L’industrie européenne des équipements de construction plutôt stable en 2020 Vie des sociétés | 15.03.21

Partager sur :
En 2020, l’industrie européenne d’équipements de construction a « moins souffert » qu’attendu enregistrant une baisse d’activité de – 6,4%, un recul « modeste » qui s’explique notamment par la performance du marché des équipements dits légers. Pour 2021, les perspectives sont positives. Selon le CECE, le secteur pourrait renouer avec la croissance (+ 5%).

Le Comité européen des équipements de construction (CECE) a révélé les chiffres du secteur pour 2020. L’année a débuté avec un marché en déclin (- 5%) conformément à ce qui avait été anticipé. Au deuxième trimestre, l’activité a fortement chuté de – 28%, impactée par les confinements à travers l’Europe. Puis, est venu le temps des dé-confinements avec des ventes qui ont atteint des niveaux similaires à ceux de 2019 et qui sont restées stables jusqu’à la fin de l’année, augmentant même de + 9% au quatrième trimestre, signe d’un effet de rattrapage. 

Le marché européen enregistre ainsi une baisse de – 6,4% l’an dernier. Bien sûr, selon le segment, les ventes ont été plus ou moins affectées par la crise sanitaire. Le CECE explique que les machines les plus accessibles ont été commercialisées à des niveaux « presque normaux » tandis que les investissements dans des équipements plus coûteux « ont souffert de l’incertitude économique ».  A cela est venu s’ajouter un ralentissement cyclique « anticipé » qui fait suite à des années de croissance. 

« Comme nous le savons tous, 2020 fut la plus inattendue et imprévisible de toutes les années. D’un point de vue économique, ce fut une année de bouleversements avec des attentes et des prévisions qui se sont effondrées devant nos yeux. Cependant, comme nous pouvons le voir dans le rapport, les secteurs de la construction et de l’industrie en Europe ont fait preuve d’une grande résilience, et d’une capacité à rebondir rapidement, limitant les dégâts du premier trimestre », a déclaré Niklas Nillroth, Président du CECE. Les plans de relance devraient venir booster les activités de construction et d’infrastructure et sont « une raison de plus pour rester optimiste quant à l’avenir proche ». 

Des résultats contrastés selon le marché

Dans le détail, l’activité des équipements de terrassement a chuté de -11% en 2020, particulièrement marquée par le fort déclin en Allemagne (- 8%), pays représentant 23% des ventes en Europe, et par les baisses enregistrées par la France (- 15%) et le Royaume-Uni (- 22%). 

Les équipements pour l’industrie du béton ont enregistré une baisse de – 20% sur l’ensemble de l’année, les quatre trimestres ayant été dans le rouge (1T : - 17%, 2T : - 32%, 3T : 8% et 4T : - 22%). Les pompes à béton stationnaires ont légèrement décliné (- 3%) tandis que les camions bétonnières ont affiché un recul de – 25%. Le marché français a enregistré l’une des plus fortes chutes (- 30%), dépassé par le Benelux (- 37%) et suivi du Royaume-Uni (- 25%).

Que s’est-il passé du côté des grues à tour ? Le marché a chuté de - 14%. En France, le déclin a été modéré (- 6%), contrairement à l’Allemagne (- 24%) ou encore le Royaume-Uni (- 23%) où la baisse d’activité a été plus importante. La Russie a fait figure de bon élève avec une activité en progression de + 50%. 

Les équipements routiers ont surpris avec une activité en légère hausse de + 1,7%. Après avoir vu les ventes baisser de 24% au deuxième trimestre, la branche a retrouvé des couleurs avec des transactions en hausse de + 19% et de + 29% au troisième et quatrième trimestre respectivement. Malgré un résultat positif, le CECE souligne les chiffres contrastés du segment avec des ventes en forte diminution pour certains équipements comme les rouleaux tandem par exemple (- 26%). 

Des perspectives 2021 positives

Pour 2021, le CECE table sur une légère croissance de + 5%, mais précise qu’un marché « stable » ne serait pas décevant. Le marché mondial devrait lui aussi connaître une progression « modérée ». Bien sûr, des éléments pourraient compromettre la reprise : un marché chinois « volatile » qui ne permet pas d’annoncer des chiffres fiables. De plus, l’endettement plus élevé de nombreux pays pourrait freiner les investissements. 

Rose Colombel
Photo de une : ©Adobe Stock

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Le secteur des travaux publics est « réellement » optimiste pour l’avenir - Batiweb

Le secteur des travaux publics est « réellement » optimiste pour l’avenir

Pour la première fois depuis 10 ans, les entrepreneurs des travaux publics voient l’avenir avec un « réel optimisme ». Pour 2017, la Fédération nationale des travaux publics estime la croissance d’activité à 2,5%, une tendance qui devrait se confirmer l’an prochain avec une hausse possible de 4% du chiffre d’affaires, grâce notamment aux chantiers du Grand Paris Express. De quoi aborder l’année 2018 avec sérénité.
« Il est urgent de réinvestir nos réseaux d'eau ! », Bruno Cavagné, président de la FNTP - Batiweb

« Il est urgent de réinvestir nos réseaux d'eau ! », Bruno Cavagné, président de la FNTP

En avril dernier, le gouvernement lançait les « Assises de l’Eau ». Le but, mobiliser de nouvelles capacités financières et d’ingénierie technique pour répondre au besoin de renouvellement des réseaux d’eau et d’assainissement. Alors que les premiers travaux seront bientôt clôturés, Bruno Cavagné, président de la Fédération Nationale des Travaux Publics (FNTP) propose une analyse quant au « délabrement progressif » des canalisations en France. L’heure est à l’action !
Suppression du GNR : les mesures de compensation prévues pour le secteur du BTP - Batiweb

Suppression du GNR : les mesures de compensation prévues pour le secteur du BTP

Présenté en fin de semaine dernière, le projet de loi de Finances pour 2020 a quelque peu déçu le secteur du bâtiment. Les fédérations professionnelles s’inquiètent notamment des conséquences de la suppression des tarifs réduits de TICPE pour le gazole non routier (GNR). Si le Gouvernement a prévu des mesures d’accompagnement et de compensation, la FNTP appelle à la vigilance. Elle invite également les collectivités à poursuivre leur effort en termes d’investissement.
Les taux de cotisation à l’OPPBTP pour 2010 (05/01/2010)  - Batiweb

Les taux de cotisation à l’OPPBTP pour 2010 (05/01/2010)

Toutes les entreprises du Bâtiment et des Travaux publics employant au moins un salarié sont tenues de verser une cotisation spécifique destinée à financer l’organisme professionnel de prévention du BTP : l’OPPBTP. Les caractéristiques de cette contribution viennent d’être fixées pour l’année 2010.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter