GNR : la Capeb appelle à lever les blocages des dépôts pétroliers Vie des sociétés | 02.12.19

Partager sur :
Alors que les professionnels du BTP protestent contre la suppression des tarifs réduits du gazole non routier (GNR) et que les blocages de dépôts pétroliers se poursuivent dans l’Ouest de la France, la Capeb a réagit ce lundi 2 décembre. Réaffirmant son désaccord avec la mesure, elle a toutefois appelé à cesser les blocages pour ne pas pénaliser les petites entreprises artisanales.

Depuis jeudi dernier, des professionnels du BTP bloquent des dépôts pétroliers, principalement dans l’Ouest de la France, pour protester contre la suppression des tarifs réduits de la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE) sur l’utilisation du gazole non routier (GNR).

 

Cette mesure, initialement prévue dans le projet de loi de finances de 2019, avait été repoussée suite à la crise des gilets jaunes. Elle refait aujourd’hui surface pour le projet de loi de finances 2020. Les exonérations devraient ainsi être progressivement supprimées entre le 1er juillet 2020 et le 1er janvier 2022.

 

Cette mesure inquiète notamment le secteur du BTP, qui craint un surcoût de 750 millions d’euros supplémentaires, dont 700 millions pour le seul secteur des travaux publics.

 

Selon Bruno Cavagné, président de la Fédération Nationale des Travaux Publics (FNTP), ce coût a toutefois été revu à la baisse, estimé à 160 millions pour 2020 en octobre dernier, grâce à des négociations avec les pouvoirs publics « et à la forte mobilisation des TP ».

 

Mais depuis jeudi dernier, la contestation s’est levée dans l’Ouest, provoquant des blocages de dépôts pétroliers près de La Rochelle, puis près de Rennes, Brest, Lorient et Le Mans.

 

La Capeb réaffirme son désaccord mais appelle à lever les blocages

 

Alors que les blocages se poursuivent, la Capeb a réagit ce lundi 2 décembre. Elle a dans un premier temps rappelé son désaccord concernant la suppression des tarifs réduits sur le GNR : « L’application différée n’est pas de nature à rassurer ces entreprises, l’étalement de la mesure de suppression sur 18 mois n’est pas suffisant pour que ces entreprises s’organisent et absorbent, dans le temps, l’impact financier sur leur activité ».

 

Dans ce contexte, la Capeb demande d’étaler le délai sur 10 ans pour aider les petites entreprises à absorber ce surcoût, et réclame un plan d’accompagnement pour une transition vers des véhicules utilisant des énergies renouvelables.

 

Réaffirmant son soutien aux professionnels du BTP, Patrick Liébus a toutefois appelé à lever les blocages pour ne pas pénaliser les petites entreprises :

 

« Cette très mauvaise mesure fiscale entraîne de bien mauvais mouvements de blocages sur le terrain, dont nous déplorons les effets sur l’ensemble des entreprises. Nous aurions préféré que le Gouvernement ouvre un dialogue constructif avec le secteur, ce qui aurait pu éviter cette situation », a commenté Patrick Liébus, président de la Capeb.

 

C.L.

Photo de une : ©Adobe Stock

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Suppression du GNR : les mesures de compensation prévues pour le secteur du BTP

Suppression du GNR : les mesures de compensation prévues pour le secteur du BTP

Présenté en fin de semaine dernière, le projet de loi de Finances pour 2020 a quelque peu déçu le secteur du bâtiment. Les fédérations professionnelles s’inquiètent notamment des conséquences de la suppression des tarifs réduits de TICPE pour le gazole non routier (GNR). Si le Gouvernement a prévu des mesures d’accompagnement et de compensation, la FNTP appelle à la vigilance. Elle invite également les collectivités à poursuivre leur effort en termes d’investissement.
Gazole non routier : la fin de la niche fiscale pour le BTP revient dans la discussion

Gazole non routier : la fin de la niche fiscale pour le BTP revient dans la discussion

Hier, lundi 6 mai, la Fédération Française du Bâtiment et la Fédération Nationale des Travaux Publics ont été reçues par le ministre de l’Economie et des finances, Bruno Lemaire. Lors de cet échange, la suppression du gazole non routier (GNR) annoncée à l’automne 2018, puis annulée avec le mouvement des gilets jaunes a à nouveau été abordée. Avec l’annonce d’une augmentation d’impôt sur ce carburant, les deux fédérations ont à nouveau exprimé leurs inquiétudes quant aux répercussions qu’aurait une telle mesure.
Hausse du gazole non routier : la FNTP tire la sonnette d’alarme

Hausse du gazole non routier : la FNTP tire la sonnette d’alarme

Présenté le 24 septembre dernier, le projet de loi de finances (PLF) pour 2019 ne semble pas totalement convaincre les professionnels du BTP. Alors que le budget consacré à la rénovation énergétique des bâtiments a été jugé comme insuffisant, la FNTP s’inquiète de la suppression du taux réduit de fiscalité sur l’utilisation du gazole non routier (GNR) pour les engins de travaux publics ; une mesure qui conduirait à une hausse de 500 millions d’euros des coûts de production.
« Aucune taxe ne mérite de mettre en danger l’unité de la nation », Edouard Philippe

« Aucune taxe ne mérite de mettre en danger l’unité de la nation », Edouard Philippe

Le premier Ministre, Edouard Philippe, a annoncé ce jour la suspension, pour une durée de six mois, de trois mesures fiscales dont la hausse de la taxe carbone sur les carburants. Il a également indiqué que les prix du gaz et de l’électricité n’augmenteraient pas durant l’hiver. Des décisions qui doivent « ramener l’apaisement et la sérénité » dans le pays et permettre d’engager « un vrai dialogue ».

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter