128 000 emplois seraient créés dans le BTP sur la période 2012-2022 Vie des sociétés | 12.05.15

Partager sur :
Les métiers du bâtiment et des travaux publics gagneraient 128 000 emplois entre 2012 et 2022, soit une hausse de 0,7 % par an en moyenne, selon le rapport final et inédit « Les métiers en 2022 » remis à François Rebsamen, Ministre du Travail. Ce rapport met en perspective les grandes évolutions qui contribueront à façonner l’emploi et le marché du travail dans les années à venir, notamment dans le BTP. Explications des tendances.

Qualifié ou non, l'emploi est orienté à la hausse

L’accroissement du nombre de ménages, l’adaptation des logements au vieillissement de la population et à la dépendance, les exigences réglementaires et environnementales croissantes, notamment en termes de performance énergétique, devraient stimuler l’activité du BTP et dynamiser l’emploi dans ces métiers, notamment l’emploi qualifié, indique le rapport sur les grandes tendances pour l’emploi à l’horizon 2022. La complexification des chantiers, les avancées technologiques et la recherche de qualité globale et « durable » de la construction devraient se traduire par une montée en compétence au sein des différents métiers du bâtiment, mais aussi par des créations d’emplois qualifiés, techniciens, cadres ou ouvriers qualifiés.

L’emploi resterait également orienté à la hausse pour les postes peu qualifiés dans le scénario central, ceux-ci pouvant constituer un vivier de recrutement pour l’accès à des postes à plus haut niveau de qualification, notamment par la voie de l’apprentissage. Dans le second œuvre du bâtiment, en particulier, près d’un quart des emplois peu qualifiés sont actuellement occupés par des apprentis. La proportion de postes à pourvoir serait plus faible parmi les ouvriers peu qualifiés du gros œuvre, des travaux publics et du béton, en raison d’une hausse limitée de l’emploi conjuguée à des départs en fin de carrière réduits.

Le cas des départs en fin de carrière

Sur la même période, 426 000 départs en fin de carrière sont attendus. Ces départs seront particulièrement nombreux parmi les ouvriers qualifiés : ils pourraient atteindre 2,6 % par an dans le second œuvre ou les travaux publics. Ces départs concerneront de nombreux artisans, notamment dans le second œuvre où près de 40 % des ouvriers qualifiés sont à leur compte. Cette proportion, légèrement inférieure à celle projetée pour l’ensemble des métiers (3 %), serait en revanche particulièrement élevée parmi les architectes et cadres (3,5 %), en raison de nombreuses créations d’emplois.

Pour les postes peu qualifiés d’ouvriers, du second œuvre comme du gros œuvre, les taux de départs en fin de carrière ne dépasseraient pas respectivement 1,4 % et 1,5 % par an. Ces métiers recrutent en effet de nombreux jeunes et le turnover y est important, de sorte que les seniors ne forment qu’une faible part des effectifs : moins de 19 % des salariés sont âgés de 50 ans ou plus en 2010-2012, contre 27 % de l’ensemble des personnes en emploi.

Les ouvriers recrutés restent quasi exclusivement masculin

Les transformations à l’œuvre dans le secteur (nouvelles réglementations, innovations technologiques, utilisation de nouveaux matériaux) devraient se traduire par une montée des qualifications requises dans les différents métiers du bâtiment et des travaux publics. Qu’ils soient architectes, couvreurs ou électriciens, les professionnels du bâtiment seront amenés à développer et adapter leurs compétences pour répondre aux nouvelles exigences environnementales. Le niveau demandé à l’embauche pourrait ainsi continuer à s’élever, tandis que la formation des personnels pour répondre aux mutations du secteur apparaît comme un enjeu important des prochaines années dans un secteur constitué de nombreuses entreprises artisanales.

Le profil de recrutement des ouvriers reste quasi exclusivement masculin précise le rapport. Les nombreuses actions tant des professionnels que du service public de l’emploi pour féminiser les métiers du bâtiment, après l’apparition de tensions à la fin des années 1990, ont eu un impact très limité sur les chantiers. Les femmes sont cependant de plus en plus présentes parmi les architectes et cadres, formant près du tiers des jeunes sortis depuis moins de dix ans du système éducatif. Leur présence dans ces métiers hautement qualifiés devrait donc continuer à s’affirmer au cours des dix prochaines années, mais elle restera marginale parmi les ouvriers.

Les métiers du bâtiment et des travaux publics font toujours largement appel à la main-d’œuvre immigrée, notamment dans le gros œuvre. Formant le quart des effectifs parmi les ouvriers qualifiés du gros œuvre du bâtiment ou parmi les ouvriers peu qualifiés du gros œuvre et des travaux publics, les personnes immigrées sont trois fois plus présentes dans ces deux familles professionnelles que dans l’ensemble de la population en emploi.

Si le scénario est moins optimiste...

Les métiers des travaux publics devraient par ailleurs connaître une évolution de l’emploi moins favorable que dans le bâtiment au cours des dix prochaines années, les investissements de l’État et des collectivités locales pouvant être soumis à une contrainte budgétaire plus forte que par le passé.

Très favorables à l’emploi, notamment qualifié, les tendances de moyen-long terme pourraient cependant être freinées en l’absence de croissance. Dans une conjoncture morose dégradant les conditions de financement, la construction de logements, de bureaux, les dépenses de rénovation thermique ou autres investissements pourraient être retardés. Ainsi, selon le scénario de crise, 82 000 seulement serait créés dans les métiers du bâtiment et des travaux publics à l’horizon 2022.

Source des graphiques : projections France Stratégie-Dares

B.P

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

KILOUTOU, loueur de matériel pour les entreprises du BTP, de l'industrie et des collectivités présente sa GAMME DE CHAUFFAGE ! - Batiweb

KILOUTOU, loueur de matériel pour les entreprises du BTP, de l'industrie et des collectivités présente sa GAMME DE CHAUFFAGE !

En permanence à l'écoute des besoins des professionnels du bâtiment et des travaux publics, KILOUTOU, leader de la location de matériels en France, vous propose une gamme complète de chauffages : -Chauffages industriels électrique, au gaz ou au fioul -Utilisations intérieures et extérieures -Tarifs dégressifs adaptés à la durée de la location -Plus de 10000 matériels disponibles à la location pour un volume chauffé de 10 m3 à plus de 10 000m3.
KILOUTOU, loueur de matériel pour les entreprises du BTP et de l’industrie présente sa GAMME DE CHAUFFAGE !  - Batiweb

KILOUTOU, loueur de matériel pour les entreprises du BTP et de l’industrie présente sa GAMME DE CHAUFFAGE !

En permanence à l’écoute des besoins des professionnels du bâtiment et des travaux publics, KILOUTOU vous propose une gamme complète de chauffages (industriels électrique, au gaz ou au fioul) pour des utilisations intérieures ou extérieures. Plus de 10 000 matériels disponibles à la location pour un volume chauffé de 10 m3 à plus de 10 000m3, avec des tarifs dégressifs adaptés à la durée de la location !
Quand la Bretagne trace le parcours des déchets du BTP et de l'artisanat - Batiweb

Quand la Bretagne trace le parcours des déchets du BTP et de l'artisanat

L'Observatoire régional des Déchets de Bretagne publie sa première édition des chiffres clés des déchets, portant essentiellement sur l'année 2012. Le but est de permettre aux collectivités de mettre en place un plan d'actions pour atteindre les objectifs nationaux et ceux fixés dans les plans de prévention et de gestion des déchets pilotés par le conseil régional et les conseils généraux. Zoom sur les déchets du BTP et de l'artisanat.
Plombé par le BTP, l'intérim recule de 2,9 % - Batiweb

Plombé par le BTP, l'intérim recule de 2,9 %

En baisse depuis août, l'emploi intérimaire a encore reculé de 2,9 % en octobre 204 par rapport à la même période l'an dernier, fortement affecté par la chute des effectifs dans le secteur du BTP, selon le Baromètre Prism'Emploi publié mercredi. L'emploi intérimaire connaît cependant une évolution contrastée selon les régions.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter