Conjoncture bâtiment : « grosse inquiétude » de la FFB concernant le logement neuf Vie des sociétés | 19.03.19

Partager sur :
C’est sans grand étonnement que la Fédération française du bâtiment (FFB) présentait ce 19 mars le point conjoncture relatif au secteur de la construction. De fait, les prévisions de l’organisme semblent s’être réalisées : bien que le niveau d’activité des professionnels se maintienne à un niveau élevé, les indicateurs du marché du logement neuf sont plutôt inquiétants quant aux mois à venir. Le bilan.

Compte-tenu des mauvais résultats que le ministère de la Cohésion des territoires annonce sur le marché de la construction depuis ce début d’année, le point conjoncture présenté ce matin du 19 mars par la Fédération française du bâtiment (FFB) était presque rassurant.

Son président Jacques Chanut a en effet évoqué une « activité d’un bon niveau », avec des carnets de commande qui restent globalement bien remplis. Ces derniers assurent en effet 6,5 mois de travail aux professionnels du BTP, dont plus de 8 mois pour les entreprises de plus de 10 salariés. De fait, la croissance devrait se prolonger jusqu’en septembre-octobre, d’après la Fédération.

Côté emploi, « les perspectives restent positives malgré un tassement important », comme l’a souligné Jacques Chanut. Rappelant que 50 000 postes ont été créés au cours des deux dernières années sur le marché du bâtiment, la FFB observe une hausse des perspectives d’emploi au premier trimestre 2019 pour les artisans. En revanche, la tendance s’inverse pour les entreprises de plus de 10 salariés.
 

Des prévisions maintenues pour 2019


Il faut dire que le climat conjoncturel est particulièrement délicat. Outre la réduction du Prêt à taux zéro (PTZ), subie par les professionnels dès l’année dernière, le logement neuf est mis à mal depuis plusieurs mois. Sur ce segment, les mises en chantier chutent de -11,1% en glissement annuel sur trois mois à fin janvier 2019. Dans le même temps, les permis de construire affichent un recul de -6,9%. Cette « accélération de la baisse des mises en chantier » constitue ainsi une « grosse inquiétude » pour Jacques Chanut.

Cependant, l’« arrêt de la chute des ventes des constructeurs de maisons individuelles », mis en évidence par le président de la FFB, est un signal plutôt positif pour les acteurs du BTP. Optimiste, l’organisme mise toujours sur une baisse de 30 000 mises en chantier cette année, pour un total de 392 000 logements neufs.

Sur le segment du non résidentiel neuf, « c’est encore pire », a déclaré, sans détour, Jacques Chanut. À fin janvier, les surfaces commencées ont perdu -4,5% en glissement annuel sur trois mois. En parallèle, les autorisations ont heureusement progressé de +6,5%, grâce aux locaux industriels et aux bâtiments administratifs entre autres. Les commerces, à l’inverse, sont « beaucoup plus en souffrance », d’après le président de la FFB. Il n’en reste pas moins que « 2019 sera une bonne année sur le non-résidentiel », d’après lui.

Autre « sujet préoccupant » abordé par Jacques Chanut : la hausse des prix des matériaux de construction, à hauteur de +1,4% pour l’ensemble (ciment, béton prêt à l’emploi, tuiles, briques et produits en terre cuite, et tubes, tuyaux, profiles creux et accessoires en acier). Sur le seul segment des matériaux, cette progression va même jusqu’à +2,5%. Une augmentation qui a des répercussions directes sur la trésorerie des entreprises du bâtiment, qui dégagent dès lors moins de marge.

« On a quand même un contexte général de taux qui reste bas, et qui va le rester encore quelques mois. Il faut profiter de cette situation-là pour continuer d’aider nos compatriotes à être solvables à la fois sur des travaux de rénovation énergétique mais aussi sur la construction et l’investissement », nuance Jacques Chanut. « Ce que nous annonçons aujourd’hui en termes de baisse d’activité est dans l’environnement institutionnel actuel, et il est de la responsabilité de notre gouvernement de faire en sorte que ces chiffres-là progressent ».

 

Les élections européennes en ligne de mire

En marge de la présentation de la conjoncture, la conférence de ce 19 mars était l’occasion pour la FFB de revenir sur les élections européennes qui se dérouleront en mai prochain. À cette occasion, l’organisme publiera bientôt un manifeste en lien avec celui de la Fédération de l’industrie européenne de la construction (FIEC). Trois messages principaux seront ainsi adressés aux candidats, portant sur :
- la sécurisation de la libre circulation des biens, des personnes et des matériaux, en luttant contre la fraude et les différents contournements qui existent ;
- l’allègement des contraintes réglementaires, parfois pénalisantes pour les entreprises de tailles plus modestes ;
- le renforcement de l’accompagnement des marchés du bâtiment (transitions écologique et numérique, notamment) par de nouvelles mesures administratives.
En espérant que ces revendications sauront être entendues !


Fabien Carré
Photo de Une : ©FC

 

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Construction neuve : une progression qui se confirme !

Construction neuve : une progression qui se confirme !

Fin septembre, alors que le dernier bilan du ministère du Logement confirmait la reprise d’activité du secteur de la construction, Emmanuelle Cosse jouait la carte de la prudence, arguant que les résultats annoncés étaient « toujours nettement inférieurs à ceux de 2011-2012 ». Or, bien que l’année ne soit pas encore terminée, les derniers chiffres relatifs à la construction de logements à fin octobre témoignent d’une nouvelle progression.
Bâtiment : un bilan trimestriel supérieur aux attentes

Bâtiment : un bilan trimestriel supérieur aux attentes

Fin 2016, la Fédération française du bâtiment (FFB) faisait déjà preuve d’optimisme après une année marquée par la reprise de l’activité. Ainsi, 2017 devrait, selon les estimations, être marquée par une croissance de 3,4% en volume. Des prévisions qui pourraient bien être atteintes, voire dépassées, à en croire les chiffres du premier trimestre ! Le détail.
2,3% de croissance dans la construction en 2018, mais la FFB moins confiante pour l'année à venir

2,3% de croissance dans la construction en 2018, mais la FFB moins confiante pour l'année à venir

La Fédération française du bâtiment (FFB) a annoncé une croissance de l'activité de 2,3% en 2018, ce mercredi 19 décembre, lors d’une conférence de presse sur son bilan annuel et ses prévisions pour l'an prochain. Une croissance en baisse par rapport aux 4,9% de 2017, mais certainement meilleure que celle de l’année à venir. Jacques Chanut, président de la FFB, a en effet annoncé que 2019 serait « marquée par la fin d’un cycle de croissance ». Précisions.
2018, une année difficile pour la construction de logements

2018, une année difficile pour la construction de logements

Sans surprise, 2018 n’aura pas été une année mémorable pour le marché de la construction. D’après le ministère de la Cohésion des territoires, seulement 460 500 logements ont été autorisés au cours des douze derniers mois, en recul de -7,1% par rapport à 2017. Dans le même temps, avec 398 100 biens concernés, les mises en chantier ont elles aussi baissé, de l’ordre de -7,0%. Tous les chiffres.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter