A Houplines (59), se profile le premier programme R+4 en CELLUFORCE de Cellumat Vie des sociétés | 12.02.19

Partager sur :
A Houplines (59), se profile le premier programme R+4 en CELLUFORCE de Cellumat
Reconnu pour ses qualités techniques, sa résistance au feu et sa facilité de mise en œuvre, le bloc isolant CELLUFORCE de Cellumat a su trouver sa place dans le secteur de la construction. La solution a notamment été choisie pour la réalisation de 34 logements collectifs sociaux avec des bâtiments R+4 dans la ville de Houplines (59). Tous les détails.
Pour la construction d’un programme R+4 à Houplines (59), Projex Ingénierie a choisi les blocs de béton cellulaire CELLUFORCE. Son chargé d’affaires, Sébastien Picquart, explique : « Le programme d’Houplines comprend 34 logements avec des bâtiments R+4. Nous devions donc choisir un matériau constructif qui réponde à des contraintes structurelles et thermiques exigeantes. Avec une résistance mécanique très élevée, les blocs CELLUFORCE répondaient très favorablement à notre cahier des charges, d’autant qu’en tant que matériau plein, ils gardent leurs propriétés en toutes circonstances ».

CELLUFORCE se distingue en effet de par sa « résistance à la compression de la maçonnerie fk de 4,93 N/mm2 et une charge admissible aux ELU (Etats Limites Ultime) de 986 kN/ml », lui permettant d’atteindre des valeurs supérieures aux moyennes déclarées pour le parpaing et 70% supérieures aux moyennes de la brique, assure Cellumat.

Le bloc bénéficie d’une « plus grande surface portante que les matériaux creux. Il se pose à joints minces collés, ce qui rend l’ensemble plus solide qu’avec des joints classiques au mortier », des avantages de solidité du collage des murs confirmés par les calculs de l’Eurocode 6.

Un confort thermique optimal

Projex Ingénierie s’est également laissé convaincre par les qualités techniques du produit et notamment son étanchéité à l’air. « Les tests d’étanchéité de l’enveloppe du bâti, qui ont été réalisés avec des murs sans enduit extérieur et sans gobetis intérieur, ont démontré des niveaux de performance des plus concluants », poursuit Sébastien Picquart. Les blocs permettent également « de limiter » les interventions au niveau des travaux de finition « grâce aux joints minces », ajoute-t-il.

En termes de confort thermique, la solution offre de belles performances. L’industriel explique : « les blocs en béton cellulaire Cellumat sont composés de millions de cellules fermées, remplies d’air. L’air étant le meilleur isolant, ils sont presque 7 fois plus isolants que d’autres matériaux de construction porteurs ». Un mur en CELLUFORCE offrirait ainsi un « meilleur confort thermique » que la brique ou le parpaing avec une conductivité thermique λ de 0,165 W/mK et une résistance thermique R de 1,38 m2K/W. Il permet d’égaliser les écarts de température extérieure de manière à maintenir une température constante à l’intérieur du logement.

Le bloc présente en outre une bonne performance acoustique. Composé exclusivement de matières premières naturelles 100% recyclables, il se veut « écologique ». Certifié A+, il ne génère ni poussière, ni particule dans l’air. De faible poids, il consomme peu d’énergie lors de sa fabrication. Il est également facile à mettre en œuvre de par ses grandes dimensions qui augmentent le rendement de pose et ses poignées ergonomiques qui simplifient sa manipulation.

Dernier point mais pas des moindres ! Le bloc CELLUFORCE offre une « excellente » résistance au feu, indique Cellumat. Les tests ont démontré un REI 90 (PV en cours). En cas de feu, il peut résister pendant 90 minutes, tout en portant une charge de 300 kN/ml. « Cette combinaison du REI et de la charge du mur font de ce bloc Cellumat le seul matériau qui peut être réellement appliqué pour le collectif de la 4ème famille, et ce, sans avoir besoin d’appliquer des enduits coûteux, contrairement à d’autres matériaux », précise un communiqué.

Enfin, certifié ISO 1400, Cellumat s’engage à améliorer en permanence son procédé de fabrication pour réduire l’impact de son activité sur l’environnement.

R.C
Photo de une : ©Cellumat
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Un béton « plus vert » grâce au graphène

Un béton « plus vert » grâce au graphène

Des experts de l’Université d’Exeter au Royaume-Uni ont développé un béton « plus vert » en utilisant du graphène. Baptisé GraphCrete, le nouveau matériau composite est deux fois plus fort et quatre fois plus résistant à l’eau que les bétons existants. Autre avantage : sa production aurait moins d’impact sur l’environnement. L’innovation pourrait ainsi venir révolutionner le secteur de la construction et contribuer au développement de villes plus durables. Précisions.
A Saint-Priest (69), Kingspan Light + Air dévoile son nouveau siège social

A Saint-Priest (69), Kingspan Light + Air dévoile son nouveau siège social

Début janvier 2019, Kingspan Light + Air a regroupé l’ensemble de ses services sur un unique pôle industriel. Implanté à Saint-Priest, le nouveau siège social accueille 200 collaborateurs et s’étend sur 30 000 m2. Le projet, qui a représenté un investissement de plus de 20 millions d’euros, devrait permettre à l’industriel « de mieux répondre » à l’accroissement de son activité. Certifié BREEAM Very Good, le site se veut un « démonstrateur de performance ». Découvrez-le sans plus attendre !
« Reconnaître les compétences des artisans de la rénovation énergétique », P. Million

« Reconnaître les compétences des artisans de la rénovation énergétique », P. Million

Alors que l’UFC-Que Choisir publiait ce mercredi un rapport critiquant ouvertement les artisans de la rénovation énergétique, ces derniers ont fait part de leur mécontentement, défendant leur profession et leurs savoir-faire. L’un d’entre eux, Philippe Million, gérant d’Everest Isolation et lauréat national du prix de l’artisanat Stars & Métiers, revient aujourd’hui sur la certification RGE et livre son avis sur les observations menées par l’UFC.
Sécurité incendie : le bois a-t-il sa place dans les immeubles de grande hauteur ?

Sécurité incendie : le bois a-t-il sa place dans les immeubles de grande hauteur ?

Il y a quelques mois, le professeur José Torero publiait une tribune libre sur son sujet de prédilection, la sécurité incendie. Il en profitait alors pour partager son avis quant aux immeubles de grande hauteur en bois, dans lesquels le risque incendie n’est, selon lui, pas abordé de la bonne manière. Aujourd’hui, BATIWEB accorde son droit de réponse à Olivier Gaujard, expert en construction bois, et revient avec lui sur la viabilité de ce matériau face au risque incendie.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter