Les architectes vent debout contre les SEM à opération unique Législation | 05.05.14

Partager sur :
L'Ordre national des architectes s'est insurgé ce lundi contre la création de Sociétés d'économie mixte (SEM) à opération unique. Déjà adoptée au Sénat, cette proposition de loi doit être examinée le 7 mai à l'Assemblée nationale. Les architectes refusent cette « nouvelle forme de PPP » et craignent de perdre leur indépendance, en devenant de simples sous-traitants de la SEM.

Adopté au Sénat en décembre, le projet de loi créant les Sociétés d'économie mixte (SEM) à contrat unique fait déjà polémique. Ce nouvel outil doit permettre à une collectivité territoriale ou un groupement de collectivités territoriales de créer une société d'économie mixte avec au moins une personne privée sélectionnée après une mise en concurrence.

Cette société aura pour unique objectif la conclusion d'un contrat permettant une opération de construction de logements ou d'aménagement, la gestion d'un service public, ou toute autre opération d'intérêt général relevant de la compétence de la collectivité territoriale ou du groupement de collectivités territoriales.

Les architectes refusent ce nouvel outil « qui se présente comme une nouvelle forme de partenariat public privé (PPP), dont les graves dérives financières sont pourtant connues », qui en outre sera dénué de « contraintes et outils de contrôle ».

« La SEM à opération unique est une atteinte à la bonne gestion des fonds publics, et permet de transférer durablement des services publics fondamentaux, eau, énergie ou logements, à des grands groupes privés », estiment-ils dans un communiqué, appelant les parlementaires à rejeter cette loi, présentée ce mercredi 7 mai à l'Assemblée nationale.

Perte d'indépendance pour les architectes

Car si ce texte était voté, il permettrait « aux collectivités locales de s'affranchir des règles de concurrence pour (...) toute opération d'intérêt général », s'inquiète l'Ordre. Le service public concerné serait ainsi confié « pour des décennies à une SEM, dans laquelle siègeront les politiques et l'entreprise choisie préalablement », tout en limitant « drastiquement l'accès à la commande publique » pour les PME, ces dernières n'ayant « pas les capacités juridiques et financières de souscrire au capital de la SEM ».

En outre la maitrise d'oeuvre et les architectes seront « mis en position de sous-traitant de la SEM », y perdant leur indépendance.

Ces SEM à contrat unique vont aussi, selon les architectes, entraîner des conflits d'intérêt et une hausse des prix des services payés par l'usager.

C.T (avec AFP)
© Vladimir Gerasimov - Fotolia.com

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Le premier PPP autoroutier de France sera gratuit pour les usagers - Batiweb

Le premier PPP autoroutier de France sera gratuit pour les usagers

Le contrat de partenariat public privé (PPP) pour l’achèvement du contournement routier de Tarbes a été attribué par le Conseil général des Hautes-Pyrénées au groupement d’entreprises Malet (groupe Spie batignolles) - CDC Infrastructure (groupe Caisse des Dépôts) - NGE - Demathieu & Bard. Gratuite pour les usagers, cette rocade sera financée par le département.
 Plan Campus Aix-Marseille : Eiffage signe son 4e PPP - Batiweb

Plan Campus Aix-Marseille : Eiffage signe son 4e PPP

Dans le cadre de l'opération Campus « Aix-Quartier des facultés », Eiffage vient de signer son 4e PPP avec Aix-Marseille université, via sa branche Concessions. Le groupe de construction a été désigné ce mardi 6 mai, pour assurer le financement, la conception, la construction, la réhabilitation puis la maintenance pendant 25 ans de cet équipement.
Manuel Valls veut relancer les partenariats public/privé - Batiweb

Manuel Valls veut relancer les partenariats public/privé

A l'occasion de l'inauguration du viaduc de la Dordogne où passera la future LGV SEA, le Premier ministre Manuel Valls a souligné sa volonté de relancer l'investissement public comme privé dans le secteur des travaux publics et de la construction, pour retrouver la croissance et fournir des emplois. Au-delà de 2020, il est aussi prévu de construire des LGV Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Hendaye.
Le contrat en PPP pour le nouveau TGI de Paris définitivement validé - Batiweb

Le contrat en PPP pour le nouveau TGI de Paris définitivement validé

Le Conseil d'Etat a refusé mercredi d'admettre le pourvoi formé par l'association la Justice dans la Cité pour obtenir l'annulation du contrat de partenariat public-privé (PPP) passé avec Bouygues pour la construction du nouveau palais de justice de Paris. Le contrat est donc définitivement validé. Retour sur la polémique autour de la construction du nouveau tribunal de grande instance de Paris.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter