2014, année noire pour le Bâtiment... mais après ? Vie des sociétés | 16.12.14

Partager sur :
2014, année noire pour le Bâtiment... mais après ? Batiweb
D'après les données rendues publiques, ce mardi, par la FFB, l'année 2014 aura été particulièrement douloureuse pour le secteur dont l'activité recule de 4,3 %, bien loin des prévisions escomptées par les professionnels qui tablaient sur une baisse de 0,4 %. Si la Fédération ne croit pas à une reprise en 2015, elle estime toutefois que le plan de relance du gouvernement permettra d'atteindre 304 000 mises en chantier, contre une chute à 287 000 anticipée sans ces mesures. Détails.
Après une nouvelle année de crise en 2014, une accalmie en 2015 grâce au Plan de relance ? Rien n'est moins sûr. Pour cette nouvelle année, la Fédération Française du Bâtiment (FFB) anticipe « sous réserve que ce qui a été annoncé soit bien mis en œuvre », que les diverses mesures de relance prises par le gouvernement permettront d'atteindre 304 000 mises en chantier. « Nous sommes persuadés que le dispositif 'Pinel' et le retour de longs différés pour les bénéficiaires modestes du PTZ+ vont venir doper la demande », a expliqué ce mardi son président, Jacques Chanut, lors d'une conférence de presse.

Pas de reprise en 2015...

2015 ne devrait toutefois pas être l'année de la reprise, «compte tenu du moral déprimé de tous les acteurs, ménages, entreprises et même collectivités territoriales, et des freins structurels qui handicapent l'économie française», estime la FFB, tablant sur une activité en repli de 0,4 %. «Mais ce recul fait suite à de nombreux autres... De 2008 à 2015, l'activité se sera ainsi réduite de plus de 20 % en volume », rappelle la Fédération qui juge qu'«il n'y aura véritablement de reprise qu'une fois un certain niveau de confiance retrouvé».

L'amélioration-entretien, « amortisseur du secteur »

En 2014, alors que les analystes tablaient sur un recul de l'activité de 0,4%, la baisse est finalement de 4,3%, avec 30.000 postes détruits. Le bilan est également loin d'être réjouissant sur les mises en chantier, avec 339 000 logements prévus pour 299 000 réalisés, tandis que le non-résidentiel neuf reculait de 5,9%. En cause ? « Une croissance économique qui ne fut pas au rendez-vous » et « un environnement institutionnel pour le moins instable », a détaillé Jacques Chanut. En revanche, l'amélioration-entretien (-0,9 %) a mieux résisté, « confirmant son habituel rôle d'amortisseur du secteur ».

Deux dossiers lourds

Outre le bilan de l'année 2014, et les estimations pour 2015, Jacques Chanut a insisté sur la pénibilité et la concurrence déloyale, « deux dossier lourds » qui « focalisent l'attention de la FFB.» S'agissant du premier, «il faut que le bon sens l'emporte pour éviter qu'un 'simple clic' ne se transforme en grosses claques pour les entrepreneurs» a-t-il estimé, soulignant que ce dispositif, « en l'état, est coûteux, ingérable et générateur de risques de contentieux invraisemblables pour les 347 000 entreprises du bâtiment.»

Une carte contre la fraude

«C'est de la survie de notre modèle social qu'il s'agit » a déclaré Jacques Chanut au sujet du second que « dossier lourd » pour la FFB, à savoir la lutte contre la concurrence déloyale. « Si nous ne prenons pas garde, c'est tout le modèle économique et social de notre secteur qui repose sur l'apprentissage, l'insertion, la qualification et l'ascension sociale dans l'entreprise, qui volera en éclat » a-t-il insisté, soulignant que l'apprentissage en première année a déjà subi une baisse de 25 %. « Ce chiffre nous inquiète beaucoup, car l'apprentissage est l'ADN, la culture même de la filière. Si les jeunes ne trouvent pas d'entreprise en première année, c'est bien que ces dernières recourent à d'autres solutions. »

Outre, l'instauration obligatoire de la carte d'identification professionnelle BTP, revendication de longue date de la FFB, annoncée fin octobre par le ministre du Travail et confirmée en novembre par le Premier ministre, la Fédération a souligné l'urgence d'intensifier les contrôles, avec le concours des Douanes, y compris et surtout les soirs et week-ends

A. LG
© kange_one

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

2,3% de croissance dans la construction en 2018, mais la FFB moins confiante pour l'année à venir Batiweb

2,3% de croissance dans la construction en 2018, mais la FFB moins confiante pour l'année à venir

La Fédération française du bâtiment (FFB) a annoncé une croissance de l'activité de 2,3% en 2018, ce mercredi 19 décembre, lors d’une conférence de presse sur son bilan annuel et ses prévisions pour l'an prochain. Une croissance en baisse par rapport aux 4,9% de 2017, mais certainement meilleure que celle de l’année à venir. Jacques Chanut, président de la FFB, a en effet annoncé que 2019 serait « marquée par la fin d’un cycle de croissance ». Précisions.
Budget 2015 : le coût des réformes pour la relance de la construction détaillé Batiweb

Budget 2015 : le coût des réformes pour la relance de la construction détaillé

Michel Sapin, ministre des Finances et des Comptes publics, et Christian Eckert, secrétaire d’Etat chargé du Budget, ont présenté le projet de loi de finances pour 2015, le 1er octobre 2014 à Bercy. Le ministère du Logement bénéficie d'un budget en hausse, destiné notamment à financer les mesures comprises dans le plan de relance de la construction et la loi sur la transition énergétiques. Détails des principales réformes et de leur coût et réaction de la FFB.
Le Conseil supérieur de la construction et de l'efficacité énergétique se met en place Batiweb

Le Conseil supérieur de la construction et de l'efficacité énergétique se met en place

Un décret publié le 25 mars dernier vient de donner officiellement naissance au Conseil supérieur de la construction et de l'efficacité énergétique. Cette instance consultative sera rattachée au Ministère du Logement et rassemblera les professionnels de la construction sur les sujets réglementaires liés à leur filière. Zoom sur le rôle de ce Conseil dans le Plan de relance du gouvernement.
Le non-résidentiel à l'honneur du 3e Sommet de la Construction de la FFB Batiweb

Le non-résidentiel à l'honneur du 3e Sommet de la Construction de la FFB

La Fédération française du bâtiment a dédié son 3e Sommet de la Construction, ce jeudi à Paris, au non-résidentiel comme marché qui conditionne la croissance économique de la France. A ce titre, quatre débats se sont succédés au cours desquels experts et économistes ont avancé des pistes telles que la transition énergétique, la libération du foncier ou l'accélération de la commande publique. Manuel Valls a clôturé l’événement par un discours de soutien aux acteurs du secteur.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter