RE2020 : le GTQE formule trois conditions pour un label « ambitieux »

Législation | 21.05.21
Partager sur :
RE2020 : le GTQE formule trois conditions pour un label « ambitieux » - Batiweb
Le Groupe de Travail Qualité de l'Enveloppe (GTQE), animé par le Pôle Fibres Energivie, a participé à la consultation concernant le label RE2020, devant être encore plus exigeant que la future réglementation. Le groupe de travail revient donc sur les principaux points qu'il juge indispensables pour parvenir à un label véritablement « ambitieux ».

Dans le cadre de la Réglementation Environnementale 2020 (RE2020), qui devrait être progressivement mise en œuvre à partir du 1er janvier prochain, le Plan Bâtiment Durable s'est vu confier la mission d'élaborer un label facultatif, ambitionnant d'aller encore plus loin, pour stimuler l'innovation.

 

Afin de définir les contours de ce futur label, un appel à contributions a été lancé puis clôturé le 7 mai dernier pour entrer dans une phase de concertations.

 

Le Groupe de Travail Qualité de l'Enveloppe (GTQE), animé par le Pôle Fibres Energivie, fait partie des contributeurs. Ce dernier a notamment formulé « trois points principaux à prendre en compte dans l'élaboration d'un label ambitieux ».

 

Ré-hausser les exigences concernant le Bbio et les ponts thermiques

 

Parmi ces conditions, le groupe de travail appelle notamment à ré-hausser les exigences concernant l'indicateur Bbio : « Dans le cadre de l’élaboration de la RE2020, les derniers arbitrages gouvernementaux adoptés – sans unanimité – par le CSCEE en avril 2021 sur l’indicateur Bbio ont réduit les exigences de performances énergétiques des petits collectifs et des maisons individuelles sans apporter de compensation pour les grands bâtiments. Il est, par conséquent, impératif de relever les ambitions dans le cadre du label. A ce titre, le Groupe de Travail Qualité de l’Enveloppe soutient un renforcement généralisé de l’indicateur Bbio à RT2012-40 % », souligne-t-il.

 

Il regrette également un manque d'ambition et demande le traitement systématique des ponts thermiques : « L’article 31 de l’arrêté Exigences de la RE2020, relatif au traitement des ponts thermiques, révèle un manque d’ambition et ce, alors que les solutions techniques ont largement évolué durant la période d’application de la RT2012 et sont désormais compatibles avec l’ensemble des modes constructifs à un prix optimisé ».

 

Autre reproche formulé : l'article 31 présenterait des « imprécisions » concernant la notion de « conditions hivernales » et risquerait d'aboutir au « non-traitement des ponts thermiques et à des solutions constructives moins performantes que la RT2012 ». De fait, le groupe de travail recommande pour sa part de prendre en compte une température d’air de référence extérieure à -7°C, et une température d’air intérieure à +20°C.

 

Plus de contrôles à chaque étape

 

Pour assurer la qualité et les performances effectives des bâtiments, le GTQE recommande également de mettre en œuvre la pratique du « commissioning », avec une obligation de résultats et non plus de moyens, en s'assurant que les objectifs fixés sont bien atteints à chaque étape et ce jusqu'à la phase d'exploitation.

 

Dans le cadre du futur label, il propose la mise en place d’un suivi de la performance énergétique par une procédure de commissioning obligatoire. « Si cette proposition apparaissait trop ambitieuse, le commissioning serait rendu obligatoire à minima pour les typologies de bâtiments suivants : petite enfance, EHPAD, santé, enseignement », précise-t-il.

 

Enfin, le groupe de travail appelle plus largement à mettre en place une méthode de contrôle d'application de la RE2020, « que ce soit en déclaratif de calculs ou en performances réelles (…) afin que la réglementation soit réellement efficace et qu’aucun moyen ne permette de s’en échapper ».

 

Claire Lemonnier

Photo de une : Adobe Stock

 

Redacteur
filter_list

Sur le même sujet

RE2020 : le groupe de travail du Pôle Fibres Energivie formule ses priorités - Batiweb

RE2020 : le groupe de travail du Pôle Fibres Energivie formule ses priorités

Alors que le gouvernement mise sur la rénovation énergétique des bâtiments publics et privés pour une relance plus verte de l'économie, le groupe de travail sur la qualité de l'enveloppe porté par le Pôle Fibres Energivie a publié un communiqué ce lundi 21 septembre énonçant certains impératifs pour parvenir à une meilleure isolation des bâtiments dans l'optique de la RE2020.
RE2020 : une mise en application progressive pour maîtriser les coûts - Batiweb

RE2020 : une mise en application progressive pour maîtriser les coûts

Les ministres Barbara Pompili et Emmanuelle Wargon ont réuni la presse ce jour pour annoncer les principales orientations de la RE2020. La nouvelle réglementation, qui entrera en vigueur l’été prochain, sera appliquée « progressivement », ce qui devrait permettre, selon le Gouvernement, d’amortir les surcoûts immédiats (de l’ordre de 3 à 4%). Parmi les mesures envisagées, une réduction de 30% du Bbio, un recours massif aux matériaux biosourcés, ou encore une diminution de 30% à 40% des émissions de gaz à effet de serre du secteur de la construction.
La RE2020 devrait finalement entrer en vigueur pour l’été 2021 - Batiweb

La RE2020 devrait finalement entrer en vigueur pour l’été 2021

Avec la crise liée au Covid-19, les ministères de la Cohésion des Territoires et de la Transition écologique ont annoncé ce jeudi 7 mai le décalage du calendrier concernant l’adoption de la Réglementation Environnementale 2020 (RE2020). Étant donné l’impact de la crise sur la phase de concertations, l’entrée en vigueur de la RE2020, initialement prévue en janvier prochain, est finalement repoussée à l’été 2021.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter