Le Plan de relance est « un appel à réussir ensemble » (E. Wargon) Développement durable | 09.09.20

Partager sur :
Le ministère du Logement a détaillé ce jour le volet « rénovation énergétique » du Plan de relance du Gouvernement. Les différents investissements, dont le montant total dépasse les 7 milliards d’euros, visent la rénovation énergétique des logements privés, du parc tertiaire dans sa totalité et des bâtiments publics. Les mesures annoncées s’inscrivent dans la continuité des initiatives déjà engagées depuis 2017. Elles doivent cependant permettre d’accélérer la dynamique de transition écologique.

Le Gouvernement a présenté ce jour le volet « logement et rénovation énergétique des bâtiments » de son plan de relance. « Un plan écologique » et de « soutien au secteur », a indiqué la ministre du Logement, Emmanuelle Wargon, détaillant le montant des investissements : 2 milliards d’euros pour les logements privés, 500 millions pour le parc social, 200 millions pour le tertiaire des TPE/PME et 4 milliards pour les bâtiments publics. Auxquels s'ajoutent 650 millions pour les projets de construction vertueux des collectivités et 100 millions pour les personnes en situation de précarité.

 

Via ces investissements, « nous considérons que nous allons générer environ 15 milliards d’euros de travaux, que nous allons économiser 5600 kilowatts heure, c’est-à-dire l’équivalent de la consommation annuelle d’une ville de 130 000 habitants, et (…) environ 440 000 tonnes de CO2, l’équivalent de 125 000 voitures », a-t-elle avancé. 

 

Anne-Lise Deloron, coordinatrice interministérielle du plan de rénovation énergétique des bâtiments, a souligné que le Plan de relance s’inscrivait « dans une accélération  et une continuité des transformations déjà lancées et des réformes récentes déjà engagées depuis 2017 ». Les actions ont en effet un air de déjà-vu, mais Emmanuelle Wargon l’assure : « Les choses commencent vraiment à changer ». 

 

Le dernier rapport du Haut Conseil pour le Climat constate « que les émissions du bâtiment baissent (…). Pas forcément assez vite mais on est bien sur un poste sur lequel on a vu une inflexion ». Elle ajoute : « Si on regarde les volumes d’action, on constate que grâce aux seuls certificats d’économie d’énergie, en 2019, on a aidé plus d’un million de ménages à faire des gestes de rénovation thermique, dont à peu près 800 000 sur des opérations d’isolation et un peu plus de 200 000 sur des changements de chaudières, la moitié étant des sorties de chaudières fioul ». Et pour 2020, la tendance devrait être encore meilleure, et ce malgré le contexte sanitaire. « On est déjà à environ 150 000 changements de chaudières et environ 500 000 opérations d’isolation. Donc on commence à avoir un effet massif des mesures que nous avons prises sur la réalité des gestes ». 

 

Améliorer le parcours usager

 

Concernant MaPrimeRenov', « les délais de traitement sont extrêmement satisfaisants, le processus client s’améliore tous les jours. On commence à avoir un système dans lequel nos dispositifs sont reconnus, atteignent leur public et fonctionnent », un système « qu’on sait piloter et dont on sait limiter les éventuels risques et effets pervers ». Des propos soutenus par Valérie Mancret-Taylor, directrice de l’Anah. « Cette prime trouve largement son public. 90 000 dossiers ont été déposés depuis le début de l’année 2020, ce qui marque un réel succès sur divers forfaits. 83 000 dossiers sont en cours d’instruction, et plus de 61 000 dossiers sont déjà engagés ». Ces ménages, explique-t-elle « ont reçu une notification leur confirmant le montant de prime auquel ils peuvent prétendre ». « Tous ces chiffres, sont des chiffres tout à fait positifs et tout à fait favorable à 8 mois de bilan. »

 

Elle précise également que l’un des grands changements qui se préparent dans le cadre du plan France Relance, c’est l’ouverture de l’aide à l’ensemble des propriétaires, ménages et copropriétés avec en plus des « bonus et aides complémentaires qui vont venir se greffer ». L’objectif, « une meilleure éradication des passoires énergétiques, pour aller aussi vers des rénovations plus ambitieuses et plus globales ». Pour accompagner au mieux les ménages, un forfait d’assistance à maîtrise d’ouvrage pourrait être mis en place, financé à travers la prime. 

Rénover le parc social

 

Les particuliers ne sont pas les seuls bénéficiaires du plan de relance puisque le Gouvernement a prévu une enveloppe de 500 millions d’euros pour la rénovation du parc social. Le but est d’encourager les bailleurs sociaux à engager des restructurations lourdes. « Nous pensons que cela permettra de lancer des opérations sur environ 40 000 logements qui pourront se trouver notamment dans les quartiers propriétaires de la politique de la ville mais aussi dans les zones détendues », dévoile François Adam, directeur de l’habitat, de l’urbanisme et des paysages au ministère de la transition écologique. 

 

A ce sujet, Emmanuelle Wargon précise qu’une enquête réalisée par le Commissariat Général au Développement Durable (grâce à la base DPE de l’Ademe), établit à 4,8 millions, le nombre de passoires thermiques. « C’est dans le parc social qu’on en a le moins (11%). Ce qui veut dire que les bailleurs sociaux avaient déjà engagé ces opérations de réhabilitation lourde. Cette enveloppe va nous permettre d’accélérer encore ». La sortie totale d’étiquettes E, F et G du parc social est visée.  

 

Industrialiser les solutions

 

Une partie des 500 millions d’euros va être mobilisée pour « contribuer à l’émergence d’une filière de solutions industrielles et reproductibles pour la rénovation énergétique très performante », poursuit François Adam. Un premier appel à manifestation devrait permettre de traiter 10 000 logements. « Ce sont des sujets qui vont être évidemment discutés pour essayer de trouver des modalités d’identification des projets et de gestion des financements qui soient les plus efficaces possibles », en s’appuyant sur des circuits existants et bien connus des bailleurs. 

 

L’idée est de développer des process de rénovation qui permettent d’atteindre rapidement des résultats, et de finaliser certains chantiers plus rapidement. Emmanuelle Wargon espère, à travers cette action, de donner « toute leur place aux matériaux biosourcés (...), l’occasion d’être vertueux sur la totalité de la chaine ». 

 

Les collectivités sollicitées

 

« Le plan comprend une enveloppe globale de 4 milliards d’euros pour la rénovation énergétique de l’ensemble des bâtiments publics », explique François Adam. « Cette enveloppe visera trois catégories d’actions avec des temps de retour différencié. Des actions d’évolution des équipements qui sont dites à gain rapide ».

 

Une enveloppe de 300 millions d’euros sera dédiée aux régions notamment pour la rénovation des lycées, précise le Gouvernement. « S’agissant des blocs communaux, c’est la DSIL qui sera utilisée ainsi que la nouvelle DSID pour l’investissement des départements ». Des objectifs de performance seront définis au niveau national mais « des enveloppes déconcentrées » seront gérées « au niveau local par les préfets qui auront à analyser, sélectionner les projets les plus pertinents des collectivités territoriales », précise M. Adam. 

 

Accompagner les TPE et PME

 

Le tertiaire public n’est pas le seul concerné par le plan de relance. Fabrice Boissier, directeur général délégué de l’Ademe, revient sur le dynamisme des TPE/PME en termes d’emploi. « Très souvent, les chefs d’entreprise n’ont pas les moyens de se pencher sur les sujets énergétiques et donc c’est un peu un angle mort. Et pourtant la performance énergétique et globalement écologique est un facteur de compétitivité ». Pour les soutenir, le ministère de l’écologie, l’Ademe et la Bpi ont pensé un crédit d’impôt de 30% avec un plafond de 25 000 euros. Un crédit qui interviendrait lors d’opérations de rénovation sur le bâti, l’isolation ou sur le système de chauffage, climatisation, ventilation. Un moyen également pour les TPE/PME d’anticiper les obligations du décret tertiaire. Dotée d’une enveloppe de 200 millions d’euros, l’initiative sera mise en place dès le 1 octobre. 

 

Enfin, via le programme SARE, un nouveau guichet va être déployé dans les prochaines semaines. Il proposera un accompagnement « neutre et personnalisé ». En parallèle, le ministère poursuit ses actions auprès des artisans, commerçants et indépendants pour réaliser des diagnostics et les encourager à entreprendre des démarches d’éco-conception. 

 

« Ce plan de relance est structurant et transformant pour la France. Si ce ministère en est le fer de lance et le porte très fermement, ce plan de relance ne réussira que si nous arrivons à être tous partenaires (…). C’est un appel à réussir ensemble », déclare Emmanuelle Wargon. 

 

A ce plan viendront s’ajouter les propositions de la convention citoyenne pour le climat, indique Anne-Lise Deloron. Certaines feront l’objet « d’une traduction législative et réglementaire conformément à l’engagement du Président de la République ». 

 

D’ici la fin du mois, le Gouvernement apportera davantage de précisions notamment concernant les barèmes et les modalités d’application de MaPrimeRenov. Tandis que la Direction générale des collectivités locales publiera « un vade-mecum pour expliquer la manière dont on pourra remplir les projets éligibles à la DSIL et à la DSID », précise enfin Anne-Lise Deloron.

Rose Colombel
Photo de une : ©Adobe Stock

 

 

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Le gouvernement et le monde HLM trouvent un accord - Batiweb

Le gouvernement et le monde HLM trouvent un accord

Les bailleurs sociaux et le gouvernement ont trouvé un accord hier, mercredi 25 avril, concernant les économies à réaliser pour le monde HLM. Le gouvernement a accepté de réduire les économies de 1,5 milliards d’euros à 950 millions pendant trois ans. Des économies en partie prises en charge par Action Logement – à hauteur de 300 millions d’euros par an – et par la Caisse des dépôts – à hauteur de 50 millions d’euros par an.
Le chantier de Roland Garros touche à sa fin - Batiweb

Le chantier de Roland Garros touche à sa fin

Débuté en 2015, le chantier d’agrandissement et de réhabilitation du célèbre stade de tennis parisien approche de la fin. L’ensemble des rénovations entamées sur Roland Garros devraient aboutir dans le courant de l’année 2021. Alors que les ouvriers travaillent encore sur le toit amovible, nous avons assisté à une visite du chantier accompagné d'Anne Lagarde, Responsable d'Opérations et Pascale Sicard, directrice d'Opérations.
Rénovation : le Conseil d’Etat annule définitivement le décret « tertiaire »  - Batiweb

Rénovation : le Conseil d’Etat annule définitivement le décret « tertiaire »

Le Conseil d’Etat a annulé lundi le décret du 9 mai 2017 relatif aux obligations d’amélioration de la performance énergétique dans les bâtiments tertiaires. Le texte, qui remonte à la fin du quinquennat Hollande, imposait des travaux avant le 1er janvier 2020 aux propriétaires de bâtiments à usage de bureaux, d’hôtels ou encore de commerces. Le ministère de la transition écologique et solidaire a justifié la décision expliquant que le projet de loi Elan couvrirait l’ensemble des objectifs du décret.
L'IRIS-ST lance un nouveau kit pour sensibiliser les TPE du BTP à la santé et sécurité - Batiweb

L'IRIS-ST lance un nouveau kit pour sensibiliser les TPE du BTP à la santé et sécurité

De tous les secteurs d'activité, la construction est certainement l'un de ceux où les risques sont les plus élevés pour les salariés. Afin de former et sensibiliser les entreprises artisanales du bâtiment, l'IRIS-ST a créé un nouveau kit de prévention composés de neuf mémos rappelant les bonnes pratiques à adopter en matière de Santé et sécurité au travail (SST). Une initiative saluée par Patrick Liébus, président de la Capeb.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter