Fin de la TVA à 7 % : un délai pour les artisans retardés par les intempéries ? Vie des sociétés | 27.02.14

Partager sur :
La Confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment (Capeb) demande au Ministère du budget « un ultime délai » sur le passage de la TVA de 7 % à 10 %, afin de tenir compte des intempéries qui ont retardé certains chantiers. Ce délai serait équivalent au nombre de jours de travail perdus, pour les entreprises qui en feront la demande auprès des services fiscaux. Détails.

C'est la fin officielle de la période transitoire à l'issue de laquelle le taux intermédiaire de TVA passera de 7 à 10 % dans le bâtiment. Les entreprises pouvaient encore bénéficier de ce taux à 7 % jusqu'au 28 février pour les travaux devisés, ayant fait l'objet d'un acompte minimum de 30 % versé et encaissé avant le 31 décembre 2013, et d'une facturation du solde restant dû devant être encaissé avant le 15 mars 2014.

Mais, en raison de fortes intempéries dans certaines régions, de nombreux chantiers ont dû être repoussés et ne pourront pas être terminés avant la date limite.

« C'est la double-peine pour les artisans et leurs clients : les travaux prennent du retard et dans le même temps la facture augmente. C’est très difficile de faire accepter cela aux clients », a expliqué le président de la Capeb, Patrick Liébus.

Dans une lettre adressée à Bernard Cazeneuve, ministre chargé du Budget, il demande que « les délais fixés par l'administration puissent être repoussés pour les entreprises qui en feraient la demande ainsi argumentée par écrit auprès des services fiscaux », équivalent aux jours perdus à cause des intempéries, pour terminer les travaux.

Une double-peine pour les artisans

La Capeb demande donc « un ultime délai » sur le passage de la TVA de 7 % à 10 % afin de « maintenir une égalité de traitement entre les entreprises touchées par les intempéries et celles qui ont eu la chance d'être épargnées »

De ce fait, la Capeb estime que les travaux qui auraient dû bénéficier du taux réduit ne pourront pas être terminés, sans un geste des services fiscaux.

Claire Thibault
© jokapix - Fotolia.com

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

La TVA maintenue à 5,5% pour les travaux de rénovation en 2019

La TVA maintenue à 5,5% pour les travaux de rénovation en 2019

Le Gouvernement l’assurait, c’est désormais acté. Dans une lettre adressée à Guillaume Garot, député de la Mayenne (53), le Premier ministre, Edouard Philippe, a indiqué que le taux réduit de TVA pour les travaux de rénovation énergétique dans le bâtiment serait maintenu en 2019. Une annonce qui devrait rassurer les acteurs du secteur qui craignaient déjà les « effets dévastateurs » d’une révision de ce dispositif.
La Capeb et GRDF partenaires pour l'efficacité énergétique

La Capeb et GRDF partenaires pour l'efficacité énergétique

Permettre aux chauffagistes de monter en compétence sur les thématiques liées à l'efficacité énergétique : tel est l'objectif du partenariat entre la Capeb (Confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment) et GRDF, qui a été reconduit ce 3 mai. Dans ce cadre, de nouveaux outils de formation verront bientôt le jour afin d'accompagner et sensibiliser les chefs d'entreprise artisanale de demain. Les détails.
L'IRIS-ST lance un nouveau kit pour sensibiliser les TPE du BTP à la santé et sécurité

L'IRIS-ST lance un nouveau kit pour sensibiliser les TPE du BTP à la santé et sécurité

De tous les secteurs d'activité, la construction est certainement l'un de ceux où les risques sont les plus élevés pour les salariés. Afin de former et sensibiliser les entreprises artisanales du bâtiment, l'IRIS-ST a créé un nouveau kit de prévention composés de neuf mémos rappelant les bonnes pratiques à adopter en matière de Santé et sécurité au travail (SST). Une initiative saluée par Patrick Liébus, président de la Capeb.
UFC-Que Choisir : Patrick Liébus, Président de la Capeb, monte au créneau

UFC-Que Choisir : Patrick Liébus, Président de la Capeb, monte au créneau

Après Dominique Tarrin, directeur général de Qualibat, c’est au tour de Patrick Liébus, Président de la Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment (Capeb) de revenir sur le rapport publié par l’UFC-Que Choisir au sujet des artisans de la rénovation énergétique labélisés RGE. Remettant en cause les analyses de l’association de consommateurs, il n’hésite pas à défendre à la fois la qualification RGE et les professionnels de la rénovation énergétique sans mâcher ses mots.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter