Le Conseil supérieur de la construction et de l'efficacité énergétique se met en place Législation | 27.03.15

Partager sur :
Un décret publié le 25 mars dernier vient de donner officiellement naissance au Conseil supérieur de la construction et de l'efficacité énergétique. Cette instance consultative sera rattachée au Ministère du Logement et rassemblera les professionnels de la construction sur les sujets réglementaires liés à leur filière. Zoom sur le rôle de ce Conseil dans le Plan de relance du gouvernement.

En juin dernier, la ministre du Logement Sylvia Pinel indiquait dans son Plan de relance de la construction, la création d'un Conseil supérieur de la construction et de l'efficacité énergétique au 1er trimestre 2015, pour réguler le flux des règles et des normes à venir. Neuf mois plus tard, le projet vient de voir le jour avec la parution du décret n° 2015-328 du 23 mars 2015, publié ce mercredi au JO, et qui entrera en vigueur au 1er avril.

Mais quelles sont précisément les missions de cette nouvelle instance ? Premièrement, sa consultation est obligatoire sur l'ensemble des projets de lois, ainsi que sur les projets d'actes réglementaires qui modifient les règles applicables aux construction. Il rend ensuite un avis consultatif, disponible à la lecture au grand public. « Ses avis prennent en compte l'exigence de simplification des réglementations et normes et l'évaluation du coût induit pour l'économie de la construction », précise le texte.

Avec la création de ce Conseil, l'objectif est « d'éclairer les pouvoirs publics dans la définition, la mise en œuvre et l'évaluation des politiques publiques relatives à la construction et sur l'adaptation des règles de construction aux objectifs de développement durable ». Il doit également suivre l'évolution des prix des matériels et matériaux de construction et d'isolation.

Composition du Conseil

Le Conseil supérieur de la construction et de l'efficacité énergétique est composé de cinq collèges représentant les parlementaires, les collectivités territoriales, les professionnels de la construction, les associations ainsi que de personnalités nommées en raison de leur connaissance du secteur. Chaque membre ainsi que leurs suppléants sont nommés pour trois ans par arrêté du ministre chargé de la construction. Leur mandat est renouvelable. Pour l'instant, les noms du président et du vice-président ne sont pas encore connus.

Un rapport d'activité rendant compte des travaux et des avis du Conseil sera publié chaque année.

Claire Thibault

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Le Conseil supérieur de la construction se met au travail - Batiweb

Le Conseil supérieur de la construction se met au travail

Présidé par Christian Baffy, le Conseil supérieur de la construction et de l'efficacité énergétique vient d'être officiellement mis en place par la ministre du Logement, Sylvia Pinel. Sa mission est de rendre un avis consultatif sur les projets de lois et les textes réglementaires dans la construction.
Le non-résidentiel à l'honneur du 3e Sommet de la Construction de la FFB - Batiweb

Le non-résidentiel à l'honneur du 3e Sommet de la Construction de la FFB

La Fédération française du bâtiment a dédié son 3e Sommet de la Construction, ce jeudi à Paris, au non-résidentiel comme marché qui conditionne la croissance économique de la France. A ce titre, quatre débats se sont succédés au cours desquels experts et économistes ont avancé des pistes telles que la transition énergétique, la libération du foncier ou l'accélération de la commande publique. Manuel Valls a clôturé l’événement par un discours de soutien aux acteurs du secteur.
2014, année noire pour le Bâtiment... mais après ? - Batiweb

2014, année noire pour le Bâtiment... mais après ?

D'après les données rendues publiques, ce mardi, par la FFB, l'année 2014 aura été particulièrement douloureuse pour le secteur dont l'activité recule de 4,3 %, bien loin des prévisions escomptées par les professionnels qui tablaient sur une baisse de 0,4 %. Si la Fédération ne croit pas à une reprise en 2015, elle estime toutefois que le plan de relance du gouvernement permettra d'atteindre 304 000 mises en chantier, contre une chute à 287 000 anticipée sans ces mesures. Détails.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter