Le président de la FIB élu à la présidence du Cerib Nomination | 03.02.21

Partager sur :
Le Cerib a élu son nouveau conseil d'administration ce mercredi 26 janvier. Bertrand Bedel, déjà président de la Fédération de l'Industrie du Béton (FIB), devient ainsi président du centre d'études et de recherches. Il remplace Philippe Gruat, nommé vice-président aux côtés de Laure Hélard.

Déjà président de la Fédération de l'Industrie du Béton (FIB) depuis juin 2019, Bertrand Bedel vient d'être élu à la présidence du Centre d'Etudes et de Recherches de l'Industrie du Béton (Cerib) ce mercredi 26 janvier.

 

Il succède à Philippe Gruat, qui reste toutefois au conseil d'administration après avoir été nommé vice-président, aux côtés de Laure Hélard, déléguée générale du SFIC et de l'ATILH.

 

Bertrand Bedel est déjà largement familier du Cerib, ayant passé neuf ans au sein de son conseil d'administration, et spécialiste de l'industrie du béton grâce à une longue carrière dans ce domaine.

 

Diplômé dans le bâtiment et le génie civil, il commence sa carrière en tant que conducteur de travaux chez Cipec, puis crée sa propre entreprise. En 1983, il rejoint Premat et se spécialise dans les produits en béton en rentrant dans le groupe Alkern, où il restera 36 ans. Après avoir occupé différents postes, il devient président du groupe en avril 2019, et intègre le conseil de surveillance.

 

« Ma très longue expérience industrielle dans le secteur des produits en béton, ma présidence de la FIB depuis un an et demi et ma présence depuis neuf ans au conseil d’administration du Cerib sont autant d’atouts pour aborder la présidence d’un Centre, dont je partage de longue date l’engagement au service de l’industrie du béton », a réagit Bertrand Bedel a l'annonce de son élection.

 

Accélérer dans la transition écologique et numérique

 

Pour cette nouvelle mandature de trois ans, Bertrand Bedel s'est également engagé à répondre aux enjeux fixés dans le Contrat d'objectifs et de performance (COP) signé en février 2020 entre l'Etat, le Cerib et la FIB. Ce contrat repose notamment sur l'accompagnement des TPE/PME vers l'industrie et la construction du futur (numérique, BIM...), et l'accélération en termes de transition écologique et énergétique (réduction des émissions de CO2, économie circulaire etc.).

 

« C'est en investissant de nouveaux domaines d'avenir que nous pourrons, collectivement, mieux appréhender les défis de la construction de demain, répondre aux intérêts de l'industrie du béton et plus largement aux enjeux des politiques publiques pour la reconquête industrielle en France », a estimé le nouveau président du Cerib.

 

Claire Lemonnier

Photo de une : Wam photo

 

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

François Petry devient président du SFIC - Batiweb

François Petry devient président du SFIC

Le syndicat français de l’industrie cimentière a procédé à des élections dont le résultat a été connu le 14 janvier dernier. Succédant à Raoul de Parisot, vice-président de Cembureau et ancien directeur général délégué de Vicat, François Petry, directeur de LafargeHolcim France, a pris les commandes du SFIC le 1er février et a annoncé la ligne de conduite qu’il compte suivre.
Philippe Gruat, nouveau président de la Filière Béton - Batiweb

Philippe Gruat, nouveau président de la Filière Béton

La Filière Béton vient d’élire Philippe Gruat à sa présidence. Fin connaisseur du secteur, il succède à Bénédicte de Bonnechose qui occupait ce poste depuis septembre 2017. Durant son mandat, il aura pour mission de défendre les intérêts d’une filière qui représente 65 000 emplois directs répartis sur 4 400 sites en France.
Les bétons bas carbone, préoccupation majeure des majors du BTP - Batiweb

Les bétons bas carbone, préoccupation majeure des majors du BTP

Au Centre d’études et de recherches de l’industrie du béton (Cerib), Philippe Francisco, adjoint au directeur Matériaux et Économie circulaire, est bien placé pour le savoir : les acteurs de la construction s’intéressent de plus en plus à l’économie circulaire et à leur impact carbone. Dans ce contexte, les études autour des bétons bas carbone se multiplient. Si cette tendance tend à s’accroître, le spécialiste rappelle que les initiatives ne doivent pas se limiter aux recherches autour des matériaux, mais s’inscrire dans une démarche globale, passant par les processus de fabrication, les efforts des usines, ou encore la limitation des transports. Entretien.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter