Le marché des matériaux biosourcés en croissance Vie des sociétés | 11.07.19

Partager sur :
En 2017, Karibati a lancé le label « Produit Biosourcé ». L’objectif, améliorer la lisibilité et la reconnaissance des produits contenant un pourcentage de matières biosourcés. Deux ans après le lancement de l’initiative, où en est-on ? Dans un communiqué, la SCOP indique avoir labellisé 15 produits et que d’autres demandes sont en cours. Le marché afficherait lui une croissance annuelle de 15% en volume, une tendance que la RE 2020 pourrait venir booster.

Les produits biosourcés sont de plus en plus employés dans le bâtiment et témoignent de l’engagement du secteur en faveur de solutions plus « vertes ». Dans un communiqué, Karibati précise que le marché affiche plus de 15% de croissance annuelle en volume. Il faut dire que le biosourcé s’inscrit pleinement dans le cadre de la loi Elan et de la RE 2020.

 

Issus de la biomasse, les matériaux biosourcés permettent de limiter le recours aux ressources fossiles et de stocker du carbone. Karibati explique : « Par la réaction de photosynthèse, les végétaux transforment le CO2 de l’atmosphère en carbone, aussi appelé carbone biogénique. La photosynthèse permet donc de diminuer le stock global de CO2 de l’atmosphère et ainsi le phénomène de réchauffement climatique ».

 

15 produits labellisés

 

Le label « Produit biosourcé » lancé en juin 2017 par Karibati concerne à ce jour 15 solutions : des isolants en panneaux et vrac en chanvre, lin, coton et ouate, des isolations rigides fibres de vois, des membranes d’étanchéité, et des enrobés bitumineux. D’autres demandes sont en cours.

 

Pour rappel, le label est basé sur un référentiel établi par Karibati et vérifié par le comité de pilotage du label, composé notamment de maîtres d’ouvrage, des représentants des filières et du Plan Bâtiment Durable. Dans le cadre de son récent partenariat avec la SCOP, le Cluster Eco-construction de Wallonie est désormais en mesure de valoriser les produits de construction biosourcés en Région Wallone et d’utiliser la marque « Produit Biosourcés » associée au label.

 

Le label vise à améliorer la lisibilité et la reconnaissance des produits contenant des matières biosourcés. Il est également un gage de qualité : « Aux maîtres d’œuvre et d’ouvrages, aux applicateurs et usagers, cette labellisation apporte une garantie sérieuse, fondée sur l’origine et les quantités de matières biosourcées composant le matériau mis en marché. Il était important d’avoir enfin « la vérité » sur ce sujet, dans un contexte ou tout un chacun se revendique parfois faussement vertueux », déclare Olivier Jadeau, Directeur de Cavac Biomatériaux.

 

De son côté, Elisabeth Bardet, Directeur de la Stratégie et du Développement, Soprema, souligne : « Les bâtiments d’aujourd’hui doivent être économes en énergie et bas carbone : l’offre de Soprema ayant toujours été certifiée, le label Produit Biosourcé vient ainsi acter de la valeur carbone renouvelable dans nos produits ». Elle ajoute : « L’ambition du groupe Soprema est de démocratiser la filière biosourcée afin de rendre l’offre accessible aux professionnels et aux particuliers : à ce titre le label va nous y aider ».

 

R.C
Photo de une : ©Adobe Stock

 

Dans son communiqué, Karibati a établi un scénario où tous les bâtiments* seraient construits avec 200 kg de matière biosourcée par m2 de surface de plancher**. L’organisme estime que « plus de 18 millions de tonnes de carbone biogénique renouvelable pourraient être stockées chaque année pour une période allant de 25 à 100 ans *** et plus. On compenserait ainsi annuellement 24,9% des émissions de CO2 du secteur du bâtiment. Une telle hypothèse consommerait 20% de la biomasse disponible ».

 

* Base de calcul 2017

** Structure bois, second œuvre biosourcé généralisé

*** Durée de vie hors valorisation en fin de vie

**** Base de calcul données 2016

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

L’innovation au cœur de la stratégie du Groupe Soprema - Batiweb

L’innovation au cœur de la stratégie du Groupe Soprema

Entreprise familiale devenue grand groupe mondial, Soprema s’impose aujourd’hui comme un acteur incontournable dans le domaine de l’étanchéité. Après plus de 100 ans d’histoire, la société tire aujourd’hui sa force des nouveaux produits qu’elle ne cesse de développer. Implantée en France et dans le monde, elle s’apprête à partir à la conquête de nouveaux marchés, avec l’Asie en ligne de mire. Bilan et perspectives d’avenir.
Soprema ouvre un nouveau CAP à Rennes - Batiweb

Soprema ouvre un nouveau CAP à Rennes

Spécialiste de l’étanchéité et la végétalisation pour toitures plates, Soprema milite depuis plusieurs années pour la formation au service des métiers de l’isolation. Dans cette logique, le groupe français a lancé début septembre une nouvelle formation à Rennes : un CAP étancheur du bâtiment et des travaux publics. Une nouveauté qui vient s’ajouter à la liste déjà longue des formations proposées par Soprema.
Soprema résolument tourné vers la Recherche et le Développement avec Mutatio - Batiweb

Soprema résolument tourné vers la Recherche et le Développement avec Mutatio

En 2008, la totalité des produits développés par Soprema étaient dérivés du pétrole. C'est en partant de ce constat que l'entreprise, spécialiste de l'étanchéité, de la végétalisation et de l'isolation, a lancé Mutatio, un vaste projet de Recherche et Développement mené en collaboration avec de nombreux partenaires. Objectif : réduire l'utilisation du pétrole dans la conception des matériaux de construction et le remplacer, autant que possible, par des matières premières écosourcées.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter