Observatoire du cadre de vie : un regain d'intérêt pour les zones rurales

Urbanisme | 19.11.21
Partager sur :
Observatoire du cadre de vie : un regain d'intérêt pour les zones rurales - Batiweb
Lancé il y a deux ans, l'Observatoire National du Cadre de Vie (ONCV) étudie la mobilité des Français, et leurs attentes en termes de cadre de vie et d'aménagement du territoire. Ce mercredi 17 novembre, l'observatoire a dévoilé les résultats de son tout premier baromètre annuel. À noter : le regain d'intérêt des jeunes actifs pour les zones rurales.

Créé en 2019 par huit acteurs du territoire, dont l'Union Nationale des Aménageurs (UNAM), l'Ordre des Géomètres-Experts (OGE), le Conseil National de l'Ordre des Architectes (CNOA), ou encore la Fédération des SCOT, l'Observatoire National du Cadre de Vie (ONCV) vise à identifier les mobilités et attentes des Français en matière de cadre de vie.

 

En juillet dernier, les membres de l'ONCV alertaient ainsi sur les risques du Zéro Artificialisation Nette (ZAN), prévu dans le cadre de la loi Climat et Résilience. Ils s'inquiétaient notamment de l'impact sur le développement des territoires ruraux et la baisse de l'offre en logements, dans un contexte où les Français retournent vers les campagnes.

 

Ce 17 novembre, l'ONCV a publié les résultats de son premier baromètre annuel, deux ans après sa toute première étude. À travers cette nouvelle enquête, l'Observatoire revient sur l'évolution des attentes et souhaits des Français concernant leur cadre de vie, notamment depuis le passage de la crise sanitaire.

 

Le sondage, réalisé par OpinionWay, a été mené mi-octobre auprès de plus de 1 000 Français âgés de 18 ans et plus.

 

La qualité et le confort du logement prioritaire pour 57 % des Français

 

Interrogés sur les cinq éléments les plus importants pour eux en matière de cadre de vie, les sondés ont répondu majoritairement la qualité et le confort du logement (57 %), le calme (53 %), la sécurité (49 %), la présence de la nature (41 %), et la proximité avec leurs proches (38 %).

 

Les critères les plus importants pour le cadre de vie. Source : sondage OpinionWay pour l'Observatoire du Cadre de Vie

 

Autre facteur important : l'accès aux services. 61 % des sondés jugent « tout à fait prioritaire » d'avoir à moins de 15 minutes de chez eux un médecin généraliste, 58 % une pharmacie, et 54 % des commerces de proximité. Viennent ensuite l'accès à la nature (45 %), et aux écoles (34 %).

 

Des jeunes actifs prêts à s'installer en zone rurale

 

Les résultats révèlent notamment qu'1 Français sur 4 compte déménager dans les 5 ans à venir. Cela concerne notamment les franciliens (45 %), et les actifs (40 %). Les jeunes actifs (25-34 ans) sont les plus nombreux (47 %) à vouloir partir s'installer en zone rurale. Cette tendance s'accentue notamment avec la possibilité de faire du télétravail.

 

Parmi raisons qui pousseraient les sondés à envisager de s'installer en zone rurale ? 32 % citent le fait de pouvoir accéder plus facilement à la nature, 30 % de vivre dans un endroit moins bruyant, et 28 % de pouvoir disposer d'une plus grande surface d'habitation. Inversement, les éléments qui les dissuadent sont le manque de services (pour 43 %), l'allongement des temps de trajets (35 %), le fait de devoir dépendre de la voiture (33 %), ou une connexion internet ou mobile insuffisante (28 %).

 

Concernant les éléments dissuasifs pour une installation en centre-ville, 69 % citent le bruit, 57 % la pollution, et 46 % le fait de ne pas pouvoir disposer d'un espace extérieur.

 

« Sans doute faut-il attendre de voir si ces projets de déménagement seront mis à exécution, mais l’appétence pour un meilleur accès à des espaces de nature est indéniable », résume Bruno Jeanbart, vice-président d’OpinionWay.

 

Claire Lemonnier

Photo de une : Adobe Stock

 

Claire.lemonnier
filter_list

Sur le même sujet

Comment les Français ont-ils perçu leur logement pendant le confinement ? - Batiweb

Comment les Français ont-ils perçu leur logement pendant le confinement ?

Supporté (ou apprécié) pendant deux mois par les Français, le confinement a plus que jamais révélé l'importance d'un logement au sein duquel on se sent bien. L'institut Ipsos et l'association Qualitel ont mené leur enquête pour savoir comment les Français ont perçu leur logement pendant cette période inédite. Le nom de cette étude, intitulée « Le confinement, révélateur des inégalités dans la qualité du logement », en dit long sur les disparités entre Français.
66 % des locataires souhaiteraient déménager depuis le confinement - Batiweb

66 % des locataires souhaiteraient déménager depuis le confinement

Entre le 29 mai et le 4 juin 2020, l'agence Blue a mené une enquête pour mieux cerner l'état d'esprit des locataires Français depuis le confinement. Les résultats révèlent notamment qu'ils sont 52 % à ne plus supporter leur logement, et 66 % à vouloir déménager. Parmi les critères recherchés : un logement à la campagne pour 45 %, et un espace extérieur pour 53 %
La maison séduit toujours autant les Français, même les plus jeunes ! (étude) - Batiweb

La maison séduit toujours autant les Français, même les plus jeunes ! (étude)

Alors que la SMABTP, CGI Bâtiment, et LCA-FFB (renommé « Pôle Habitat FFB ») se regroupaient ce mercredi 16 septembre pour leur convention nationale annuelle, les organisateurs ont présenté une nouvelle enquête sur les aspirations des Français concernant leur logement. On y apprend notamment que la maison séduit toujours autant, notamment les propriétaires et les familles, mais aussi les 18-34 ans, qui sont 80 % à se projeter dans une maison dans les 5 ans à venir.
Les Français en manque d'espace dans leur logement (étude Qualitel) - Batiweb

Les Français en manque d'espace dans leur logement (étude Qualitel)

Les résultats de la dernière enquête Qualitel, réalisée pendant le confinement et dévoilée ce mardi 6 octobre, révèlent un manque flagrant d'espace dans les logements français, et notamment pour les foyers vivant en appartement. Ces derniers manquent très souvent d'une pièce qui pourrait permettre d'avoir une chambre pour chaque enfant, ou d'installer un coin bureau pour faire du télétravail. Dans ce contexte, il s'agit de repenser la construction de logements en fonction des besoins actuels des usagers.