Basecamp, le premier groupe électrogène vert

Nouveaux produits du BTP | 21.10.21
Partager sur :
Basecamp, le premier groupe électrogène vert - Batiweb
Qui a dit qu’un groupe électrogène ne pouvait pas être économe en énergie et pratique ? Ce n’est pas le discours de la marque Magnohm, qui sortira en janvier 2022 son premier groupe électrogène vert. Appelé Basecamp, l’appareil tend à éviter les nuisances environnementales, thermiques et sonores.

Bruyants, encombrants, énergivores… Telle est la réputation dont souffrent les groupes électrogènes, pourtant pratiques en termes d’éclairage ou d’alimentation de l’outillage électrique sur chantier. A tel point que Paris et de grandes villes ont déjà diffusé des arrêtés municipaux interdisant leur utilisation en ville, notamment en intérieur. 

Toutefois, des industriels tendent à lui rendre ses lettres de noblesse, comme la marque Magnohm, qui sortira en janvier 2022 une alternative plus verte, appelée Basecamp. Développé par la start-up lilloise Otonohm, le nouveau modèle intègre dans son système de batterie une carte électronique, dont l’algorithme gère les fonctions de charge et décharge.

Econome et pratique


Ainsi, il sera capable de se recharger rapidement sur une prise de courant 230V (1h57) ou sur un allume cigare, des panneaux photovoltaïques, avec une mini-éolienne ou avec une simple turbine hydraulique. Un fonctionnement allant jusqu’à une puissance de 3,45 kW (maximum 5kW), pour une énergie disponible de 1.38 kWh, et ce sans gaspillage d’énergie, ni invasion de chaleur, sonore ou thermique.

Le phénomène de chaleur associé au groupe électrogène est lié aux pertes constatées sur la chaine d’alimentation sur batterie, causées par des appareils de conversion d’énergie (chargeur et ondulateur). Or, chaque batterie est vendue inévitablement avec ce dispositif. 

En plus de ses ambitions écologiques, le groupe électrogène Basecamp tend à être pratique, perméable aux intempéries, grâce à sa protection IP54, pour la prise magnétique Energy-bus (IP67). Avec ses dimensions (568 x 383 x 173mm) et son poids amoindris (14,9 kg), l’appareil est facilement transportable (en intérieur comme extérieur), démontable donc réparable. 

« Quand les batteries traditionnelles rendent l’âme lorsque quelques-unes de leurs cellules s’arrêtent de fonctionner (sans possibilité de recyclage), nos services techniques peuvent changer des cellules qui pourraient être défectueuses dans Basecamp grâce à une architecture prévue pour cela », explique Magnohm dans un communiqué.

Virginie Kroun
Photo de Une : Magnohm
 

Virginie.kroun