Activité du bâtiment : la FFB prévoit un ralentissement en 2020 Vie des sociétés | 12.12.19

Partager sur :
Activité du bâtiment : la FFB prévoit un ralentissement en 2020 Batiweb
La Fédération Française du Bâtiment (FFB) a dressé le bilan annuel et la conjoncture du secteur du bâtiment ce jeudi 12 novembre. En 2019, l’activité est finalement restée stable, avec une croissance de +1,2 % en nombre d’opérations, allant à l’encontre des prévisions plutôt pessimistes du début d’année. Pour 2020, la FFB prévoit un ralentissement et table sur +0,8 %. Parmi sujets sensibles : la question du maintien du PTZ en zones B2 et C, la baisse des mises en ventes dans le collectif, la réforme du CITE, ou encore le potentiel durcissement des conditions de crédits.

Une croissance portée par la vente de maisons neuves

 

Malgré des prévisions plutôt pessimistes pour l’année 2019, l’activité s’est finalement révélée plutôt dynamique, notamment pour le logement neuf, qui affiche une croissance de +0,8 %, en dépit d’un net ralentissement dans le collectif.

 

Après une baisse l’année précédente, les ventes de maisons individuelles ont bondi de +5 % en 2019. La FFB estime que cela s’explique en partie grâce aux conditions de crédits qui ont été particulièrement favorables ces derniers mois.

 

Certains économistes voient également un effet d’aubaine lié à l’annonce d’une réduction prochaine du PTZ, qui a poussé les ménages à s’engager avant la fin de cet avantage fiscal.

 

L’année 2019 aura aussi permis la création de 35 000 emplois dans le secteur du bâtiment, dont environ 30 000 emplois salariés, « malgré des difficultés de recrutement toujours très présentes ».

 

La FFB souligne toutefois que « la petite hausse des prix du bâtiment » ne parvient pas à compenser la hausse des coûts de construction, et notamment de la main d’œuvre. Elle déplore ainsi des « marges quasi-étales ».

 

PTZ, CITE, baisse du collectif, conditions de crédits... la FFB reste méfiante pour 2020

 

La fédération reste également méfiante pour l’année à venir, avec des prévisions estimées à +0,8 %, sous condition que le PTZ soit bien maintenu en zones B2 et C dans le PLF 2020, et que les conditions de crédits ne se durcissent pas.

 

Parmi les autres craintes de la fédération : la baisse drastique des mises en chantier dans le collectif, liée à la chute des mises en vente, et l’impact de la réforme du CITE sur le segment de la rénovation énergétique, qui devrait « souffrir » en deuxième partie d’année, « une fois les travaux bénéficiant de l’ancien régime réalisés ». « La réforme du CITE va déboucher sur une crise du marché », alerte Jacques Chanut.

 

Le segment de l’amélioration-entretien, qui a connu une modeste croissance de +0,2 % cette année, devrait pour sa part bénéficier de la hausse des ventes de logements anciens, qui se poursuit depuis trois ans. La FFB prévoit ainsi une croissance d’activité de +0,9 % pour ce marché.

 

Détail de l'activité et prévisions pour 2020. Source : FFB

Evolution de l'activité sur 20 ans. Source : FFB

 

C.L.

Photo de une : ©Adobe Stock

Redacteur

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter