Fondation Abbé Pierre : « on peut être à la fois propriétaires, pauvres et mal-logés » Vie des sociétés | 14.05.19

Partager sur :
Depuis 2012, le programme « SOS taudis » de la Fondation Abbé Pierre a permis d’aider à la rénovation de 2 000 logements. L’association, qui vient de publier les chiffes du mal-logement 2019, estime que l’habitat indigne concerne 600 000 habitations, plus d’un million de personnes et touche tous les territoires. Et les propriétaires n’en sont pas exclus.

« L'habitat indigne ne concerne pas que des locataires victimes de marchands de sommeil : on peut à la fois être propriétaires et pauvres et mal-logés », a expliqué à l’AFP Julia Faure, responsable du programme "SOS Taudis" de la Fondation Abbé Pierre. Selon la fondation, 1,3 millions de personnes vivent actuellement « dans des logements qui menacent leur santé et leur sécurité ».

Grâce au programme « SOS taudis » 2 000 logements ont pu être rénovés depuis 2012. Mais avec l’effondrement de deux immeubles à Marseille, en novembre 2018, causant la mort de huit personnes, l’habitat indigne est plus que d’actualité.

 

Des propriétaires pauvres

 

L’habitat indigne est très présent dans les centres villes anciens et les copropriétés dégradées mais il touche en réalité tout le territoire : villages, zones rurales ou villes de taille moyenne. Parmi les personnes vivant dans ces taudis, la Fondation explique que « dans un cas sur deux, les occupants sont des propriétaires pauvres qui n’ont pas les moyens de réaliser des travaux de rénovation ou de se loger dans un logement décent ».

Elle pointe du doigt ces habitats dangereux, notamment pour les enfants : « problèmes d’humidité, logements mal ventilés, murs fissurés, plafond risquant de s’effondrer ou encore installations électriques vétustes ».

 

« Un cercle vicieux »

 

De nombreux ménages trouvent sécurité et stabilité dans l’accès à la propriété, contrairement aux logements en location qui ont vu leur prix exploser. « Cela peut se traduire par l’acquisition d’un logement peu cher dans une copropriété dégradée ou d’un logement à rénover en zone péri-urbaine, voire rurale, dont les travaux se révèlent rapidement trop couteux », décrypte la Fondation Abbé Pierre.

C’est notamment le cas de madame T., installée dans la Somme avec ses deux enfants, dont l’association a recueilli le témoignage poignant : « Nous nous étions installés en 2011 avec mon mari en sachant bien qu’il y aurait des travaux à faire, mais on ne pensait pas que c’était à ce point. Nous étions dans un cercle vicieux, on n’arrêtait pas de chauffer pour rien et on dépensait toujours plus. La seule chose qu’on avait pu prendre en charge rapidement, c’est le changement des fenêtres et le poêle à granulés, mais ce n’était pas suffisant », explique-t-elle. Cette mère de famille a pu bénéficier du programme SOS taudis, par l’intermédiaire d’un organisme local et de l’Agence nationale pour l’amélioration de l’habitat (ANAH). Finie la moisissure sur les murs, les nuits tous ensemble « dans la même pièce pour ne pas avoir froid ».

 

2 000 taudis rénovés

 

Le plan SOS taudis de la Fondation Abbé Pierre fonctionne grâce à un partenariat avec plus de 50 associations présentes su tout le territoire, travaillant sur un « accompagnement global et durable, à la fois social, technique, juridique et financier ». Entre 2007 et 2011, le programme avait déjà aidé 1 600 ménages. Depuis 2012, les 2 000 taudis rénovés ont représenté 9 millions d’euros d’aides : « Les deux tiers des logements qui ont été rénovés étaient des habitats indignes, un tiers des logements qui avaient besoin de rénovation énergétique car les gens qui y vivaient avaient froid », a détaillé Julia Faure.

En janvier, la Fondation Abbé Pierre a demandé au gouvernement la mise en place d'« un plan national de résorption sur 10 ans », estimant que « la lutte contre l'habitat indigne doit faire l'objet d'une action plus soutenue de la puissance publique ». Des mesures de renforcement de la lutte contre l’habitat indigne avaient alors étaient prises par le Gouvernement.

 

L. C.
Photo de Une : © Adobe Stock

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Précarité énergétique : quand le logement rend malade

Précarité énergétique : quand le logement rend malade

Les personnes exposées à la précarité énergétique souffrent plus fréquemment de problèmes de santé chroniques, et sont plus sensibles aux pathologies hivernales, révèle une étude dévoilée jeudi par la Fondation Abbé Pierre, dans le cadre d’un colloque intitulé « Quand le logement rend malade », qu'elle a organisé jeudi au Conseil économique, social et environnemental (Cese) à Paris.
Qualification ECO Artisan RGE : ce qu'en pensent vraiment les professionnels

Qualification ECO Artisan RGE : ce qu'en pensent vraiment les professionnels

C'est au Mandarin Oriental, hôtel parisien ayant récemment fait l'objet d'une rénovation, que la Capeb, Garance et Deloitte Développement Durable présentaient ce matin les résultats de kiWih, l'observatoire de la performance énergétique. L'occasion pour les trois partenaires de revenir sur la qualification RGE ECO Artisan, récemment mise à mal par plusieurs rapports. Retour sur les principaux enseignements de cette initiative plus pertinente que jamais.
Le chanvre s’offre une place de choix sur le marché de l’isolation français

Le chanvre s’offre une place de choix sur le marché de l’isolation français

Naturelle, efficace et facile à poser, l’isolation chanvre se fait peu à peu sa place sur le marché du BTP français. Pour le plus grand plaisir de Biofib’, qui ne manque pas d’arguments pour vanter les mérites de ses solutions végétales. Multi-certifiées, celles-ci ont déjà séduit nombre de maîtres d’ouvrage, qui peuvent aujourd’hui pleinement observer les bienfaits de cette technique en adéquation avec les objectifs de la loi de transition énergétique.
Île-de-France : toujours plus de logements sociaux rénovés !

Île-de-France : toujours plus de logements sociaux rénovés !

Il y a un, la région Île-de-France annonçait que 71 000 logements sociaux avaient été rénovés grâce à l’éco-prêt logement social depuis sa mise en œuvre en 2009. 1 500 foyers étaient ainsi concernés par ce dispositif tous les mois. Or, la barre des 80 logements sociaux franciliens rénovés avec le soutien de ce procédé a été franchie début 2017, selon les derniers chiffres transmis par la préfecture. Bilan.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter