Béton matricé et Framax Xlife : zoom sur le Chantier Hangar G1 à Bordeaux Communiqués | 12.11.19

Partager sur :
Dans le cadre du réaménagement du quartier des Bassins à flot à Bordeaux, EIFFAGE IMMOBILIER s’est vu confier la construction d’un vaste bâtiment de plus de 22 000 m², à la place du mythique entrepôt maritime. Ce complexe d’un nouveau genre nommé « G1 », réalisé avec le cabinet d’architecture DND, réunira commerces, bureaux et parkings sur plusieurs niveaux pour s’inscrire durablement dans le développement urbain de Bordeaux Métropole, en accompagnant le nouvel essor du tissu économique local.

Le chantier a démarré par les fondations en mai 2018, puis les 2 grues sont arrivées en juin pour commencer les dalles, et dès novembre, commencer la 1ère élévation. D'un point de vue planning, le gros œuvre a fini en mai, et la livraison finale est prévue pour février 2020.
Arrivé sur le projet en Septembre 2018, Jacques Wiet est le Directeur de Travaux sur ce chantier Hangar G1. Chez EIFFAGE CONSTRUCTION depuis 2010, il a confirmé son expertise sur plusieurs chantiers dans le logement et le tertiaire à travers les 3 agences : Construction, Bâtiment et Travaux/Service.
« HANGAR G1 est un bâtiment assez massif et imposant, moins dans la verticalité par rapport aux autres du quartier, et avec du béton matricé en façade. C'est un complexe multifonctionnel de 110 mètres sur 45, avec au total 22 000 m2 en R+6, dont 5 000 m2 d'emprise au sol. »
En quelques chiffres :

  • En RDC : le hall d'accès et 3 400 m2 de commerces et services, dont 2 300 m2 de moyenne surface alimentaire et 7 cellules commerciales comprises entre 65 et 245 m2. Ces commerces sont livrés avec la structure des coques nues en béton brut et la façade en menuiserie, sans aménagement.
  • En R+1 à R+3 : 3 niveaux de parkings payants ouverts avec 536 places, gérés par la société EFFIA.
  • En R+4 à R+6 : 3 800 m2 divisibles de bureaux mis en location.

Enjeux du chantier

Les enjeux et spécificités reposent principalement sur le traitement des façades, à l'aide d'une matrice qui donne une forme de vague dans le béton avec un angle de 45° sur les façades. Ce fut d'autant plus difficile, que le bâtiment n'est ni carré, ni rectangulaire, sans aucun angle droit et avec de faux angles un peu de partout. L'autre difficulté a résidé dans les largeurs des fenêtres toutes différentes le long de la façade cachant régulièrement de fausses trames ce qui impose d'avoir un pas différent. Le traitement architectural de ce bâtiment fut un défi tant sur le plan qualitatif que technique, puisqu'il a nécessité de réussir à reproduire le dessin de l'architecte, ce qui demande précision, rigueur et organisation. Les voiles ont demandé de nombreux détails, avec une complexité et une finesse peu commune.

 

«Ce fut un véritable challenge et une expérience inédite que de travailler sur un béton architectonique et matricé de ce niveau-là ! Nous avons dû mettre en place un matériel de coffrage nous permettant d'avoir une certaine modularité et souplesse pour ne pas avoir énormément de modules différents sur sites. Il faut noter que les largeurs des fenêtres ne sont pas toutes identiques le long de la façade. D'où la nécessité d'avoir un outil polyvalent et modulable en terme de dimensions.»

Choix du Coffrage Cadre FRAMAX XLIFE

Avec les mêmes fenêtres tout le long, le choix d'un outil métallique à fabriquer sur mesure aurait pu être une solution. Mais avec autant de mesures différentes, elle a été éliminée. Un matériel plus souple était requis pour pouvoir changer régulièrement et avoir plus de modularité, tout en ayant également la contrainte de la mise en œuvre des matrices sur ces coffrages :

 

« mettre un contreplaqué et une matrice sur une banche métallique et faire des milliers de trous dans un outil aurait eu des répercussions financière s importantes. Financièrement et techniquement, le projet n'aurait pas été viable ».
C'est pourquoi le chantier s'est tourné sur l'utilisation du coffrage-cadre FRAMAX XLIFE qui a parfaitement répondu à leur attente. Le temps de préparation et de mise en place de cette solution furent assez conséquents pour les équipes du fait de la complexité du dessin des façades, aux cannelures et aux matrices mais « ce fut la solution la plus performante et la plus pratique en tout point de vue ! Grâce à ce système, nous avons pu recaler la feuillure en bas et en haut par rapport au dernier mur construit et cela pour chaque nouveau module. »

 

Le rendu des façades est une des priorités sur un tel chantier, « le défi a été relevé haut la main grâce au matériel DOKA » ainsi qu'au savoir-faire des compagnons coffreur, de Eiffage construction dirigé par le Maître compagnons Manuel RODRIGUES.
« Globalement, je peux dire que toute l'équipe est très satisfaite du FRAMAX XLIFE, qui répond à toutes nos contraintes, qu'elles soient techniques, financières et esthétiques. »
Rentre également en jeu la formulation du béton utilisé, qui donne satisfaction en terme de parement avec sa formulation spéciale matrice, avec des entraineurs d'air pour faciliter le débullage et éviter le bullage en façade.

Aussi, la forme naturelle de la matrice avec des obliques à 45° permet au béton de débuller plus facilement et donc d'obtenir un bon parement ».

Accompagnement du Bureau d'Étude Doka

Tenir la cadence du chantier conformément à ce qui est prévu initialement est forcément une problématique importante. Niveau organisation, tout a été séparé en deux zones d'évolution : chaque grue se partage la moitié du bâtiment avec 2 équipes distinctes qui démarrent par le centre pour s'écarter au fur et à mesure vers les extrémités.
Un vrai travail de méthode avec un sens de rotation spécifique des grues a été fourni pour avoir le moins d'interférences et de gênes possibles. D'autant plus que certains modules qui ont été montés pour une grue, doivent servir à l'autre à un certain temps donné. La planification est donc stratégique et assez contraignante à garder entre les 2 grues. « Cette coordination et planification a été possible grâce à l'énorme travail des services méthodes d'Eiffage, notamment avec Christine Molenat, mais aussi Wilfrid Garcia au Bureau d'Études de Doka Toulouse, qui ont travaillé de concert tous les deux pour optimiser la mise en œuvre et les processus de rotations. L'intervention des services des méthodes est primordiale sur un tel projet, cela relève d'une très forte complexité. La difficulté avec les matrices est la lecture en négatif, le coffrage est à l'envers, c'est donc une lecture inversée pas évidente à avoir. Cela a nécessité une excellente vision dans l'espace et de lecture des plans. »

Ainsi, après avoir déjà travaillé avec d'autres solutions DOKA - table coffrante DOKAMATIC, la gamme d'étais EUREX TOP et bien d'autres encore -, et grâce à ce retour d'expérience positif sur l'utilisation du FRAMAX XLIFE, Jacques Wiet confirme à nouveau sa confiance en DOKA. « Au-delà d'une grande gamme de matériel DOKA est un spécialiste ; expert du coffrage et de l'étaiement, qui connait les contraintes des chantiers et sait proposer la solution adaptée. »

 

Crédits photos : Doka

 

filter_list Sur le même sujet

Le béton cellulaire Cellumat : sûr et sécurisant

Le béton cellulaire Cellumat : sûr et sécurisant

Le béton cellulaire Cellumat est le matériau de construction le plus performant au niveau de la protection feu des bâtiments. Ininflammable et incombustible, il protège l’homme et les biens. Il appartient à la Classe A1, ce qui en fait le matériau par excellence pour la réalisation de murs coupe-feu.
Bureaux 100%

Bureaux 100% "préfa" à Avignon, encore un architecte convaincu

Pas une banche sur le chantier ! Après avoir déjà réalisé, pour cette zone, 4 bâtiments en béton coulé en place, le nouvel immeuble tertiaire du M.I.N d’Avignon joue à 100% la carte de la préfabrication. Rencontre avec l'agence Arpège Architectures et l’entreprise Girard pour en savoir plus sur ce choix construction et ses avantages.
Nouvelle construction CIBETEC à Levallois-Perret

Nouvelle construction CIBETEC à Levallois-Perret

Ciments Calcia a fourni son client préfabricant Cibetec pour la réalisation d’un nouvel immeuble social de type haussmannien, à l’entrée de la commune Levallois Perret (92). La société Cibetec, située à St Léonard (51) et spécialisée dans la production de béton architectonique industrialisé a utilisé un ciment CEM I 52,5 N CE CP2 NF blanc de l’usine Ciments Calcia de Cruas.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter