L’ADEME propose un label pour les offres d’électricité verte Vie des sociétés | 06.12.18

Partager sur :
Alors que le nombre de Français ayant souscrit a une offre d’électricité verte a plus que doublé en trois ans pour atteindre 5% de la consommation totale d’électricité en France, l’Ademe souhaite clarifier les différentes offres disponibles grâce à un label, plus transparent pour le consommateur, et espère le développement de nouvelles installations EnR en France.
En 2017, 18 fournisseurs proposaient des offres d’électricité verte, mais l’Ademe regrette que cette multiplication des offres n’ait pas contribué au développement de nouvelles installations EnR en France.

L’organisme rappelle qu’une fois l’électricité verte injectée dans le réseau électrique, il n’est plus possible de la distinguer de l’électricité provenant d’installations non-EnR. Seul l’outil appelé « Garanties d’Origine « (ou GO), permet la traçabilité de l’origine de l’électricité et garantit que cette dernière est bien issue d’énergies renouvelables.

Dans ce contexte, l’Ademe souhaiterait plus de clarté pour les consommateurs et appelle les pouvoirs publics à instaurer un référentiel « permettant d’établir des typologies d’offres et de comparer objectivement leur niveau de qualité », mais aussi un label renforçant le niveau de qualité des offres d’électricité verte, « notamment en imposant des contrats d’achat directs à des producteurs d’EnR, afin d’augmenter l’investissement dans la construction d’installations d’EnR sans demande de subvention ».

Distinguer les « bons élèves » et encourager les installations EnR

L’Ademe distingue déjà les offres « premium » des offres « standard ». Selon elle, une offre « premium » implique l’achat de l’électricité et des GO au même producteur, « généralement des petits producteurs d’hydroélectricité français », tandis que les offres « standard » se limitent à un achat séparé de l’électricité et des GO, « qui proviennent majoritairement d’installations hydrauliques européennes ».

« En souscrivant à une offre verte « standard », le consommateur ne contribue pas au développement de nouvelles capacités d’EnR, car le complément de prix associé à une GO est insuffisant pour inciter un producteur à développer une capacité d’EnR en dehors des mécanismes de soutien public », souligne l’Ademe.

Avec une offre « premium », en revanche, le consommateur donne de meilleures conditions de rémunération et d’exploitation à des installations EnR existantes. Alors que la baisse des prix du renouvelable devrait se poursuivre dans le futur, les offres « premium » pourraient soutenir le développement de nouvelles installations. En effet, les fournisseurs pourraient être amenés à en commander afin de répondre aux besoins de leurs clients.

Souscrire à un engagement « premium » est donc un engagement fort, qui permet de participer plus efficacement à la transition énergétique et écologique.

Parmi les rares fournisseurs cités par l’Ademe qui peuvent pour le moment s’enorgueillir de proposer une offre « premium » : Enercoop, Ilek, ou encore Energie d’Ici.

C.L.

Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Réduire le coût de l’électricité grâce aux énergie renouvelables, une solutions viable pour l’Ademe

Réduire le coût de l’électricité grâce aux énergie renouvelables, une solutions viable pour l’Ademe

L’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) a présenté ce lundi 10 décembre une étude faisant suite à la présentation de la feuille de route énergétique de la France dévoilée le 27 novembre. Entre autres, celle-ci estime que la réduction du coût de l’électricité nécessite une massification des énergies renouvelables à horizon 2050-2060. Les détails.
Les coûts des énergies renouvelables passés au crible

Les coûts des énergies renouvelables passés au crible

Alors que la France est en pleine transition énergétique, l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) a récemment publié une étude analysant les « Coûts des énergies renouvelables » sur le territoire national en 2016. Bien que le rapport note une baisse des coûts de production d’électricité renouvelable, il rapporte également que des efforts doivent encore être fournis pour confirmer cette tendance.
Le Sénat modifie et adopte le projet de loi énergie et climat en première lecture

Le Sénat modifie et adopte le projet de loi énergie et climat en première lecture

Le Sénat a modifié et adopté en première lecture le projet de loi énergie et climat. Parmi les modifications apportées : des objectifs supplémentaires concernant l’hydroélectricité, l’éolien en mer et le biogaz, ainsi qu’un amendement plus contraignant pour les passoires thermiques. Une version commune aux sénateurs et députés doit encore être définie, avant l’adoption définitive du projet de loi, qui a par ailleurs été repoussée après l’été.
La stratégie énergétique de la France enfin dévoilée !

La stratégie énergétique de la France enfin dévoilée !

Abordée, il y a quelques jours, par l’Élysée, la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) et la Stratégie nationale bas-carbone (SNBC) de la France ont été présentées dans les détails ce 27 novembre par François de Rugy. Le ministre de la Transition écologique et solidaire a ainsi annoncé les objectifs fixés par le gouvernement afin d’atteindre la neutralité carbone à horizon 2050.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter