Nouveau record d’expulsions locatives selon la Fondation Abbé Pierre Collectivités territoriales | 29.10.19

Partager sur :
Alors que la trêve hivernale approche et sera effective dès ce vendredi 1er novembre, la Fondation Abbé Pierre déplore l’augmentation des expulsions locatives d’années en années, soulignant un nouveau record de « plus de 36 000 personnes expulsées » en 2018. Elle demande donc au gouvernement de mettre en place un « plan d’urgence » d’un budget de 100 millions d’euros pour endiguer le phénomène.

Après son enquête sur le mal-logement en Île-de-France, la Fondation Abbé Pierre alerte sur l’augmentation des expulsions locatives. Selon la fondation, un nouveau record a été atteint en 2018, avec « plus de 36 000 personnes expulsées » pour cette même année, soit une hausse de 2,9 % en un an.

 

Sur les 15 993 ménages expulsés en présence des forces de l'ordre, l’association souligne qu'entre « deux et trois fois plus » de ménages sont réellement expulsés, car beaucoup partent avant l'arrivée des policiers ou des gendarmes.


« On bat des records d'expulsions avec les forces de l'ordre année après année. Ca veut dire que notre manière d'agir n'arrive pas à endiguer ce fléau », constate Christophe Robert, délégué général de la Fondation Abbé Pierre.

 

Malgré la mise en place d’un plan de prévention des expulsions par l’Etat, l’association réclame plus de moyens et d’objectifs.

 

« Ce qui manque cruellement, c’est de fixer aux préfets des objectifs concrets de baisse du nombre d’expulsions en bout de chaîne », souligne M. Robert.

 

Un plan d’urgence d’un budget de 100 millions d’euros ?

 

La Fondation réclame ainsi la mise en place d’un « plan d’urgence » estimé à « 100 millions d’euros » pour tripler le budget du fonds d’indemnisation des bailleurs afin de maintenir certains ménages dans leur logement tout en dédommageant le propriétaire.

 

« Ce fonds est passé de 78 millions d’euros en 2005 à 24 millions en 2017 », dénonce M. Robert.

 

Avec ce plan d’urgence, la Fondation propose aussi de doubler les aides distribuées par les départements aux ménages en difficulté via le Fonds de solidarité logement (FSL).

 

Elle se montre par ailleurs critique envers la politique du gouvernement, qui a annoncé en septembre dernier l’accroissement des moyens alloués au programme « Logement d’Abord » pour le logement des sans-abris. « On ne peut pas écoper en permanence les situations difficiles des personnes à la rue, sans intervenir efficacement en amont sur les expulsions locatives », tranche M. Robert.

 

C.L.

Photo de une : ©Adobe Stock

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

L’État annonce un dispositif en faveur de la rénovation des logements outre-mer - Batiweb

L’État annonce un dispositif en faveur de la rénovation des logements outre-mer

Le 24 septembre dernier, le gouvernement présentait son projet de loi de finances pour 2019, qui prévoit notamment un budget en baisse pour le ministère de la Cohésion des territoires. Bien conscient, malgré tout, des difficultés particulières qui touchent les Départements et régions d’outre-mer (DROM) en matière de logement, l’État a d’ores et déjà annoncé plusieurs mesures exceptionnelles intégrées au PLF. Le point sur ces dernières.
L’Anah lance le site « Facil Habitat » pour simplifier les démarches des propriétaires - Batiweb

L’Anah lance le site « Facil Habitat » pour simplifier les démarches des propriétaires

Le Gouvernement et l’Anah (Agence nationale de l’habitat) lancent « Facil Habitat », un site qui résume les aides disponibles pour guider les propriétaires et lutter contre les 8% de logements vacants. Accessible à tous, cette plateforme répond aux questions les plus fréquentes, propose des simulateurs (PTZ, Denormandie, calculateur de révision de loyer), et met à disposition des modèles de documents (bail type, quittance de loyer, lettre de relance en cas d’impayé etc.).
Transformation du CITE en prime : les recommandations de la Capeb - Batiweb

Transformation du CITE en prime : les recommandations de la Capeb

Alors que le gouvernement s’apprête à transformer le CITE en prime en 2020, la Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment (Capeb) a salué la volonté de favoriser la réalisation de travaux de rénovation énergétique auprès des ménages les plus modestes, mais elle regrette la complexité du futur dispositif et le manque de lisibilité pour les foyers et les entreprises artisanales. Le point sur ses recommandations.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter