Julien Denormandie renouvelle son soutien aux acteurs de l’immobilier Vie des sociétés | 13.02.19

Partager sur :
Julien Denormandie était invité ce 12 février à s’exprimer sur la radio RMC au sujet de l’immobilier. Le ministre du Logement a ainsi fait part de son soutien envers les acteurs du secteur, y compris les propriétaires et locataires. En revanche, il s’est montré plus prudent quant à la question de la fiscalité immobilière, se déclarant défavorable à la taxation des plus-values.
Le ministre du Logement Julien Denormandie était l’invité de l’émission Bourdin Direct sur RMC ce mardi 12 février. L’occasion pour le bras droit de Jacqueline Gourault de rappeler que l’immobilier « est un secteur qui est essentiel, (où) il y a énormément d’activité ».

« Je soutiens fortement l’immobilier, je soutiens fortement les propriétaires. J’essaie de protéger avec beaucoup de détermination également les locataires », a-t-il assuré.

Julien Denormandie avait d’ailleurs considéré que la proposition du président Emmanuel Macron de ne pas taxer certaines plus-values lorsqu’un bien a gagné de la valeur du fait de la mise en place de nouvelles infrastructures était une « injustice ».

Des projets de taxation injustes

Pour rappel, les plus-values font l’objet d’une exonération d’impôt lorsque le bien revendu est une résidence principale. Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, avait par la suite proposé que leur taxation soit instaurée pour les opérations plus importantes. Une « piste de travail » à laquelle Julien Denormandie n’est « pas favorable ».

Pour le ministre du Logement, il s’agit avant tout de toucher « le moins possible » aux avantages fiscaux relatifs à l’immobilier. « L’urgence n’est pas du tout là, l’urgence, elle est de faire en sorte de donner de la visibilité aux acteurs », a-t-il précisé.

« Quand vous êtes un promoteur, un opérateur, (…) vous ne savez jamais d’année après année à quelle sauce vous allez être mangé l’année suivante. Il faut une stabilité », a poursuivi Julien Denormandie, avant de conclure avec assurance : « J’ai pris un autre engagement : une fois que je l’ai fait, je n’y touche plus ».

F.C (avec AFP)
Photo de Une : ©Adobe Stock
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Plus de clarté dans les annonces immobilières

Plus de clarté dans les annonces immobilières

Finies les annonces immobilières qui ‘’oubliaient’’ d’indiquer certaines informations ! À compter du 1er avril, les promoteurs auront l’obligation d’apporter toutes les précisions nécessaires à la location ou à la vente d’un logement, incluant notamment les honoraires, le montant charges comprises ou encore la surface habitable. Tous les détails.
Vers une réforme des agences immobilières

Vers une réforme des agences immobilières

Le Premier ministre a confié au député Mickaël Nogal (LREM) une mission visant à réformer le fonctionnement des agences immobilières. L’objectif, faciliter la mise en location de logements et simplifier les relations entre propriétaires et locataires. L’une des pistes évoquées ? La révision des modalités de l’intermédiation d’un bien immobilier où la location et les responsabilités liées pourraient être assumées par l’agence.
Logement ancien : hausse des prix confirmée au 4e trimestre 2016

Logement ancien : hausse des prix confirmée au 4e trimestre 2016

Selon l’indice Notaires-Insee publié ce jeudi, les prix des logements anciens en France ont augmenté de + 1,8% au quatrième trimestre 2016 sur un an, et ont continué leur progression par rapport au trimestre précédent (+ 0,7%). Par ailleurs, les transactions ont atteint le niveau « historique » de 848 000, dépassant le précédent point haut de 837 000 en mai 2006. Détails.
Immobilier ancien : l’augmentation des prix n’empêche pas les ventes de grimper

Immobilier ancien : l’augmentation des prix n’empêche pas les ventes de grimper

Il y a quelques jours, Guy Hoquet l’Immobilier et Laforêt faisaient part d’une hausse des transactions et des prix depuis le début de l’année sur le marché de l’immobilier ancien. Un constat confirmé aujourd’hui par l’Insee. En effet, d’après l’Institut, les prix des logements anciens ont augmenté de 1% au deuxième trimestre par rapport aux trois mois précédents. Sur un an, 921 000 transactions ont également été recensées – un record jamais atteint jusqu’alors.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter