

 

Ces informations seront ensuite consolidées tous les mois par la Délégation interministérielle à l'hébergement et à l'accès au logement (DIHAL) et l'Agence nationale d'information sur le logement (ANIL), puis rendues publiques. De cette façon, l'Observatoire pourra quantifier le phénomène, jusqu'ici difficilement mesuré en dehors des procédures d'expulsion, et tenter d'apporter de l'aide aux foyers concernés.

 

De nouveaux publics touchés par la crise et les risques d'impayés

 

En effet, depuis le début de la crise sanitaire, de nombreuses personnes ont été impactées par une baisse de revenu, notamment les indépendants, les étudiants, et tous ceux qui n'ont plus d'activité et n'ont pas pu bénéficier du chômage partiel. Dans ce contexte, le gouvernement craint une recrudescence des impayés de loyers, alors qu'en temps de crise, les foyers privilégient en premier lieu le budget alimentaire, quitte à sacrifier le budget logement.

 

Dans les faits, l'ANIL constate, dans son dernier baromètre, une hausse de 15 % des consultations concernant les impayés de loyers et de charges.

 

Avec ce nouvel observatoire, le gouvernement entend donc informer les personnes en situation de précarité, mais aussi les nouveaux publics impactés par la crise, et « qui n'ont pas l'habitude de solliciter des services sociaux », leur apporter des solutions, et prévenir les risques d'impayés pour éviter que les foyers ne rentrent dans cette spirale.

 

Claire Lemonnier

Photo de une : Adobe Stock

 

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Prorogé jusqu'à fin 2024, l'avenir du Pinel fait toutefois encore débat - Batiweb

Prorogé jusqu'à fin 2024, l'avenir du Pinel fait toutefois encore débat

Les députés ont voté ce vendredi 13 novembre en faveur du maintien du PTZ et du Pinel. Si la prorogation du Pinel a été votée jusqu'à fin 2024, la réduction d'impôt devrait progressivement être revue à la baisse à partir de 2023. A terme, le gouvernement souhaite que le Pinel soit supprimé et remplacé par un nouveau dispositif « plus efficient ». Ce dernier devrait être précisé en mars prochain, pour une application prévue début 2025.
MaPrimeRénov' sera finalement accessible à tous en 2021 - Batiweb

MaPrimeRénov' sera finalement accessible à tous en 2021

Alors que le nouveau dispositif d'aides aux travaux de rénovation énergétique devait bénéficier à 200 000 ménages modestes, seuls 25 000 en ont profité. Face à ces faibles résultats, parfois imputés à la crise liée au Covid-19 ou au manque de lisibilité, Emmanuelle Wargon a annoncé que MaPrimeRénov' serait finalement étendue à tous les ménages, y compris les plus aisés, et même élargie aux propriétaires bailleurs et aux copropriétés.
Le Logement désormais rattaché au ministère de la Transition écologique - Batiweb

Le Logement désormais rattaché au ministère de la Transition écologique

Les noms des ministres et ministres délégués du nouveau gouvernement Castex ont été dévoilés ce lundi 6 juillet. L'arrivée de certaines personnalités très médiatiques ont beaucoup fait réagir, comme la nomination d'Eric Dupond-Moretti au ministère de la Justice, ou de Roselyne Bachelot à la Culture. D'autres changements sont en revanche passées plus inaperçus, mais ils ne manqueront pas d'intéresser le secteur du BTP. Le portefeuille du Logement, attribué à Emmanuelle Wargon, passe notamment sous la responsabilité du ministère de la Transition écologique et solidaire. Explications.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter