La réforme des « APL en temps réel » reportée au 1er avril 2020 Législation | 08.01.20

Partager sur :
Pour la quatrième fois consécutive, la réforme des « APL en temps réel » est reportée. En effet, la Caisse Nationale d’Allocations Familiales ayant besoin de délai supplémentaire, a concerté Julien Denormandie, Ministre du logement, afin de décaler la mise en œuvre de la réforme au mois d'avril 2020, et d’en assurer la bonne application pour les bénéficiaires.

Dans un récent communiqué de presse, le Ministère de la cohésion des territoires a annoncé le report, une fois encore, de la réforme des « APL en temps réel » sous la demande de la Caisse Nationale des Allocations Familiales.

Initialement prévue le 1er janvier 2020, l’entrée en vigueur de la réforme ne prendra lieu qu’à partir du 1er avril 2020, un délai supplémentaire pour la CNAF afin de mener des travaux complémentaires.

Le Ministre du Logement, Julien Denormandie s’est exprimé en déclarant que :

« Cette réforme n’est pas remise en cause et permettra de déterminer de façon plus juste le montant d’APL à verser en fonction de la situation des allocataires et de la réalité de leurs ressources. Des travaux de fiabilisation complémentaires sont nécessaires pour que la CNAF puisse garantir sa mise en œuvre dans de bonnes conditions. Il est de ma responsabilité d’assurer à tous les allocataires le juste versement de leurs aides au logement, c’est pourquoi j’ai acté ce décalage d’un trimestre »

 

Les changements de la réforme « APL en temps réel »

Cette réforme a comme objectif de pouvoir calculer le niveau d’APL en fonction des ressources actuelles. D’après le communiqué de presse, une actualisation des aides au logement a été effectuée le 1er janvier de la même manière que les années antérieures. Elle prend également en compte tous les changements de situations et les droits d’allocataires sont calculés selon leurs revenus de N-2.

Loin d’avoir fait l’unanimité, cette nouvelle réforme apporte avec elle de nouvelles problématiques.

Si pour les 575 000 étudiants allocataires, dont 125 000 étudiants salariés, cette réforme est avantageuse, elle reste très contraignante pour le reste. En effet, selon les chiffres dévoilés par le ministère au Conseil National de l’Habitat, plus de 600 000 allocataires verront leurs APL supprimées suite à la réforme et 1,2 million de bénéficiaires verront leurs aides baisser.  A travers cette démarche, l’Etat espère pouvoir économiser 1,2 milliard d’euros.

 

D.T

Photo de Une: ©Philippe HUGUEN 

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Le logement social doit-il s’ouvrir aux capitaux privés ? - Batiweb

Le logement social doit-il s’ouvrir aux capitaux privés ?

Dans une récente étude, l’Inspection générale des finances (IGF) et le Conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD) dresse un panorama du financement des organismes de logement social. Alors que le secteur a été secoué par de récentes réformes, doit-il s’ouvrir à des capitaux privés ? Les auteurs de l’étude imaginent 4 scénarios parmi lesquels l’octroi d’un mandat de gestion locative sociale à tout acteur respectant un cahier des charges.
« Le logement ne coûte pas à l’État, il lui rapporte »  - Batiweb

« Le logement ne coûte pas à l’État, il lui rapporte »

Dans le cadre du Grand débat national, l’Union Sociale pour l’Habitat présente « Les Hlm, une chance pour la France ». Le document revient sur le rôle des organismes de logements sociaux et démêle le vrai du faux. Le logement social est « le patrimoine de ceux qui n’en ont pas ». Le défendre, c’est penser « à son avenir », estime le mouvement Hlm.
La baisse des APL pour un premier achat immobilier en sursis d'un an - Batiweb

La baisse des APL pour un premier achat immobilier en sursis d'un an

Les députés ont obtenu ce mercredi le report d'un an de la réforme de l'APL Accession, une aide versée sous conditions lors d'une première acquisition immobilière que le gouvernement entendait fortement restreindre dans le projet de budget 2015. Dès lors, les allocations logement pour l’accession ne seront pas modifiées l’an prochain et les ménages modestes pourront encore bénéficier de ce dispositif.
Logement social : 15 jours supplémentaires pour proposer un compromis au gouvernement - Batiweb

Logement social : 15 jours supplémentaires pour proposer un compromis au gouvernement

Déjà en pleine réforme, le monde du logement social devra encore faire des efforts ! Le gouvernement réclame en effet depuis plusieurs mois des économies importantes, passant notamment par la réduction des loyers pour compenser la baisse des Aides personnalisées au logement (APL). Pour autant, l’Union sociale pour l’habitat (USH) a indiqué ce 21 mars que le Premier ministre Edouard Philippe lui avait octroyé 15 jours supplémentaires pour apporter des propositions soutenables pour les finances publiques. Les détails.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter