Hausse des prix dans l’immobilier ancien : la province rattrape l’IDF Collectivités territoriales | 11.12.19

Partager sur :
Les Notaires de France ont publié leur bilan annuel pour les logements anciens ce mardi 10 décembre. L’année 2019 a été marquée par un record en termes de transactions, avec 1 059 000 de ventes, soit une hausse de +10,4 % en un an. La hausse se poursuit aussi du côté des prix, avec une moyenne de +3,2 %. Autre fait notable : cette tendance à la hausse s’unifie sur l’ensemble du territoire, puisque la province rattrape la région parisienne.

Dans leur bilan annuel, les Notaires de France soulignent que le volume de transactions a atteint un nouveau record cette année, avec 1 059 000 ventes de logements anciens. C’est 100 000 transactions de plus qu’il y a un an, soit une hausse de +10,4 %. Un dynamisme qui s’explique par des taux historiquement bas, qui facilitent l’achat.

 

Outre les transactions, les prix sont également en hausse, avec une moyenne +3,2 % sur un an à fin septembre. Les prix ont notamment augmenté pour les appartements (+4 %), plus que pour les maisons (+2,5 %).

 

Nantes, Rennes et Lyon tirent leur épingle du jeu

 

D’un point de vue géographique, la hausse des prix est plus forte en Île-de-France (+4,7 %) qu’en province (+3,5 %). Mais cette hausse tend à se généraliser sur l’ensemble du territoire, avec un rattrapage de la province.

 

« La province rattrape l’Île-de-France, c’est un fait nouveau qui n’existait pas ces dernières années », note Thierry Delesalle, notaire parisien.

 

Les prix ont en effet particulièrement augmenté dans certaines grandes villes de l’Ouest, comme à Nantes, où le prix des appartements a bondi de +10 %, ou à Rennes (+7 %).

 

Du côté de Bordeaux, la hausse se stabilise avec +1,5 %. « On constate à nouveau la bonne tenue de Bordeaux, mais la flambée bordelaise, dont on a beaucoup parlé ces dernières années, se calme, et Lyon reprend ses droits », souligne Frédéric Violeau, président de l’Institut notarial de droit immobilier.

 

Ainsi, à Lyon, la hausse des prix est de 10 % pour les appartements. Le prix au mètre carré atteint les 4 320 euros, soit une moyenne identique à Bordeaux.

 

Saint-Etienne fait également une percée, avec +7,7 %, mais cette hausse reste à relativiser après des années de latence qui en font la seule grande ville dont le prix au mètre carré est inférieur à 1 000 euros.

 

Seule grande ville qui a vu le prix de ses appartements baisser en 2019 : Reims, avec -2,7 %, à 2 000 euros le m2.

 

La hausse des prix dans les grandes villes. Source : Notaires de France

 

C.L.

Photo de une : ©Adobe Stock

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Immobilier ancien : les prix continuent d’augmenter au 3e trimestre - Batiweb

Immobilier ancien : les prix continuent d’augmenter au 3e trimestre

Le marché de l’immobilier ancien est toujours en pleine forme. Les prix ont continué leur hausse au troisième trimestre 2019, poursuivant la tendance engagée depuis trois ans. Entre juillet et octobre 2019, les prix ont ainsi augmenté de +3,2 % par rapport à un an plus tôt. Même dynamisme du côté des transactions, qui atteignent un nouveau record avec 1 059 000 ventes à fin octobre. Les ventes ont ainsi progressé de +10,4 % en un an.
Le marché des logements anciens est toujours aussi dynamique - Batiweb

Le marché des logements anciens est toujours aussi dynamique

Les prix des logements anciens ont poursuivi leur hausse ce dernier trimestre, selon les chiffres de l'Insee et des Notaires de France. Cette tendance s'est généralisée partout en France puisqu'avec +3,6 % d'augmentation, les prix de la province rattrapent ceux de l'Île-de-France (+3,9 %). A noter également : une hausse plus marquée pour les appartements que pour les maisons.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter