PLF 2021 : des ambitions environnementales insuffisantes ? Législation | 30.09.20

Partager sur :
Le Gouvernement souhaite faire de l’écologie « une priorité ». Dans ce cadre, une série de mesures a été lancée pour l’atteinte des objectifs en matière de transition énergétique. Mais si les investissements prévus sont nombreux, consommateurs et ONG ne semblent pas convaincus. Le « budget vert » proposé serait, selon eux, insuffisant. Le Réseau Action Climat estime même que le Projet de loi de finances 2021 n’apporte « aucune avancée significative sur les chantiers prioritaires ».

Le Gouvernement vient de présenter son Projet de loi de finances (PLF) pour 2021, un projet qui s’inscrit dans la lignée du plan de relance dévoilé début septembre. L’un comme l’autre vise une reprise de l’économie et la transition vers une société « durable » et responsable. 

 

France relance doit notamment financer des investissements qui placeront la France « en position de force pour innover, moderniser et transformer son modèle économique et social afin de le rendre à la fois compétitif et durable ». Sur les 100 milliards d’euros prévus, 30 milliards seront consacrés à l’environnement. Un montant qui doit permettre d’accélérer la rénovation des bâtiments publics et privés, la décarbonation de l’industrie, le développement de la filière hydrogène vert, l’économie circulaire ou encore la mobilité verte. 

 

Le volet « rénovation » concerne aussi bien les logements individuels que collectifs, et touche les parcs public et privé. Les efforts doivent venir soutenir l’action des professionnels de la construction et engager les particuliers dans des travaux. Si la volonté est là, les consommateurs voient ce plan de relance d’un oeil différent. Selon une enquête UFC-Que Choisir, nombreux sont ceux qui doutent de « l’ambition écologique de la relance ». Des doutes qui se confirment suite à la présentation du PLF 2021. « On ne peut que déplorer les effets d’annonce et les mesures à contre-sens prises par les pouvoirs publics », pointe l’association de défense des consommateurs. Sur la rénovation, « le plan annonce en faire une priorité, ce qu’on ne peut que saluer, d’autant que l’approche globale des travaux commence enfin à être favorisée ». « Mais les 2 milliards d’euros budgétés sur deux ans pour aider les ménages s’inscrivent dans un contexte de disparition d’une autre aide à la rénovation », le crédit d’impôt pour la transition énergétique, « d’un montant comparable ». 

 

L’UFC-Que Choisir révèle avoir lancé, au début de l’été, un sondage pour comprendre les attentes des Français en matière de « consommation durable ». Pour ce faire, l’association a formulé 17 propositions et a appelé le grand public à s’exprimer sur celles-ci et à les prioriser. « Imposer une obligation de résultats aux professionnels de la rénovation énergétique » a été approuvé à 98,9%. Une mesure qui ne fait pas partie de celles retenus par l’Etat. « L’argent investi risque, comme jusqu’à présent, de largement servir à arroser le désert », estime Que Choisir.  

 

« Compte tenu des réticences du gouvernement à entendre leurs attentes, notamment sur la rénovation énergétique », l'association « adresse aux parlementaires sa proposition de loi qui reprend quinze mesures réclamées d'urgence par les consommateurs ».

 

L’urgence climatique sous-évalué ? 

 

Le Réseau Action Climat a lui aussi tenu à interpeler le Gouvernement. Si ce dernier affirme que le PLF 2021 est « pour la première fois », un « budget vert », des ONG dénoncent une transition écologique « plus lointaine et plus floue que jamais ». 

 

A l’annonce du Plan de relance, le réseau avait déjà exprimé sa déception. « Alors qu’il y avait un rêve collectif de rupture écologique au moment du confinement, les intérêts économiques à l’origine de la destruction de la planète ont de nouveau repris le dessus (…). L’analyse nous permet de repérer des investissements qui ne contribuent pas à la transition écologique ou qui lui sont incompatibles, voire nuisibles (nucléaire, agriculture de précision, hydrogène non-renouvelable, 5G, etc…) ». 

 

Dans son Projet de loi de finances, le gouvernement, dans une démarche de « transparence inédite », présente l’impact environnemental de l’ensemble des dépenses budgétaires et fiscales (488,4 milliards d’euros). 90% du montant est considéré comme « neutre ». 38,1 milliards sont considérés comme « favorables » à au moins un des six objectifs environnementaux en 2021 (lutte contre le changement climatique, adaptation au changement climatique, gestion de la ressource en eau, économie circulaire, lutte contre les pollutions, biodiversité). Ces dépenses « vertes » recouvrent notamment le développement des énergies renouvelables (6,9 Md€). Les dépenses « mixtes » s’élèvent à 4,7 Md€, tandis que 10 Md€ ont un impact « défavorable » sur au moins un des axes évoqués précédemment. Elles concernent les dépenses fiscales, « en particulier les exonérations ou taux réduits sur les taxes intérieures de consommation des produits énergétiques relatives aux carburants ». 

 

S’il reconnaît que certaines dépenses du budget « continuent à avoir un impact défavorable, soit ambigu, sur l’environnement », Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, assure « qu’aucune mesure du plan de relance n’est défavorable à l’environnement ». 

 

Pour le Réseau Action Climat, le sentiment est tout autre. « Après la douche froide du Plan de relance vert pâle (…), le projet de loi de finances n’apporte aucune avancée significative sur les chantiers prioritaires de la transition écologique et solidaire », comme la baisse des aides aux énergies fossiles ou la rénovation énergétique. 


« Si à l’échelle mondiale, nous continuons d’émettre autant qu’en 2018, le budget carbone estimé pour avoir 50% de chance de limiter la hausse de la température mondiale à + 1,5% sera épuisé en 2030. Il faut changer notre logiciel économique maintenant », poursuit le réseau. 

 

Pour Jean-Baptiste Lebrun, directeur du CLER-Réseau pour la transition énergétique : « Malgré les annonces, les arbitrages du Gouvernement pour le Projet de loi de finances 2021 et le déploiement du plan de relance sur la transition énergétique restent très conservateurs. En confondant vitesse et précipitation pour tenter de stimuler une reprise économique « business as usual », le Gouvernement rate l’opportunité de transformer structurellement l’économie française pour faire face à l’urgence climatique ». Il regrette ainsi des financements « très insuffisants » et « surtout largement mal orientés » en faveur de la rénovation énergétique. « Quant aux énergies renouvelables, rien n’est prévu pour rattraper notre retard, alors que la France est dans les 2 plus mauvais pays européens sur l’atteinte des objectifs ». 

 

Clément Sénéchal de Greenpeace France dénonce lui : « Le Gouvernement prend prétexte de la crise économique pour multiplier les chèques en blanc aux grandes entreprises polluantes et reporter à plus tard l’effort climatique, nous piégeant dans une trajectoire climatique toujours plus hostile à la vie humaine ». 


R.C
Photo de une : ©Adobe Stock

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Naissance du LAB, un outil virtuel pour comprendre les défis du bâtiment - Batiweb

Naissance du LAB, un outil virtuel pour comprendre les défis du bâtiment

Le Cercle Promodul / INEF4 accompagne les acteurs concernés par les transitions énergétique, environnementale et numérique du bâtiment dans leur montée en compétences. A travers ses actions, le Fonds de dotation vise l’émergence et la diffusion de solutions nouvelles. C’est aujourd’hui via une plateforme virtuelle, que l’organisme souhaite améliorer les connaissances des professionnels. Baptisé le LAB, l'outil se veut un centre de ressources « inédit ».
Le chanvre s’offre une place de choix sur le marché de l’isolation français - Batiweb

Le chanvre s’offre une place de choix sur le marché de l’isolation français

Naturelle, efficace et facile à poser, l’isolation chanvre se fait peu à peu sa place sur le marché du BTP français. Pour le plus grand plaisir de Biofib’, qui ne manque pas d’arguments pour vanter les mérites de ses solutions végétales. Multi-certifiées, celles-ci ont déjà séduit nombre de maîtres d’ouvrage, qui peuvent aujourd’hui pleinement observer les bienfaits de cette technique en adéquation avec les objectifs de la loi de transition énergétique.
Réunion sur les choix stratégiques pour la transition énergétique à l’Elysée - Batiweb

Réunion sur les choix stratégiques pour la transition énergétique à l’Elysée

Le Président Emmanuel Macron a réuni hier après-midi, mercredi 24 octobre, une trentaine de dirigeants d’entreprises, parmi lesquels les dirigeants d’EDF, Engie, Total, Orano, Vinci, Saint-Gobain ou Veolia, mais aussi des organismes de recherche comme le CNRS ou l’INRA, pour une « séance de travail » en prévision de la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), qui devrait être annoncée à la mi-novembre.
La loi sur la transition énergétique ajustée pour protéger le bâti non traditionnel - Batiweb

La loi sur la transition énergétique ajustée pour protéger le bâti non traditionnel

En octobre dernier, l’Académie des beaux-arts faisait part de son inquiétude concernant le décret « Isolation par l’extérieur », craignant la « disparition lente » des constructions anciennes traditionnelles. Aujourd’hui, Ségolène Royal a tenu à rassurer les opposants audit décret à travers une lettre adressée à l’association Sites & Monuments et en modifiant la législation sur l’isolation par l’extérieur afin qu’elle ne s’applique pas au bâti traditionnel.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter